Manchester City: quand ils arrivent en ville…

 

 

Les amoureux de Wimbledon ont dû apprécier la victoire des Citizens face aux Gunners samedi dernier. Un set de tennis et voilà la deuxième équipe de Manchester qui se replace en embuscade dans la course au titre. Encore une belle performance pour l’escouade de Pellegrini après la victoire obtenue sur Le Grand Bayern, nous confirmant ainsi que les Skyblues vivent un début de saison sans nuage.

 

Enfin ! Après deux essais infructueux pour s’extirper de groupes de la mort, City est en huitième de finale de la Ligues Des Champions. Avec quinze points glanés lors de la phase de poule, on peut même dire que l’équipe méritait de finir en tête du groupe. Oui mais voilà, à un but près c’est le Bayern qui a pris les commandes. Pas le temps pour les regrets : même après le tirage défavorable qui a vu Man City tirer le Barca, on se réjouit du côté des fans. Fini la déception des années précédentes, le club s’invite enfin parmi l’élite. D’autant que la qualité du jeu « Man Blue » cette saison, laisse entrevoir le doux rêve d’un parcours exceptionnel en C1. Une qualité qui découle avant tout d’un recrutement enfin judicieux.

Le choix de l’entraineur d’abord : Pelligrini qui grâce à un football très espagnol, tourné vers l’attaque avec beaucoup de jeu dans de petits périmètres, arrive à tirer le meilleur de l’effectif mis a sa disposition. Il a réussi à relancer Nasri, qui réalise un début de saison très intéressant. Les deux meilleurs joueurs de l’équipe, Silva et Agüero, semblent apprécier le travail de l’entraineur chilien et sont, comme à leur habitude, au dessus du lot.  Côté nouveau joueur le petit plus du début de saison c’est Negredo qui, avec 12 buts en 21 matchs, a déjà justifié les attentes placées en lui. Fernandihno qui pour 40 millions se rajoute à la longue liste des transferts surpayés par city, se fond de mieux en mieux dans le collectif et forme avec Toure, Milner ou encore Javi Garcia un milieu de terrain solide et joueur. Rajoutez à cela : Navas qui par ses entrées intéressantes, pourrait bien devenir le « supersub » qui fait gagner son équipe, et on obtient haut la main (n’est-ce pas Diego ?) le recrutement le plus réussi de l’ère émirati.

 

 

On savait déjà que City était une équipe à faire pâlir le bleu, en termes d’effectif, même si seul un titre de champion 2012 est venu récompenser les énormes efforts financiers. Aujourd’hui viennent se greffer à cette horde de joueurs de qualité (Dzeko, Lescott, Kompany, Zabaletta….) un jeu porté vers l’avant et une cohésion dans le recrutement. Autant d’arguments qui peuvent permettre au club de prendre enfin la place qu’il ambitionne en Europe. Cette cohésion n’est pas le fruit d’un heureux hasard, mais celui d’un choix : celui de nommer Ferran Soriano (ex vice président Barca) directeur exécutif dès août 2012. Ce dernier recrutera quelques mois plus tard l’ancien directeur technique du Barça, Txiki Begiristain. Un duo qui porte les nouvelles ambitions du club, beaucoup plus concrètes : gagner cinq trophées en cinq ans : un projet osé mais réalisable.

 

Dès aujourd’hui, le club préféré des Gallagher, s’annonce comme un concurrent sérieux pour le titre de cette année. Les rivaux United et Chelsea dans des phases de construction, Les Reds peut-être un peu juste niveau effectif et qui se contenteraient volontiers de la qualif’ en LDC et des Gunners capables du pire comme du meilleur : la voie semble s’ouvrir pour des Blues avides de trophées. En Champion’s League, par contre, l’affaire est plus délicate, puisque les Skyblues ont eu la bonne idée de décrocher la timbale et d’affronter la meilleure équipe du début de millénaire. Le Barca qui aura sûrement récupèré son prodige argentin, sera à coup sûr le véritable test de ce City 2013/2014.

 

Ce match qui est l’affiche de ces huitièmes pourrait marquer un tournant dans l’histoire du foot moderne, une sorte de passation de pouvoir entre le mythe en fin de course et un jeune loup en faim de titres.

 

Cyril Daufresne

Soyez le premier a répondre à "Manchester City: quand ils arrivent en ville…"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*