Dominik Furman, portrait d’un légionnaire – Artn’sport

 

Unique recrue toulousaine de ce mercato d’hiver, Dominik Furman a l’ambition de se construire une place au sein de l’effectif entrainé par Alain Casanova. Joueur clé de la sélection espoir polonaise, il devra cependant faire face à une concurrence très rude dans l’entrejeu du TFC.

Le milieu défensif de vingt-et-un an débarque en Ligue 1 en provenance du Legia Varsovie, club phare de la première division polonaise. Après avoir intégré le centre de formation à l’âge de quatorze ans, Furmandébute en équipe professionnelle en mars 2012 aux cotés de l’ancien pensionnaire de la Ligue 1 Danijel Ljuboja. Ses débuts prometteurs lui permettent d’intégrer l’équipe nationale en décembre 2012 avec laquelle il compte deux sélections jusqu’à présent. Continuant sur sa lancée, Furmanréalise un sans faute avec son club formateur et contribue au doublé du Legia Varsovie. En même temps il devient capitaine et pièce maitresse de la sélection espoir polonaise, l’équipe de Marcin Dorna termine l’année en tète de son groupe dans les éliminatoires de l’Euro 2015.

Son bilan avec le club de la capitale est plus que correct avec 70 rencontres à son actif, dont 37 en tant que titulaire. Observé par Arsenal, Hambourg et Stuttgart le natif de Szydłowiec est le second pur produit du nouveau centre de formation du Legia Varsovie à rejoindre un club étranger – il y a un an Rafał Wolski (génération 1992 lui aussi)s’était engagé avec la Fiorentina. Suivi par Toulouse depuis un certain temps, le joueur aurait pu même rejoindre la Haute-Garonne à la fin du dernier mercato estival. Cette fois-ci, voyant l’intérêt croissant d’autres clubs, le TFC n’a pas hésité de mettre le prix pour s’offrir ses services. Dominik Furmanrejoint donc Ludovic Obraniak et Grzegorz Krychowiak, seuls joueurs polonais à fouler actuellement les pelouses de Ligue 1.

Très bon dans la destruction, Furmanest aussi capable de briller dans d’autres éléments de jeu. Sa technique lui permet d’alterner facilement son jeu pour relancer rapidement et initier la construction des actions offensives de son équipe. Nul doute que la concurrence sera très relevée pour se faire une place au sein de l’équipe première toulousaine. Sirieix, Chantome, Didot, Aguilar – le polonais devra, au moins jusqu’à la fin de cette saison, batailler pour voir son temps de jeu augmenter. Les dirigeants du Téfécé ont cependant fait le choix de l’avenir que devrait incarner Dominik Furman. Didot et Sirieix vieillissants, le polonais se profile comme la relève dans l’entrejeu du Téfécé. Comme l ‘indique son contrat de quatre ans et demi, les dirigeants toulousains semblent patients quant à son apprentissage et son adaptation aux exigences de la Ligue 1.

Jordan BERNDT, correspondant Ligue 1 pour l’hebdo « Piłka Nożna » 

Be the first to comment on "Dominik Furman, portrait d’un légionnaire – Artn’sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*