Bordeaux : Guillaume Hoarau, une évidence ? – Artn’sport

 

Englué dans une situation où il commençait à « perdre la passion du football » en Chine, Guillaume Hoarau a vu les Girondins de Bordeaux lui tendre la main cet hiver. Une opportunité qu’il a sans hésiter saisit et qui lui permet de retrouver un championnat de France qu’il a quitté en 2012. « En Chine, j’ai pris des sous, je reviens en France pour jouer » déclare-t-il en signant son prêt de 6 mois en Gironde. Certes, le réunionnais débarque à court de forme et usé moralement par sa « mauvaise » expérience chinoise mais il est motivé à l’idée de retrouver cette passion du football qui s’est dissipée sous un nuage d’argent.

Bordeaux, le bon choix ?

Lorsqu’il a signé à Bordeaux, le club était 4e et sortait d’un mois de décembre plus que correcte. Mais l’équipe de Francis Gillot reste faible mentalement et trop inconstante pour espérer garder une dynamique de victoire favorable au groupe. Bien sûr, Guillaume Hoarau n’a pas eu des dizaines d’offres venant de clubs français ; c’est aussi pour cette raison qu’il a sauté sur l’opportunité girondine. Mais depuis son arrivé et la reprise du championnat, Bordeaux est à la peine et a enchaîné quatre contre-performances à la suite avant de respirer un peu grâce à une victoire contre St-Etienne à domicile. « Je commence à regretter mon numéro 13. Est-ce que je suis le chat noir ? Je commence à me le demander » avoue-t-il sans pointe d’humour.

Etant donné l’état de forme actuel de l’équipe bordelaise et les blessures des attaquants Diabaté et Jussie (les deux meilleurs buteurs du club), Hoarau se voit contraint de revêtir le costume de « sauveur ». Cela ne facilite pas son intégration ; il doit être très vite au niveau et ce malgré sa méforme physique. Heureusement, c’est un joueur qui a appris à gérer la pression au PSG et ce n’est certainement pas cela qui l’effraie, surtout dans un club bordelais ayant la réputation d’être plutôt tranquille.

http://media1.arabia.msn.com/medialib/2014/1/21/2_1882162.jpg

Quel rôle dans l’attaque ?

Bordeaux s’était déjà intéressé au profil du réunionnais après le départ de Chamakh il y a quelques années. Un attaquant physique, très bon de la tête et facilitant le jeu long. Même si son profil semble assez similaire à celui du meilleur buteur bordelais Cheikh Diabaté, les deux joueurs ont un style de jeu totalement différent. En effet, leur seul point commun est leur rôle de « tour de contrôle ». Des joueurs capables de prendre le dessus dans les duels aériens sur n’importe quel défenseur et ainsi jouer leur rôle de pivot de l’attaque. Pour l’instant, Diabaté est blessé et la question de les faire jouer ensemble ne se pose pas encore. Cependant, une association des deux géants est-elle possible ? Rien que pour l’aspect physique, cela serait assez intéressant à voir sur un terrain…

Plus sérieusement, le coach girondin Francis Gillot recherche plutôt une association complémentaire. Il a déjà testé l’association avec des joueurs plus rapides et techniques comme Henri Saivet et Diego Rolan. Le souci, c’est que le premier traverse actuellement une période délicate et le deuxième n’a pas inscrit le moindre but avec les Girondins depuis son arrivé au club. Difficile de jouer au football dans ses conditions, surtout quand c’est toute l’équipe derrière qui est en totale perte de confiance. De ce point de vue, Guillaume Hoarau prend le rôle d’un capitaine en pleine tempête, se laissant embarquer vers une direction inconnue.

L’autre question est de savoir si Gillot va le laisser sur le banc lorsque Diabaté et Jussie vont revenir de blessure. Indéniablement, un Hoarau en bonne forme peut être bien meilleur que ces derniers et permettrait aux Girondins de viser plus haut. Une association avec Jussie pour retrouver la confiance ? Cela apparaît comme la meilleure solution pour Francis Gillot, à condition que le brésilien tienne la route jusqu’au bout et ne se blesse pas pour la énième fois. Quoi qu’il en soit, Hoarau sera confronté à la concurrence de Diabaté, le meilleur buteur bordelais cette saison, ce qui rend sa situation déjà moins confortable.

Comment peut-il réussir son intégration ?

Six mois pour s’intégrer, c’est peu. Surtout quand un joueur arrive à court de forme. Cela a été le cas par le passé pour des joueurs comme le brésilien André ou encore plus récemment pour Diego Rolan qui a vécu six premiers mois en Gironde assez difficile. Sur ses premiers matches, il s’est malgré tout montré très entreprenant et motivé, à l’image de son action contre Toulouse où il a failli délivrer sa première passe décisive, cinq minutes après ses premiers pas sous le maillot marine et blanc. Une des grandes qualités de l’ex parisien, c’est son aisance à garder les pieds sur terre et à prendre du recul par rapport aux situations qui lui sont imposées. De cette manière, il est très apprécié des supporters partout où il va, cela a d’ailleurs été le cas au PSG et ce malgré sa situation compliquée, barrée par la concurrence des plus grands.

A Bordeaux, il est déjà largement apprécié et supporté ; sa motivation se ressent sur le terrain et son franc parler en dehors du terrain fait plaisir aux supporters. Sa personnalité facilite largement son intégration même si la seule vérité restera sur terrain.

Nicolas Laplume

Be the first to comment on "Bordeaux : Guillaume Hoarau, une évidence ? – Artn’sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*