Carlos Tevez, L’apache du gain. – Artn’sport

 

 

Manchester City a recollé à un point de United en tête de la Premier League après sa victoire 2-1 contre Chelsea mercredi.
Un match remporté à 5 minutes de la fin grâce à un but de Samir Nasri servi par Carlos Tevez. Alors qu’il n’avait plus joué depuis le 21 septembre 2011 face à Birmingham City, l’Apache est de
retour.

Contrairement à l’autre banni du foot européen, Peguy Luyindula au PSG, Carlos Tevez a repris la compétition cette semaine
avec Manchester City. A la 85ème minute il a même offert un caviar à Nasri et la victoire à son club face aux Blues de Chelsea. Alors que Mario Balotelli et Edin Dzeko brillent par leur
inconstance, le retour de Tevez pour soutenir Sergio Aguero va faire beaucoup de bien aux Citizens dans leur lutte pour le titre avec Manchester United.

PAS CHAUD POUR UN SYNTHÉTICO

Le 27 septembre face au Bayern Munich en Ligue des Champions, le taureau argentin se brouille avec son entraîneur Roberto
Mancini. Ce dernier l’accuse de ne pas avoir voulu rentrer sur le terrain alors que City était mené 2-0. Le joueur soutient dans un premier temps qu’il ne s’est rien passé de tel. Il écope de
deux amendes de la part de son club et Mancini déclare qu’il ne « jouera plus jamais pour City ». Les dirigeants de City le suspendent deux semaines et exigent des excuses. Tevez se barre en
Argentine où il déclare à la télévision que son entraîneur l’a traité « comme un chien ». Le joueur exprime depuis plusieurs saisons déjà son mal-être et son envie de quitter l’Angleterre pour
rentrer chez lui. On imagine alors la carrière européenne de l’homme à la cicatrice au cou terminée. Six mois plus tard il présente ses excuses et reprend la compétition outre-Manche.

Au mercato d’hiver les plus grands clubs du Vieux Continent tentent pourtant de le recruter. Il est à deux doigts de
signer au Milan AC, mais le club n’a pas les moyens de payer le montant demandé par les Citizens. Il fait partie des innombrables joueurs annoncés au Qatar Saint-Germain. Des négociations auront
bien lieu entre le PSG et City mais – allez savoir pourquoi – Tevez préfèrera rester en Angleterre affronter Chelsea, Arsenal, Liverpool et les derbies de Manchester plutôt que de venir jouer de
bons vieux « synthéticos » à Lorient ou Nancy. 

La Libertadores et les Jeux Olympiques à 20 ans 

Carlitos débute en 2002 à Boca Juniors dès l’âge de 17 ans et marque 12 buts en 34 matchs. La seconde saison il remporte
la Copa Libertadores avant de retourner en finale l’année suivante. Ajoutez-y un titre de champion, une Coupe intercontinentale, une Copa Sudamericana et le voilà fin prêt pour aller remporter
les Jeux Olympiques à Athènes. Avec l’Argentine il finit, avec 8 réalisations, meilleur buteur de la compétition. En décembre 2004 il file aux Corinthians par le biais de l’agence Media Sport
Investments (MSI). Le fonds acquiert les droits du joueur pour 22 millions d’euros et le prête au club brésilien dont il est aussi le propriétaire.

Carlos Tevez ajoute le championnat brésilien à son palmarès avant de traverser l’Atlantique. Direction… West Ham. Avec son
compatriote, Javier Mascherano ils peinent dans un premier temps à s’imposer au sein du club londonien. En fin de saison ce sont eux qui font la différence et permettent aux Hammers de sauver
leur peau en Premier League. Un maintien acquis lors de la dernière journée de championnat.

http://www.foutebol.com/actualites_r41.html

En déplacement à Old Trafford, West Ham s’impose 1-0 sur un but de Tevez. Impressionné, Sir Alex Ferguson ne laisse pas
passer l’occasion de recruter l’attaquant et se le fait prêter par MSI. Javier Mascherano ira poser ses valises sur les bords de la Mersey aux côtés de Steven Gerrard et Xabi Alonso. Comme à Boca
Juniors il ne traîne pas et remporte le titre de champion dès sa première saison. Il forme avec Wayne Rooney un duo de pitbulls. Avec son 1m70 et ses 71 kilos, Carlitos est une vraie boule de
nerfs qui harcèle sans cesse ses adversaires et se démène sur le front de l’attaque pendant 90 minutes. 

De Manchester à Manchester 

En Champion’s League, Fergie préfère se passer de sa hargne pour jouer avec une seule pointe et laisser le maximum de
liberté à Cristiano Ronaldo en soutien de Shrek. Ce qui n’empêche pas Tevez d’aider United à remporter le trophée. Il marque notamment un but dans les dernières minutes en 1/8ème de finale à
Gerland. Il répond à l’ouverture du score de Benzema et inscrit le but à l’extérieur qui qualifie Manchester. Il marque un autre but en ¼ de finale face à la Roma et réussit son tir au but en
finale contre Chelsea. A l’intersaison, Dimitar Berbatov débarque de Tottenham et l’Apache voit son temps de jeu se réduire. Il ne l’accepte pas et, malgré un second titre de champion
d’Angleterre, il demande à quitter le club. Seul Manchester City a les moyens de payer les 35 millions d’euros demandés par MSI.

Tevez, pas plus embêté que ça, quitte les Red Devils et rejoint les Skyblues. En deux ans à City il plante 43 buts en
Premier League. Il termine meilleur buteur lors de sa seconde saison et emmène dans son sillage le club en Champion’s League. Il n’aura pas trop le temps d’y goûter. En revanche s’il veut
remporter un nouveau trophée il devra continuer d’aligner les passes décisives voire les buts. Roberto Mancini compte sur lui pour détrôner Man U du sommet de la Premier League. 

William Borel(Foutebol)

Suivez-nous !

facebook.png   twitter

 

Be the first to comment on "Carlos Tevez, L’apache du gain. – Artn’sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*