L’Equipe de France au niveau ?

 

 

A un jour du premier choc de l’ère Deschamps contre l’Espagne pour un match important en vue de la qualification pour la Coupe du Monde 2014, les Bleus n’ont pas livré une prestation rassurante avant-hier face au Japon (défaite 1-0). Alors que le sélectionneur devra composer avec de nombreux absents (Diaby,Mavuba, etc.), les joueurs qui les ont substitués vendredi ne les ont pas fait oublier pour autant. Dès lors, nous sommes encore plus dans l’urgence de nous demander si l’équipe de France a les armes nécessaires pour espérer accrocher un résultat à Madrid ce mardi.

 

Alors que la Roja se baladait en Biélorussie (4-0), victoire qui lui permet de partager la première place du dernier groupe des poules de qualifications avec… la France, cette dernière n’a pas été convaincante face au Japon, alternant inefficacité offensive et  errances défensives. Mais, c’est surtout le contenu du match en termes de qualité de jeu qui est inquiétant. En effet, les Bleus ont abusé du jeu horizontal, n’ont pas cherché la profondeur, du moins rarement avec succès, limitant ainsi une fluidité de jeu qui sera pourtant primordiale en Espagne. Certes, il faut atténuer ce bilan du fait que les remplaçants appelés par Deschamps (Capoue, Sissoko, Gonalons, Matuidi), n’ont pas le même rayonnement sur le jeu que les Diaby, Cabaye(laissé sur le banc), etc. qui ont l’expérience des matchs de haut niveau. Ceci expliquant certainement le manque de complicité entre les attaquants et les milieux, compte tenu du fait qu’ils n’ont pas partagé beaucoup de temps de jeu ensemble.

 

En revanche, l’échec constant des attaquants devant le but est réellement générateur de problème, quand bien même on sait que les tricolores n’auront pas pléthores d’occasions à Santiago Bernabeu. En conséquent, Benzema et ses comparses de l’attaque devront se montrer plus tranchant dans leurs choix offensifs et concrétiser leurs occasions. Toutefois, tout n’est pas à jeter de la confrontation contre les nippons. Les Bleus ont effectivement remportés de nombreux duels, et l’impact physique du milieu sera vraisemblablement un atout pour bousculer les espagnols qui dominent dans bien des compartiments.

 

 

On peut alors s’interroger sur la meilleure logique de jeu que Deschamps est dans la mesure de mettre en place pour affronter les champions du monde et d’Europe en titre, ce mardi. Déjà, sur le plan tactique, les Bleus sont limités par leurs absences, les milieux dont dispose Deschamps ont un registre relativement similaire, jeu agressif, physique, capables de récupérer les ballons (Matuidi,Sissoko,Capoue,Gonalons), mais ne sont pas à même de se projeter aussi rapidement vers l’avant que les absents, avec encore du déchet technique. D’autant plus que celui qui offrait une touche de diversité et de technique en plus était Chantôme, mais il s’est blessé contre le Japon… Néanmoins, la titularisation de Cabaye mardi semble automatique. Il resterait alors deux postes à prendre dans le 4-3-3 de Deschamps au milieu. Alors que la concurrence sévit entre Capoue et Gonalons pour le poste de sentinelle, et entre Matuidi et Sissoko pour un poste a priori un peu plus offensif aux côtés de Cabaye, la formule en attaque ne devrait pas être trop surprenante.

 

Du fait que, Giroud n’apporte pas suffisamment et n’est pas dans une période de réussite en ce moment, la place d’attaquant de pointe devrait être occupée par Benzema qui connaît bien les joueurs qu’il aura en face. Ainsi, il devrait retrouver l’axe après son décalage à gauche pas très opportun vendredi soir. A moins que Deschamps passe en 4-4-2 et décide d’associer l’ex-montpelliérain et le madrilène. Dans un cas, comme dans l’autre, on retrouverait Ribéry à gauche et le poste d’ailier droit balancerait entre Ménez qui n’a pas été brillant vendredi soir et Valbuena que Deschamps persiste à mettre remplaçant. Une fois de plus mardi ? En ce qui concerne la défense, Clichy a démontré de bonnes choses offensivement, mais c’est de son côté que vient le but japonais… Evra, laissé sur le banc (pour souffler en vue du match contre l’Espagne ?), devrait débuter et apporter son expérience internationale, ainsi que sa complicité avec Ribéry.

 

 

 

Quant au poste de latéral droit, Debuchy a gagné plus de points que Jallet qui a joué dans la seconde période, moment où la formation japonaise est montée en puissance, à l’image de Nagatomo qui a mis à mal le parisien sur ses débordements. La charnière centrale, dont devrait faire parti Laurent Koscielny, expose aux doutes l’éventuelle entrée en piste de Rami(le défenseur de Valence qui connaît aussi les joueurs d’en face), à moins que Sakho ne soit reconduit pour accompagner le londonien. Bien entendu, Lloris (d’ailleurs, loin d’être irréprochable au Stade de France) sera normalement titulaire.

 

Même si Deschamps n’alignera pas le onze de départ qu’il aurait souhaité avant les blessures de Diaby ou Mavuba, il peut se dire que jamais les Bleus n’ont joué contre l’Espagne avec des certitudes, que ce soit sous l’ère Domenech ou Blanc. D’autre part, les joueurs ne devront pas être timides malgré leur faible expérience et montrer le même visage conquérant du début de match contre le Japon avec de l’impact physique et de la maîtrise dans les duels. Mais aussi et surtout du réalisme offensif et plus de fluidité dans le jeu pour tenter de titiller le colosse espagnol.

Benjamin Brousses

Soyez le premier a répondre à "L’Equipe de France au niveau ?"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*