Les nouveaux eldorado du football (1/3): la Chine

 

 

Avec l’arrivée de Nicolas Anelka pour un salaire de 10,6 millions d’euros annuel et de Jean Tigana au club de Shanghaï Shenhua, le club de la plus grosse ville chinoise vient de marquer un  »gros » coup. Aujourd’hui, est-ce que la Chine est-elle en train de devenir une destination de rêve pour les footballeurs ? Zoom sur un pays aux différentes cultures.

 

 

Depuis le début des années 2000, la Chine essaye d’attirer des joueurs étrangers en fin de carrière tels que des français comme Christophe Galtier ou encore Nicolas Ouédec pour renforcer leur effectif. Mais dans un pays qui tourne principalement autour du Basket, faire signer quelques joueurs européens ne suffit pas pour améliorer sa puissance médiatique.

 

« Comme le Qatar ou plus récemment la Russie, la Chine fait partie de ces pays émergents qui disposent d’un potentiel financier important et cherchent à investir massivement dans le football. Possédés par des milliardaires, les clubs chinois disposent de ressources financières importantes », explique le directeur de l’IRIS Pascal Boniface pour « Le Plus ».

 

Des supportrices du club chinois de Guangzhou Evergrande de Canton encouragent leur équipe lors d'un match amical contre le Real Madrid, le 3 août 2011. 

 

Le Guangzhou Evergrande FC, la folie Dario Conca

 

Totalement inconnu dans le monde, le Guangzhou Evergrande Football Club fut racheté par la richissime société « Evergrande Real Estate Group ». Promu cette saison en Chinese Super League, le club a continué son recrutement avec la venue de quelques internationaux asiatiques et des joueurs brésiliens. Le premier transfert de qualité pour le FC Guangzhou est l’arrivée du Brésilien Cléo, le buteur du Partizan Belgrade pour la somme de quatre millions d’euros, un reccord pour le championnat Chinois. Par la suite, le club va réaliser un énorme coup médiatique en signant Dario Conca, le ballon d’or Brésilien pour huit millions d’euros et avec un salaire de 10,6 millions d’euros par an.

 

Il fait partie aujourd’hui des cinq joueurs les mieux payés de la planète. Pourtant, il n’a jamais été sélectionné avec l’Argentine. Grâce à ses joueurs étrangers, le promu est champion remporte la Chinese Super League 2011.

 

Mais d’après la déclaration de Philippe Troussier, aujourd’hui entraîneur du club chinois de Shenzhen Ruby, le football Chinois doit encore faire beaucoup de progrès dans le développement de ce sport dans son pays:

 

« Le football n’existe qu’à travers quatre ou cinq clubs dont les propriétaires achètent cinq joueurs étrangers. Les résultats des équipes chinoises sont liés à 80% à la qualité des étrangers. A partir de là, tout le monde se repose sur leur valeur. On ne se soucie pas du développement du football chinois. Le football chinois n’existe pas en lui-même »

PAR A&S 

 

 

Or, cette envie de recruter des joueurs étrangers cache derrière une philosophie des Chinois qui est très différente du reste du monde et qui a un impact sur le football local. Dans un pays le plus peuplé au monde, le problème du nombre d’habitants oblige le pays à imposer la politique de l’enfant unique. Le problème, c’est que les familles veulent que leur enfant réussisse ses études et doit donc mettre le sport de côté. Aujourd’hui, la chine se situe au 73ème rang au classement fifa et ce résultat médiocre se traduit par la non-qualification pour la coupe du Monde 2014.

 

En tout cas, selon l’hebdomadaire sportif Titan, le gouvernement a ordonné aux grandes et très riches sociétés d’Etat du secteur immobilier d’aider les clubs de football à financer l’achat de davantage de bons joueurs étrangers. Pour la saison prochaine, le budget moyen de chacun des 16 clubs de la Super League va augmenter d’environ 20 millions de dollars ce qui va entraîner la progression du championnat et l’envie aux footballeurs étrangers de tenter un challenge en Super League.

 

 

En conclusion, la Chine se donne dix ans pour révolutionner son football en voulant faire disparaître au maximum les paris illégaux, la corruption et les matches truqués. Ce changement redonne envie à la chaîne CCTV de rediffuser les matches de Championnat pour la saison à venir, après avoir boycotté les rectangles en raison des scandales. Alors, qui veut venir manger avec des baguettes?

 

Soyez le premier a répondre à "Les nouveaux eldorado du football (1/3): la Chine"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*