Gameiro ou le scandale à la française ! – Artn’sport

 

 

Vendredi 29 Mars au soir le Paris-Saint-Germain remportait une victoire courte mais méritée aux dépens de l’ex champion de
France : le Montpellier Héraut. Malgré une bonne prestation et de nombreuses occasions, les Parisiens eurent du mal à ouvrir le score et ne purent faire la différence qu’après l’entrée de
Kevin Gameiro qui permit à son équipe de l’emporter sur la plus petite des marges. A la fin du match, l’ancien Lorientais devint le héros du soir, le héros malgré lui d’un nouveau scandale à la
française.

Interviewé sur sa bonne entrée en jeu et sur son but victorieux, lors de l’après-match de Canal +, Kévin Gameiro vit très
rapidement les questions dériver du terrain pour s’intéresser à sa situation personnelle. En effet, si le Parisien compte déjà 20 matchs en championnat, il n’en a débuté que 5 et comptabilise
seulement 625 minutes de jeu, autant dire que le coach Ancelotti le voit plus comme un joker qu’un potentiel titulaire. Pourtant, Kevin a réussi à marquer déjà 6 fois, soit un but toutes les 104
minutes, très bon ratio pour un attaquant de ligue 1 (à titre de comparaison : Gomis, titulaire indiscutable à Lyon, a marqué toutes les 170 minutes). 

Outre ce rendement, Gameiro semble le quatrième choix de l’entraineur italien qui ne l’utilise pas davantage en Ligue des
Champions (2 apparitions seulement), il lui préfère Zlatan, Lavezzi ou encore Menez. Ainsi ce vendredi soir, les consultants de la chaîne cryptée -et bon nombre de leurs confrères- sont montés au
créneau pour demander des explications à l’intéressé. Bien plus que de simples interrogations sur sa situation « très difficile », les journalistes ont insisté déclarant même leur
soutien moral à l’attaquant, leur compassion face aux « problèmes si durs » qu’il rencontrait.

Il est vrai que Gameiro doit souffrir d’être peu utilisé et que ce dernier a su répondre présent presque à chaque fois où
l’on a fait appel à lui. Pour autant, le jeune Français de 25 ans vit sa première expérience dans un grand club (j’entends : un club qui joue la Ligue des Champions avec un effectif
suffisant pour jouer sur plusieurs tableaux et mettre en concurrence tous les secteurs du jeu), il paraît clair que celui qui intéressait Valence encore cet hiver, n’est pas un attaquant hors du
commun et on voit mal comment il pourrait prendre la place d’un Soldado par exemple. Or, certains médias français estiment qu’il doit jouer plus souvent, à tel point qu’ils en en viennent à
plaindre un joueur au salaire confortable et qui s’apprête enfin à inscrire une ligne sur un palmarès toujours vierge au niveau professionnel. 

Trop empressés à défendre le petit français englué au sein d’une équipe sans identité, détenue par des étrangers
milliardaires, quelques observateurs ont passé sous silence le niveau réel du garçon ainsi que sa saison plutôt médiocre l’an dernier. Débarqué de Lorient, notre attaquant de poche ne s’est
jamais vraiment adapté à son nouveau club. Dernier achat de Colony Capital, Gameiro aura de nombreuses chances pourtant de montrer ses qualités (celles qui ont fait de lui un redoutable
avant-centre lors de ses trois saisons à Lorient), mais avec seulement 11 buts en 34 matchs de championnats, il est difficile de parler de complète réussite. De plus que l’équipe parisienne aura
inscrit 75 buts en championnat et que Gameiro était alors épaulé par Menez, Néné et Pastore –soit autant de joueurs capables de créer des espaces et d’adresser de bons ballons.

Seulement, on a voulu se focaliser sur ses dernières prestations plutôt convaincantes et décisives, ses entrées en jeu
pleines de volonté et de combativité, en omettant peut-être de signaler que Carlo Ancelotti avait enfin permis à Gameiro de trouver sa place au sein de collectif de stars. Le faire rentrer dans
la dernière demi-heure, permet au Parisien d’exploiter les espaces et de gagner des duels contre défenseurs au préalable usés par Ibra et Lavezzi. Car il faut avouer que Gameiro est plus souvent
en difficulté dès lors qu’il est titulaire. Il est ainsi passé assez inaperçu lors du dernier match contre Rennes samedi à 17H.

Alors oui, Gameiro est victime de la concurrence au sein de l’effectif de son club, mais si l’attaquant peine à avoir du
temps de jeu ce n’est pas parce qu’il est français, ni qu’il n’a pas été acheté par Léonardo, mais bel est bien à cause de son niveau inférieur à celui des autres. Kevin Gameiro est un attaquant
rapide capable de faire de bon appel dans l’espace : tout comme Lucas, Menez ou Lavezzi, mais au contraire de ces derniers il peine à passer ses adversaires en un-contre-un. Il souffre en
effet, de la comparaison avec ses collègues, d’attaques… Et que dire de ses aptitudes de buteur quand on les met en parallèle avec celles d’Ibrahimovich ? 

Le joueur semble avoir compris cette problématique et apporte à son équipe dès qu’il le peut. Il espère sans doute
« acquérir de l’expérience » mais surtout remporter des titres afin de valider ses deux saisons parisiennes, puis s’envoler vers d’autres cieux. Les autres acteurs de ce sport, eux
resteront là et sauront se montrer critiques envers « ces Qataris » qui étendent leur mainmise, aussi bien sportive que médiatique, sur le football français.

Cyril Daufresne

Be the first to comment on "Gameiro ou le scandale à la française ! – Artn’sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*