Impact de Montreal: la force d’un idéal – Artn’sport

 

 

Soyez francs. Si je vous avais dit qu’après quatre matchs l’Impact de Montréal trônerait seul au sommet de la MLS, avec un
score parfait de 12 points, vous vous seriez probablement demandés quel type de tisane on prend après le repas chez Le Footeur et Artn’sport… Et pour être parfaitement honnêtes avec vous, bien
qu’on ait abordé l’ère Schällibaum avec beaucoup de positivisme, ils nous aurait fallu quelques litres d’une telle infusion pour y aller d’une prédiction de la sorte.

Pourtant, en ce début de semaine pascale, le club montréalais était bien ancré dans son rôle de meneur à la course au
Supporter’s Shield (titre de champion de la saison régulière en MLS) avec 12 points accumulés, sur une possibilité de 12 et une étiquette de candidat qui, bien qu’on tente de s’en dissocier du
côté de l’équipe, par souci d’humilité et de réalisme surtout, lui colle de plus en plus à la peau.

Au delà des beaux chiffres et de la solide tenue du club sur le terrain, ce qui impressione autrement de ce début de
saison est la force des liens qui unissent joueurs et staff technique et qui transparaissent à l’entraînement, lors de sorties d’équipe et surtout losrque vient le temps de défendre le maillot
montréalais.

La confiance

Ce mot revient continuellement sur les lèvres des joueurs et des membres du corps technique lorsque vient le temps
d’expliquer leur excellent début de campagne. Confiance en leurs moyens certes, mais surtout confiance cette idée, cette philosophie collective implantée par Marco Schällibaum dès qu’il a pris
les rênes de l’équipe, le 6 janvier dernier.

Samedi, lorsque retentissait le coup de sifflet final, scellant cette victoire de 1-0 face aux New York Red Bulls, le
groupe d’entraîneurs (Schällibaum, Philippe Eulaffroy et Mauro Biello), s’est étreint de longues secondes avant de sauter sur le terrain pour féliciter les joueurs. Une étreinte fraternelle, qui
n’avait rien de banal et qui en disait long sur le liens professionnels et humains tissés par ces hommes de foot, en quelques mois à peine.

En conférence de presse d’après-match, parlant de ce moment en particulier, j’ai demandé à Schällibaum s’il était entrain
de vivre ses plus beaux moments professionnels à Montréal. «Oui, ce sont des moments très intenses. Avec les gens que j’ai autour de moi, on ne peut avoir que du succès. J’ai autour de moi des
gars qui sont très, très forts sur le plan professionnel, mais aussi humain et ça me donne beaucoup de force de savoir que je peux leur faire confiance.» a résumé le Mister de l’Impact, qui a
pris quelques minutes de plus qu’à l’habitude pour retrouver les journalistes, lui qui voyait sa femme et sa fille pour la première fois en trois mois à l’issue de la rencontre.

«La première chose qu’il (Schällibaum) nous a dite, c’est de lui faire confiance et qu’il en ferait de même avec nous. Le
groupe de joeurs et le staff technique, on est souvent ensemble, c’est une des priorités du coach et ça paraît quand on joue. Tout le monde se donne, se jette devant les tirs, joue pour le
groupe. Quand on gagne des matchs serrés comme aujourd’hui, c’est ce qui fait la différence.» expliquait Patrice Bernier lorsque je lui demandais si ça faisait plaisir de jouer pour un goupe
d’entraîneurs aussi soudé.

http://www.videos-football.com/wp-content/uploads/2013/03/maxresdefault1903.jpg1903-640x360.jpg

La suite

Comme dans toute situation aussi inattendue que positive, la meilleure approche est d’en profiter au maximum et surtout de
ne rien prendre pour acquis. «La route est encore longue». «La saison est jeune». «Il faut y aller un match à la fois»… Autant de clichés de vestiaire pour nous ramener à l’ordre, tentés qu’on
pourrait être, autant joueurs, journalistes que partisans, à s’emflammer avec ce beau présent.

La bonne nouvelle est que, comme je le mentionne plus haut, cette équipe a les pieds bien sur terre. Elle connaît ses
forces mais elle commence surtout à connaître ses faiblesses. C’est là une des grandes vertus de l’humilité et du travail bien fait. Une des marques de commerce de Coach Schâllibaum, qui prend
vie dans de cette édition 2013 de l’Impact de Montréal.

Arcadio Marcuzzi

Be the first to comment on "Impact de Montreal: la force d’un idéal – Artn’sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*