Gignac n’avait pas menti !

 

 

Depuis le début de la saison André-Pierre Gignac est en pleine renaissance et affiche une réussite retrouvée avec l’Olympique de Marseille. Après deux saisons de véritable galère, il a réussi son pari, s’imposer dans le club de son cœur. Il l’avait promis !

 

L’été 2010 devait être le début de la consécration pour André-Pierre Gignac. Il réalisait son rêve de gosse, jouer à l’Olympique de Marseille ! Mais le rêve s’est vite transformé en cauchemar. Sa première au Vélodrome s’était soldée par une première défaite, malgré sa frappe sur le poteau en toute fin de rencontre. La poisse ne faisait que commencer. Lors de sa première saison, il n’est pas épargné par les blessures, dans la continuité de sa dernière année au Toulouse Football Club. Malgré tout, il marque huit buts en championnat grâce à quelques rares éclaircis de courte durée.

 

La saison suivante sera rachitique d’un point de vue comptable. Deux buts toutes compétitions confondues et seulement vingt et un matchs joués en championnat. Au cours de ses deux premières saisons il est beaucoup critiqué pour ses performances ainsi que son hygiène de vie. Une hygiène de vie responsable en partie de ses blessures semble-t-il et régulièrement moquée. Ce ne sont pas Les Guignols et l’émission On ne demande qu’à en rire, qui diront le contraire. Des performances critiquables bien sûr et je ne suis pas l’exception qui confirme la règle. A son arrivé je pensais qu’il n’était pas le bon choix. Trop attaché à l’OM pour y réussir me disais-je. Cependant, il y a bien une chose que je ne pouvais pas nier. Son amour pour le maillot bleu et blanc était et est toujours intact, mais surtout il est vrai. Aujourd’hui tout a changé et le Gignac tant attendu est là.

 

 

Mieux vaut tard que jamais

 

Deux ans, voilà le temps qu’il lui aura fallu pour prouver qu’il ne mentait pas. Il s’est imposé dans le club de son cœur ! En ce début de saison il a déjà inscrit cinq buts en championnat et trois en Ligue Europa. Sa réussite est étroitement liée avec celle de l’OM depuis le début de cet exercice 2012/2013 quasi-parfait jusque là. Mais ne crions pas victoire trop vite. Si Marseille va bien actuellement, Gignac n’y est pas étranger et inversement. Chose impensable jusqu’à présent, l’ancien Lorientais est aujourd’hui l’arme offensive numéro un des Phocéens. Son doublé salvateur face au Paris Saint-Germain en est la preuve formelle. Il est en quelque sorte la recrue inespérée de l’OM cet été. Il a retrouvé son sens du but qui lui avait permis de finir à la plus haute marche du classement des buteurs en 2008/2009.Métamorphosé, il est affûté et cela se ressent.

 

Baup n’a pas eu tord en lui confiant les clés de l’attaque Olympienne en l’absence Loïc Rémy, avec qui il devrait former un duo de choc lorsque ce dernier sera de retour à son meilleur niveau. Mais outre ses prestations de qualité et le fait qu’il soit (enfin) décisif, il est également reconnu. La standing ovation qui lui a été réservée par le Vélodrome à sa sortie le week-end dernier face au PSG est là pour l’attester. La donne a bien changé comparé aux heures où il se faisait conspuer lors de ses sorties. Reste désormais à confirmer et faire en sorte que ce ne soit pas un simple feu de paille, ce qui serait d’autant plus décevant après tant de travail pour revenir au niveau qui est le sien aujourd’hui. Pour cela le travail et encore le travail sera nécessaire, tout comme la chance… Les blessures en moins, cela devient tout de suite moins compliqué. Désormais fini les « Big Mac pour Gignac » et place aux Big Match !

 

 

Et maintenant l’Equipe de France ?

 

La question mérite pleinement d’être posée et apparaît comme une évidence. Au vue de ses récentes prestations André-Pierre Gignac est un sérieux candidat au maillot Bleu. Sélectionné à seize reprise et auteur de quatre buts avec la France, celui-ci n’a toutefois plus été rappelé depuis la Coupe du Monde 2010. Plus de deux ans, une éternité dans la carrière d’un professionnel. Mais tout vient à point à qui sait attendre après tout, non ? Plus que sa patience c’est surtout son retour sur le devant de la scène qui pourrait le pousser – en tout cas je lui souhaite – vers l’équipe nationale d’ici peu.

 

En effet, outre ses bonnes performances, la mauvaise passe d’Olivier Giroud est un avantage pour lui. Il faisait déjà partie de la pré-sélection de Deschamps pour les deux prochaines rencontres de la France. Néanmoins, deux adversaires direct semblent se dessiner pour gagner sa place : Son grand ami Bafétimbi Gomis et son coéquipiers, également ami, Loïc Rémy. Drôle de concurrence. Mais il n’a plus le temps pour les sentiments et ne compte très certainement pas faire preuve d’état d’âme. Il a plus que jamais les crocs et nous ne pouvons que souhaiter, à celui que nous avons tant critiqué, d’arriver à ses fins ! Il n’avait pas menti…

 

Thomas Grâce

Soyez le premier a répondre à "Gignac n’avait pas menti !"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*