Danny Welbeck, lorsque le félin sort les griffes !

 

 

Pur produit de la formation mancunienne, Danny Welbeck brille sous les couleurs des Red Devils depuis le début de la saison. Du haut de ses 21 ans, le longiligne attaquant fait l’unanimité au club, au point de pousser Javier Hernandez sur la touche. Auteur de 9 réalisations depuis le début de la saison, Welbeck pourrait faire partie de la liste de Fabio Capello en vue de l’Euro 2012.

L’histoire d’amour entre Danny Welbeck et Manchester United ne date pas d’aujourd’hui. En fait, l’attaquant anglais est présent au club depuis sa plus tendre enfance et à 13 ans seulement, le petit Daniel avait déjà tapé l’œil de Rud Van Nistelroy lors d’une séance d’entrainement.

« Il le fait bien. Il vient en driblant puis il imprime de la vitesse au geste », commentait alors l’ancienne star de Man U. Il ne croyait pas si bien dire! Vitesse et dribles, deux qualités majeures qui font actuellement de Welbeck la star montante du football anglais. Pour autant, la route empruntée par le « super striker » de Man U n’a pas toujours était si simple.

 

Une éclosion progressive…

Le jeune Welbeck porte la tenue rouge marquée du diable pour la première fois en septembre 2008, pour un match de Carlin Cup face Middlesbrough (3-1). Il n’a même pas dix-huit ans. Quelques semaines plu tard, le 15 novembre, il fait trembler les filets pour sa première apparition en Premier League face à Stoke City. Un but splendide de 30m qui permet Danny de rentrer dans l’estime du public d’Old Trafford.

 

Pour autant, Sir Alex Ferguson préfère laisser mûrir sa jeune pousse, qui continuera d’évoluer avec la réserve en échange de quelques apparitions avec les pros ici et là. En janvier 2010, il est prêté à Preston, club de D2 anglaise, dans l’optique de gagner du temps de jeu. Après des débuts prometteurs (2 buts en 8 apparitions), Welbeck se blesse au genou et rentre plus tôt que prévu à Manchester, à la fin du mois de février.

 

La saison suivante, Ferguson estime que son poulain est prêt pour évoluer sur les prés de Premier League, mais pas sous les couleurs de United. Il est donc mis sous la tutelle de Steve Bruce à Sunderland, un très bon ami du technicien écossais. Avec les Black Cats, Danny réalise une bonne saison avec 28 apparitions au compteur pour 8 réalisations.

 

 

L’Euro 2012 dans le viseur ?

 

Mais cette saison sous les couleurs de Manchester United, Welbeck prend une nouvelle dimension. Malgré la concurrence des Berbatov, Hernandez, et de l’indéboulonnable Rooney, le feu-follet creuse son trou à la pointe de l’attaque des Red Devils. Il faut que sa très bonne partition face à Tottenham (2e journée) a bien lancé sa saison avec une passe et un but.

 

Depuis, le félin mancunien a trouvé le chemin des filets à neuf reprises et se montre désormais décisif à quasiment chaque rencontre. S’il ne marque pas, Welbeck est capable de faire la bonne passe, ou bien de provoquer un penalty par sa fougue et ses dribbles chaloupés. Un style atypique dans la lignée du grand Dwight Yorke, lui aussi passé par Manchester. Entre autres, le chouchou d’Old Trafford sait marquer quand il le faut, notamment contre Man City, Arsenal (matchs aller/retour) et Tottenham, mais aussi en Champion’s League.

 

Ravi de l’éclosion et de l’impact de son joueur sur les terrains de Premier League, Sir Alex Ferguson en est persuadé, Welbeck sera présent en Pologne et en Ukraine cet été. « Nous avons toujours été conscient du potentiel de Danny Welbeck lorsqu’il était enfant. Je pense qu’il sera en sélection anglaise pour l’Euro 2012. Il progresse et devient un athlète puissant.

 

Il est très athlétique et est très rapide lors de ses déplacements », avait expliqué le coach écossais outre-manche. Du haut de ses trois sélections sous la tunique des « Three Lions », Danny Welebeck n’a pas fini de nous surprendre !

Juan Foot

Soyez le premier a répondre à "Danny Welbeck, lorsque le félin sort les griffes !"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*