Interview de Pierre Mailhot, supporter de l’Impact Montreal – Artn’sport

 

– Bonjour Pierre, merci d’avoir accepté notre interview. Tout d’abord avant de commencer, peux-tu te
présenter rapidement à nos lecteurs.

Bonjour, mon nom est Pierre Mailhot et je suis un vieux passionné de sports ici au Québec et plus particulièrement à
Montréal. Je possède avec des amis des abonnements de saison pour les Alouettes de Montréal de la Canadian Football League (genre football américain, mais à la sauce canadienne), les Canadiens de
Montréal de la National Hockey League et de l’Impact de Montréal de la Major League Soccer. Je suis aussi un fanatique de Formule 1.

 

D’ailleurs, j’avais 14 ans lors de mon 1er Grand Prix à Montréal en 1978 quand mon idole de jeunesse Gilles Villeneuve a
remporté son 1er Grand Prix en carrière. J’ai d’ailleurs eu la chance d’assister au Grand Prix de France à Magny-Cours en 1993 ou 1994. En tout cas, l’année où Alain Prost a gagné le Grand Prix
de France. Et si je me souviens bien c’était un doublé Williams.

– Raconte-nous ton histoire d’amour avec le football(socccer) et l’impact de Montreal.

Tout cela a débuté dans ma tendre enfance. Voyez-vous l’hiver à l’école primaire nous pouvions jouer au ballon chasseur
dans la cour d’école. Alors, on jouait au soccer sur neige. Je me débrouillais pas mal, mais à cette époque le soccer (le foot pour vous) était encore un sport pratiqué uniquement que par les
immigrants et plus particulièrement les italiens qui forment une grande communauté à Montréal. Et puis il y avait une émission de la télé américaine que l’on pouvait capter à Montréal qui
diffusait les meilleurs moments du championnat allemand. C’était dans les années 70 et je crois que le Bayern était très très fort à cette époque.

Le grand coup de coeur, c’est avec l’arrivée du Manic de Montréal dans la North American Soccer League en 1981. L’équipe
jouait ses matches au Stade Olympique et attirait de bonnes foules. Je me souviens d’avoir vu le Cosmos de New York, mais un peu après le passage de Pele. J’ai peut-être vu Beckenbauer quand il a
joué avec le Cosmos, mais je n’en suis pas certain. Après la disparition du Manic en 1983, ce furent les années de vaches maigres du soccer à Montréal. Il a fallut de longues années avant qu’une
équipe professionnelle attire mon attention. Et c’est à ce moment que l’Impact de Montréal est arrivé dans le portrait comme on dit par ici. J’étais présent au match lors de la conquête des
championnats de 1994 et 2004 au Stade Claude-Robillard ainsi qu’en 2009 au Stade Saputo.  

– Dans un pays ou le sport national est le hockey, comment les habitants vivent-ils cet engouement autour
de l’Impact? Il y a vraiment une passion pour le soccer au Canada ?

Le hockey n’est pas que le sport national, c’est une religion. Surtout à Montréal où l’on parle de hockey 12 mois par ans
et tout les jours sur les tribunes sportives radiophoniques et télévisées. C’en est même trop certains jours car cela ne laisse pas de place aux autres sports.

Comme je disais auparavant, dans ma jeunesse le soccer était l’apanage des communautés ethniques. Cependant, avec le
temps, et surtout parce que équiper un jeune pour jouer au soccer coûte beaucoup moins cher que l’équiper pour le hockey, les gens se sont mis à inscrire leurs jeunes dans des clubs. Le succès de
l’Impact aidant, il y a maintenant plus de personnes inscrites au niveau de la fédération québécoise de soccer que de la fédération québécoise de hockey sur glace. 

Avec l’arrivée de l’Impact en MLS, il y a un buzz certain au sein de la ville. Cependant, Montréal est une ville de
champions. Si le club ne performe pas sur le terrain, les foules risquent de ne pas être au rendez-vous.

– Quels sont les objectifs du club pour cette première saison en MLS alors qu’on sait que le club avait eu
beaucoup de difficultés au niveau sportif la saison dernière en NASL ?

Le club veut être compétitif. C’est ce que l’entraineur Jesse Marsch martèle dans les journaux et dans ses interventions
radiophoniques et télévisuelles. Et la grande majorité des joueurs qui étaient avec le club en NASL ne sont plus là. C’est une nouvelle équipe. Il y a de gros espoirs, mais je ne crois pas que
nous ferons les séries éliminatoires. Les partisans peuvent rêver, mais bon je suis de ceux-là, mais il faut être réaliste. Un objectif raisonnable serait d’avoir une meilleure première saison
que Vancouver ou Toronto. Ce serait déjà impressionnant. 

– Que penses-tu du recrutement de l’Impact avec par exemple l’arrivée de l’italien Matteo Ferrari, du
Jamaicain Donovan Ricketts ou encore du retour de Patrice Bernier?

Le retour de Patrice Bernier était attendu. Surtout qu’il avait déjà joué pour le club a ses débuts. Ses années en Europe
nous le ramènent plus sur de lui, un leader avec l’équipe. Je crois que l’équipe a recruté ou sélectionné des joueurs qui pouvaient avoir une bonne chimie entre eux. Ce sera une équipe très forte
défensivement. Cependant, nous sommes toujours en attente d’un joueur désigné à la Beckham ou la Henry. Il n’aurait pas pu attendre 2 ans Thierry afin de jouer à Montréal? 🙂 

– J’imagine que l’Impact et ses supporters ont hâte de recevoir des clubs comme les Los Angeles Galaxy de
David Beckham et Landon Donovan, ou encore les New York Red Bulls de Thierry Henry. D’après toi, qui sera le prochain vainqueur de la MLS ?

Nous avons hâte de voir tous les clubs, mais surtout NOTRE CLUB. Je crois que le Galaxy reste l’équipe à battre cette
saison. Et avec leur retour de deux buts après avoir été mené 2-0 par le Toronto FC en quart de finale de la ligue des champions de la CONCACAF mercredi soir, il ne faut jamais tenir ce club
comme battu!!!

– Est-ce que tu ne crains pas que le public se déplace davantage pour voir jouer les équipes adverses de
prestige que pour voir jouer l’équipe de leur propre région?

Un peu des deux. C’est certain que la ligue a fait les choses en grand avec les matches au Stade Olympique en début de
saison contre les grandes pointures de la MLS. Mais si l’équipe gagne, il y aura des partisans dans les gradins. Cependant, il y a encore trop de ce qu’on appelle ici les Euros-Snobs qui ne
jurent que par la EPL, la Ligue 1, la Liga, la Bundesglia et la Serie A qui ne jurent que par les championnats européens et qui refusent d’assister aux matches de l’Impact. C’est dommage pour eux
car ils ne savent pas ce qu’ils manquent…

– Il y a vraiment une si grande rivalité entre l’Impact et le club de Toronto FC ? Si oui, tu peux nous en
dire plus ?

Il y a surtout une rivalité dû aux groupes de supporteurs. Et un fait méconnu est que Toronto FC s’est prévalu d’une
exclusivité de 5 ans au Canada avant de permettre à la MLS d’avoir d’autres clubs au Canada. Ca n’a pas fait l’affaire de tout le monde ici. Et ils ont encore sur le coeur que nous les ayons
battus en championnat canadien il y a 4 ans pour se rendre à la ligue des champions de la CONCACAF. On ne les aime pas et ils ne nous aiment pas. C’est réciproque.

– Que penses-tu de la famille Saputo qui depuis une vingtaine d’années investi massivement dans ce sport
qui reste pourtant méconnu au Québec ?

Joey Saputo et sa famille ont fait des efforts colossaux pour le soccer à Montréal. Sans eux, nous ne serions pas en MLS
maintenant. J’ai énormément de respect pour Joey. D’ailleurs, il le dit souvent lui même « fan before prez » (partisan avant d’être le président de l’équipe). Joey est un peu trop émotif, mais nous
aimons cela comme ça. Il a son club, notre club, à coeur.

– Le premier match de la saison aura lieu à Vancouver. Tu seras du voyage?

En fait, le premier match aura lieu à Vancouver ce week-end. J’y serai avec un bon ami. Nous voulions pouvoir dire à tous
que nous étions là pour le premier match en MLS. Le premier match à Montréal aura lieu le 17 mars prochain contre le Fire de Chicago. C’est en fait un clin d’oeil à l’histoire du soccer
montréalais car le match de soccer professionnel au Canada avec la plus grande assistance 58542 a eu lien en 1981 en séries entre le Manic de Montréal et le Sting de Chicago. Victoire de Montréal
3-2 ce soir là. J’y étais 🙂

– Un petit mot pour artnsport?

Merci de m’avoir permis cette petite entrevue.

Propos recueillis par Benyahia Ali

Suivez-nous !

facebook.png   twitter     http://flavius.reverso.net/img/languages/es.png    http://flavius.reverso.net/img/languages/en.png

Be the first to comment on "Interview de Pierre Mailhot, supporter de l’Impact Montreal – Artn’sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*