Enyeama, le dieu de Lille

 

 

 

 

On a coutume de dire que les gardiens connaissent leur meilleure période après 30 ans : Vincent Enyeama en est une nouvelle illustration. Le gardien Nigérian surprend plus d’un observateur chaque semaine depuis son retour à Lille, et si le club nordiste réalise un excellent début de saison, il n’y est pas totalement étranger. Portrait d’un gardien pas comme les autres.

 

Une carrière mouvementée

 

Vincent Enyeama débute sa carrière au Nigéria, sa terre natale. Il y fait ses classes en tant que gardien et signe son premier contrat pro avec Ibom Stars à seulement 18 ans. Il devient dès sa première saison le portier de l’équipe fanion. Mais le Nigérian voit plus grand et croit en son potentiel pour devenir un gardien de classe mondiale. Il rejoint deux ans plus tard un des plus grands clubs du championnat du Nigéria, ce qui lui ouvre les portes de la sélection. Il est remplaçant lors de la Coupe du Monde 2002. Il gravit les échelons rapidement et rejoint enfin le plus grand club nigérian. Puis vient l’exil en Israël en 2005, un choix de carrière contestable à seulement 23 ans. Deux saisons à Bnei Yehoudah puis l’Hapöel Tel-Haviv toque à sa porte. Il y restera 4 saisons et y découvrira la Coupe de l’UEFA puis la sacrosainte Ligue des Champions. La France l’appelle et c’est à Lille qui rebondit.

 

http://www.channelnewsasia.com/image/862238/1382740464000/large16x9/768/432/lille-s-nigerian.jpg

 

Lille, partir pour mieux revenir

 

Après sa signature à Lille, Enyeama arrive en qualité de numéro 2 avec Mickael Landreau au-dessus. Il ne disputera finalement que deux matchs avec le LOSC (en Coupe de la Ligue). Il demande donc la saison suivante à être prêté. Retour en Israël pour une saison au Maccabi Tel Haviv. Après une saison complète, il revient à Lille avec un statut différent, étant donné le départ de Landreau à Bastia. Prendre la suite d’un gardien apprécié et talentueux n’est jamais chose aisée. Et Enyeama va rapidement prouver qu’il n’est pas revenu en touriste du côté du Nord. Il multiplie les bonnes prestations jusqu’à en faire un des meilleurs gardiens de Ligue 1 et d’Europe en terme d’invincibilité. Accompagné par une défense lilloise solide, le portier nigérian étale son talent dans le Grand Stade et illumine par ses parades les supporters des Dogues.

 

On découvre également un gardien simple, efficace et pour qui Dieu occupe une place importante. Il n’hésite pas à justifier ses bonnes performances par l’aide et la croyance en Dieu. À la fois agile vif et imposant, il dégage une certaine sérénité dans les cages. Il a d’ores et déjà gagné le cœur des supporters et la confiance de son entraineur et de ses coéquipiers. Une chose est sur ce gardien au parcours atypique a su rebondir à chaque étape de sa carrière et prouve une nouvelle fois que le poste de gardien est capital pour réaliser une bonne saison. Ce n’est pas René Girard qui vous dira le contraire, par peur de stopper l’état de grâce du dernier rempart de son équipe. La recette gagnante pour Enyema ce serait donc : simplicité, croyance en dieu et travail, beaucoup de travail. Le LOSC espère pouvoir profiter encore longtemps de ce gardien si précieux à la réussite de toute l’équipe.

 

Baptiste Duprat

Be the first to comment on "Enyeama, le dieu de Lille"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*