France – Belgique: deux enjeux différents ! – Artn’Sport

 

 

Pas qualifié pour l’Euro, la Belgique, doit déjà se concentrer sur la coupe du monde 2014. Le coach dispose encore de cinq
matchs pour trouver l’équipe qui tentera de se qualifier pour la plus grande des compétitions. Le prochain match c’est ce soir face aux bleus.

Plusieurs choses auront fait défaut durant la campagne de qualification à l’Euro. D’abord, des bêtises, des erreurs
parfois de jeunesse, parfois défensives, qui ont couté trop de points importants. Ensuite le manque d’un buteur, un joueur capable de pousser le ballon au fond sans beaucoup d’occasions, et
assurant un capital but minimum. Enfin maintenant que le problème est trouvé, il ne reste qu’à le résoudre. Plus facile à dire qu’à faire…

L’attaquant, Lukaku en danger

On l’a dit, il manque un buteur. Mais peut-être que le système de jeu est à remettre en question ? En y réfléchissant,
avec des joueurs comme Hazard, Mertens, Dembelé ou encore Witsel en soutien, un attaquant se doit de marquer. 

 

Mais lequel placer sur le terrain ? Lukaku. Son prix, son club, sa popularité fait de lui le numéro 1 à ce poste. Mais il
est pourtant loin de faire l’unanimité. Seulement deux buts en sélection, inscrits lors du même match, un amical, c’est assez peu. Beaucoup d’occasions ratées, des matchs moyens, et surtout un
énorme manque de temps de jeu à Chelsea, ce qui était prévisible, risque de lui faire perdre quelques places dans la hiérarchie des attaquants. 

Heureusement, il n’est pas le seul en méforme. De Camargo (B.Mönchengladbach),  Ogunjimi (Genk) et Vlemincks (Bruges)
ne sont pas non plus à leur meilleur niveau, et sont logiquement écartés de la sélection. 

En revanche, Mirallas, de retour, compte bien le concurrencer ! Il n’a pas marqué face à la Roumanie mais il a montré une
belle performance. Sera t-il titulaire contre la France ?

Au coeur des Diables Rouges avec Yves Taildeman, AMICAL / FRANCE - BELGIQUE, Foot Etranger

Les flancs, De Bruyne sur le banc ?

Les côtés sont sans doute les positions les plus débordantes de talent. Hazard, Mertens, Dembelé, Chadli et De Bruyne, il
y a du monde. C’est donc un problème de riche qui se profile. Les titulaires actuels sont Hazard et Mertens, bien que Dembelé soit l’un des chouchous de Lekkens. Dernièrement, il l’a positionné
dans l’axe dans une tactique ultra-offensive, sans doute pas celle utilisée lors du prochain amical. Il va donc devoir opérer à des choix, pas simple. 

Ici encore, un petit « nouveau » veut bousculer la hiérarchie. Il est le flanc gauche de Genk, c’est Kevin De Bruyne.
Blessé en début de saison, il a raté le début de championnat et les deux premiers matchs de Champions League. Il a logiquement été écarté de la sélection, réglant momentanément les migraines de
Lekkens. Aujourd’hui il a repris la forme, et compte grappiller du temps de jeu aux numéros 1.  Vous l’avez peut-être vu jouer lors des deux dernières journées de Champions League.

Face à Chelsea, il s’est montré très habile dans son jeu de passe, en véritable meneur de jeu. On a aussi pu apprécier sa
technique, mais sans le connaître, impossible de savoir que cela n’était qu’un avant-goût de son talent. Il n’était qu’à 70% de ses capacités, physiques notamment. De Bruyne est encore plus
rapide, plus vif, plus percutant. Heureusement qu’Artn’Sport est là pour vous le dire ! Face à la Roumanie il a fait une excellente entrée côté gauche. 

Quel milieu ? 

Un défensif, deux offensifs, c’est le triangle utilisé par Lekens lors des deux derniers matchs officiels, lorsqu’il était
impératif de marquer, et de gagner. Prochainement, il devrait utiliser un milieu plus étagé, avec un numéro 6 devant la défense, un 8 en « box to box », ralliant la défense et l’attaque, et un
numéro 10, plus haut bien sur, parfois plus un point d’appui qu’un réel meneur. C’est ce qu’il a fait face aux Roumains en positionnant l’ancien milieu du Standard, pour le plus grand plaisir de
Sclessin. Une variante, un milieu offensif plus percutant, jouant la pénétration dans les espaces adverses. 

Le milieu le plus souvent utilisé est le suivant, de bas en haut : Simons, Witsel, Fellaini. 

Simons, parlons-en. 34ans, le doyen, l’expérience, le chouchou du coach. Il l’a dit, il veut être là en 2014, à 36ans. Du
coup, le coach le garde, et compte sur lui. Souvent invisible, souvent trop lent, rarement utile dans le jeu, il s’est créé beaucoup de détracteurs. Aujourd’hui, il est l’homme à abattre, et il a
deux challengers de poids. Defour, bien connu de tous, et Nainggolan, fraîchement convoqué pour la première fois, vont tout faire pour être alignés d’entrée de jeu durant les prochains matchs.
C’est du second que nous allons parler.

Naiggolan joue à Cagliari, et n’a jamais joué en D1 belge. Après sa formation en Belgique, il est parti dans un centre de
formation italien, avant d’atterrir à Cagliari. Là-bas, il joue au poste de demi-défensif dans un milieu à trois, côté gauche. Sa meilleure place est cependant devant la défense. Il est justement
vu comme un joueur agressif dans le bon sens, et est parfois comparé à Gattuso. Quand on lui dit, il répond être « plus technique que Gattuso », et il a raison. Naiggolan en quelques mots, c’est
ça, vous le verrez peut-être ce soir. 

Concernant le reste du milieu, Witsel et Fellaini sont à l’heure qu’il est des titulaires indiscutables.

Une défense à compléter

Avec trois défenseurs centraux de haut niveau , la Belgique dispose d’une arrière garde efficace. Vermaelen d’Arsenal, Van
Buyten du Bayern, et Kompany, capitaine de City, ça a de la gueule comme on dit ! Mais le problème est sur les côtés. A gauche comme à droite, la Belgique peine à trouver ses arrières latéraux.
Vertonghen commence à s’imposer côté gauche, mais il reste un milieu défensif.

 

Défensivement efficace, il ne monte pas beaucoup, et n’est pas formé pour centrer. Côté droit aussi, on a testé différents
profils. Alderweireld et Ciman, deux défenseurs centraux ont tenté de combler le vide laissé depuis plusieurs années, en vain. 

Mais une lueur d’espoir nommée Van Den Borre vient d’apparaître. Anciennement un pilier de la sélection des U21, il a déçu
en sélection majeure. Transféré d’Anderlecht à la Fiorentina, il n’a jamais su faire ses preuves, disparaissant doucement des papiers de l’équipe nationale. Il a ensuite connu le même sort à
Genoa, puis à Portsmouth.

Il a alors décidé de rentrer au pays, à encore 24ans, et ayant toute la vie devant lui. Choix payant puisque après un
excellent match contre Chelsea notamment, il fait son retour avec les diables. S’il s’impose dans la durée, il pourrait devenir un pilier de la sélection belge, et marquer un tournant de sa
carrière. Il a débuté le match face à la Roumanie, et a été l’auteur d’une belle partie.  

Bouchons chez les gardiens

Le poste de gardien de but a toujours été très populaire en Belgique. Ainsi, les diables disposent d’un réservoir de
portier très important. Mignolet a terminé les qualifications à l’Euro en tant que titulaire, mais il est aujourd’hui blessé. 

Thibault Courtois (prêté par Chelsea à l’Atletico) pourrait le remplacer, mais c’est Gillet qui a été privilégié pour le
moment. Proto et Olivier Renard sont quant à eux à l’affût.

Gillet a joué face à la Roumanie, sauvant la victoire en rattrapant un pénalty à la 88ème minute. Mais c’est Courtois qui
tentera de garder la cage belge inviolée face à la France.

Brandon

Soyez le premier a répondre à "France – Belgique: deux enjeux différents ! – Artn’Sport"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*