Portrait de Dragan Stojković

 

Joueur malheureusement trop méconnu, Stojkovic n’en reste pas moins l’un des joueurs les plus techniquement doués des 20 dernières années.

 

A l’Etoile Rouge de Belgrade, il était considéré comme le meilleur joueur d’une équipe fabuleuse, c’est dire le niveau. En 4 ans à l’Etoile Rouge de Belgrade, il remportera deux titres de Champion de Yougloslavie, et surtout des performances de folies en Coupe d’Europe : une belle victoire 4-2 contre le Real Madrid, un but lors d’un match nul 1-1 à San Siro contre le Milan AC futur vainqueur…

 

C’est ainsi qu’en 1990, il part pour l’OM, qui à l’époque se construit une équipe de stars (Papin, Pelé, Waddle…) avec l’argent injecté massivement par Bernard Tapie, période où le club fait une politique de Galactiques (acheter cher, très cher, les meilleurs joueurs).

 

Attentat contre Dragan Stojkovic

 

Malheureusement pour lui, les blessures, courantes dans un championnat de France où les défenseurs visent facilement les tibias vont plomber son temps à l’OM.

 

Ultime ironie du sort, en 1991 Marseille arrive en finale de LDC contre l’Etoile Rouge de Belgrade. Stojkovic rentre en cours de match contre son ancien club. Le match est cadenassé, et se décide par les tirs au but. Stojkovic, pourtant spécialiste reconnu des pénaltys, refuse de tirer un péno contre son ancienne équipe. L’OM craque et perd lors de la séance. Ceci poursuivra Stojkovic tout le reste sa carrière. Avec les blessures qui ne le lâchent pas, et une saison ratée en Italie à l’Hellas Vérone, font qu’il rejoint le Japon en 1994, à seulement 29 ans.

 

Sans doute l’un des plus grands gâchis du football européen, mais il reste un extraordinaire joueur.

 

Giovanni Tratnič

Be the first to comment on "Portrait de Dragan Stojković"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*