Italie: la vielle dame de retour ? – Artn’Sport

 

 

La source de tous les maux…

Il y a maintenant 5ans, un scandale bouscule l’Italie. Le Calcipoli, une histoire de corruption, s’attaque à un riche du
Nord, la Juventus de Turin. La vielle dame (surnom donné au club pour son ancienneté), dans l’incapacité de riposter, se voit reléguée en série B , sous l’œil inquiet  de ses tifosi,
occupant toute l’Italie. 

Par amour, la vielle dame parvient à résister. Del Piero, Buffon, Nedved, Camoranesi, Trezeguet  sont fidèles à celle
qui les a accueillis, et l’aident, en une saison, à retrouver l’élite. 

 

Aidée par de nouvelles têtes, Iaquinta en tête de file, la famille bianconera accroche une troisième place bien méritée,
un exploit. Del Piero et ses coéquipiers retrouvent donc la Ligue des Champions ! La saison suivante, le club gravit encore une marche du podium, une place arrachée dans les dernières journées de
championnat. En C1, c’est par Chelsea que les bianconeri sont éliminés, mais c’est par la grande porte qu’ils se sont allés. 

Un nouveau revers…

Vient ensuite un nouveau déclin… Un cycle se termine… Del Piero perd de sa vivacité, Nedved raccroche, Camoranesi se
blesse, Trezeguet s’en va, Diego déçoit, etc… 7 ème place et énorme désillusion. 

On change tout, dirigeants, équipe, on part sur de nouvelles bases ! Malheureusement, le classement, lui, restera le même.
7ème place, désastreux ! 

On re-recommence ! 

 

Coriace, tenace, la Juve y croit encore. Les tifosi clament, réclament, des titres, du jeu, de la joie ! Sous la pression,
le club doit recruter, car son effectif est loin du niveau escompté ! Le hic, c’est que la Juventus ne jouera en 2011-2012 que dans un seul pays, l’Italie ! Privé de toute compétition européenne,
le club  a du mal à attirer les grands noms ! 

Heureusement, on arrive à enrôler quelques stars, même si pas d’un calibre international, comme promis. Vidal, Pirlo,
Vucinic, Lichsteiner, Elia, des noms qu’on connaît. Suffisant ? Pas pour les médias ! 

Le choix du coach

Bien sur, terminer, avec la Juve, à la 7ème place, est fatal à un entraineur. Ainsi, la valse continue, et après Deschamps
(2006-2007), Ranieri (2007-2009), Ferrara(2009-Janvier2010), Zaccheroni(janvier-Juin2010), et Del Neri (2010-2011), Conte prend la tête de l’équipe ! Vous ne le connaissez pas ? C’est normal…
Antonio Conte, c’est l’ancien capitaine emblématique du club ! Avec sa vielle dame, il a tout gagné ! Il s’est reconverti en entraîneur, et est l’auteur des montées de Sienne et Bari en série A.
La victoire, il a ça dans le sang ! Ses caractéristiques, la hargne, la rage, l’envie, la victoire sinon rien ! 

Un nouveau stade

Depuis quelques années, la Juventus ne jouait plus dans son stade mythique, le Stadio Dell Alpi, stade des Alpes. Victime
d’un accident, il a du être reconstruit, et ce jusqu’à cette année ! 40000 places, c’est peu, mais suffisant pour un club dont les supporters, les plus représentés en Italie, sont paradoxalement
en minorité dans leur ville, Turin. Mais au-delà de la capacité, c’est aujourd’hui l’enceinte la plus moderne d’Italie, et l’une des plus belles d’Europe. Son inauguration a procuré les plus
grands frissons à tous bons supporters du club. Riche en feux d’artifices et émotions ! 

Vaincre n’est pas important, c’est la seule chose qui compte ! Jour de l’inauguration, Giampiero Boniperti, second
meilleur buteur de l’histoire du club, l’un des plus grands champions, prononce cette phrase, SA phrase, « Vincere non e importante, e la sola cosa che conta ». 

Pour son premier match officiel dans son nouveau « Juventus Stadium », les bianconeri l’écoutent, et écrasent Parme, 4-1 !
De somptueux buts, inscrits par Lichsteiner, Vidal, Marchisio et Pepe.
Ensuite, c’est en déplacement à Sienne que
3 nouveaux points seront marqués. Moins étincelant, la Juventus s’impose 0-1, dans la souffrance. 6/6, la Juventus est en tête ! 

Juste un feu de paille ? 

 

Après cet enchaînement, Bologne se rend à Turin avec 0 points. A 11 derrière, le club contient les assauts de leur
adversaire. La Juve trouve la faille, mais après l’expulsion de Vucinic, et une emprise sur le match, se fait rejoindre, pour ne plus passer en tête. Score final 1-1, 1 point seulement, mais
toujours la tête !  

Pour se refaire, la Sicile n’est pas un territoire facile. Face à Catane, les hommes de Conte buttent de nouveau. Score
final 1-1, 2 points sur les deux derniers matchs, on voit les limites d’une nouvelle équipe…

Les vrais champions, c’est nous ! 

Pas au meilleur moment, la Juventus reçoit Milan , dans son stade ! Ambiance de folie pour un derby d’Italie synonyme de
tant de choses ! 
Allegri, coach milanais calme le jeu « c’est plus important pour la Juve que pour nous ». En
revanche, Ibrahimovic allume « La Juve ? Je la bats à moi tout seul ! ».Conte veut absolument sa victoire, et travaille ce match avec attention. Toute la semaine, c’est tactique, c’est «
anti-Milan ! ».
Il présente une équipe remaniée, taillée pour la soirée. En vous passant les détails tactiques, il
a littéralement mangé le milieu milanais ! 

Durant tout le match, on voit une Juve conquérante, plus rapide, plus hargneuse, qui garde la maîtrise du ballon et se
crée de nombreuses occasions. Vois la Juve battre le Milan, ne veut pas forcément dire grand-chose, mais la voir dominer de bout en bout, tel un champion face à un outsider, aura enflammé le
public. 

Score final 2-0, Marchisio, par deux fois, sera venu à bout d’un Abiatti très en forme (épuisé sur sa boulette en fin de
match). 40000 supporters en délire, un coach proche de l’explosion, des joueurs qui exultent, ce fut un beau spectacle !

De l’autre côté, Ibra la joue finement, il se cache, comme durant tout le match ! Anecdotique, Boateng a pris un carton
rouge. 

Et maintenant ? 

Le plus dur reste à faire, et cela tout le monde le sait. Après un déplacement à Verone face au Chievo, la Juventus
recevra le Genoa puis la Fiorentina. Trois matchs abordables, mais toujours difficiles à jouer. Le plus dur arrive. Qui oserait aimerait enchaîner des déplacements à Milan contre l’Inter, puis à
Naples ? Pas un cadeau… ! La suite n’est pas tellement mieux, réception de la bête noire du club, Palerme, puis déplacement à la Lazio, plutôt en forme ! 

Espoir de titre, dans un nouveau stade, avec un coach à l’ADN gagnant… La recette du rêve est bien réalisée, mais celui-ci
est loin de toujours être réalité… L’avenir nous dira tout ! 

Brandon

Soyez le premier a répondre à "Italie: la vielle dame de retour ? – Artn’Sport"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*