Tottenham, c’est de la Bale – Artn’sport

 

 

4e de Premier League, les Spurs ne doivent actuellement leur salut qu’à un seul homme : Gareth Bale. Le Gallois, qui
a encore permis aux siens d’arracher une victoire importantissime contre l’Olympique Lyonnais en seizièmes de finale aller de l’Europe League, porte véritablement le club de Londres à bout de
bras.

Après des débuts en tant qu’arrière gauche, le joueur formé à Southampton a été replacé un cran plus haut sur le terrain
par Harry Redknapp. Un changement tactique dans son jeu qui est à l’origine de son explosion au plus haut niveau. Sa vitesse et sa capacité à dribbler en principaux atouts, le natif de Cardiff a
commencé à faire de plus en plus la différence sur son côté gauche. Devenant petit à petit l’alter ego d’Aaron Lennon à l’opposé, le Gallois s’est imposé dans le système des Spurs, devenant un
joueur incontournable du onze de départ. Jusqu’à une première consécration lorsqu’il a été élu par ses homologues meilleur joueur du championnat anglais après la saison 2010-2011.

Le départ de Rafael Van der Vaart comme déclic

Jusqu’à l’été dernier, Gareth Bale démarrait les matchs sur son côté de prédilection, à gauche. Des centres millimétrés
faisaient alors le bonheur, entre autre, d’Emmanuel Adebayor. Toutefois, au fil des matchs, on notait chez le joueurs de 23 ans une certaine tendance à venir dans l’axe, que ce soit à la
récupération ou à la finition. Avec le départ du Néerlandais Van der Vaart au mercato estival, le vide à combler était non négligeable. Moussa Dembélé et Clint Dempsey, arrivés à l’intersaison,
n’ont pas su faire oublier l’ancien numéro 11 de White Hart Lane. Après avoir repris son numéro, Bale s’est donc emparé de la place de l’ancien madrilène.

Jouant de plus en plus de matchs dans l’axe, les responsabilités de la nouvelle star du club sont devenues plus grandes.
S’il ne se charge pas d’orienter le jeu autant que le faisait « VDV », laissant ce rôle à Scott Parker placé derrière lui, Gareth Bale doit prendre plus de décisions, et parfois plus
importantes. Du fait de ces exigences, le Gallois a haussé son niveau de jeu, pour devenir le meilleur buteur de son équipe. Lui qui avait inscrit 13 buts toutes compétitions confondues la saison
passée en compte déjà 15 pour ce nouvel exercice. Des statistiques qui font de lui le quatrième meilleur buteur du championnat, derrière les habitués Robin van Persie et Luis Suarez et le
surprenant Michu.

 

Efficace, mais seul

Cependant, ces statistiques ont été grandement améliorées récemment. Avec six buts sur ses quatre derniers matchs, Bale
cartonne comme jamais. Grâce à lui, les Spurs ont obtenu le point du nul face à Norwich et se sont imposés successivement contre West Brom, Newcastle et Lyon. Mais problème les buts du gaucher
contre ces équipes sont les seuls de sa formation. Depuis le 22 décembre, si l’on excepte les buts du Gallois, on ne peut relever qu’une réalisation de Defoe, une autre de Lennon et une dernière
de Dempsey. Bale est donc véritablement l’arbre qui cache la forêt dans une équipe où seuls trois joueurs ont inscrit plus de trois buts cette saison.
  D’autant que même s’il n’a jamais été réputé comme un joueur particulièrement altruiste, le rapide britannique n’est pas du genre à
oublier ses coéquipiers régulièrement. Sauf que cette saison, il n’a délivré qu’une seule passe décisive en championnat. Le signe de la maladresse de ses compères d’attaque ? En partie, au
moins… Si actuellement, tout semble aller pour Tottenham, l’avenir est très incertain tant la dépendance à Gareth Bale est prononcée. Un simple coup de mou pour un joueur qui ne sort quasiment
jamais en cours de rencontre suffirait surement à faire retomber les joueurs de Villas-Boas au classement. L’objectif d’une quatrième place qualificative pour la Ligue des Champions en fin de
saison ne dépend donc que d’un homme : Bale !
 

Robin Watt

Be the first to comment on "Tottenham, c’est de la Bale – Artn’sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*