Un jour, une histoire – Martin Palermo – Artn’sport

 

Surnommé « El Loco » (Le Fou), l’Argentin Martin Palermo est une légende pour tous les supporters de Boca Juniors. Une idole qui n’est autre, avec ses 237 buts, que le meilleur buteur du club de tous les temps. Un buteur d’exception au pied gauche dévastateur et au jeu de tête foudroyant.

Mais en sélection, l’histoire est toute différente.

En 1999, ses prestations avec les Xeneizes lui ouvrent naturellement les portes de la sélection et lui permettent d’être convoqué pour participer à la Copa America en Uruguay. Dans le même temps, Marcelo Bielsa, le sélectionneur, a décidé de se passer des services de certains cadres comme Juan Sébastian Veron et surtout Gabriel Batistuta, les laissant tous deux au repos après une saison éprouvante avec leurs clubs respectifs. Sur le papier l’Albicéleste a fière allure, les noms sont ronflants…..Roberto Ayala, Walter Samuel, Juan Pablo Sorin, Diego Simeone, Juan Roman Riquelme, Ariel Ortega….pour ne citer qu’eux.

Lors du premier match de poule contre l’Equateur, Palermo se montre déja décisif, en marquant deux fois pour une victoire 3 buts à 1. Mais c’est lors de ce second match de poule, contre la Colombie, que Martin Palermo va rentrer, malgré lui, dans les annales du football.

Cinq minutes seulement après le début du match, un penalty est sifflé pour l’Argentine. « El Loco », prend le ballon et le place sur le point de penalty. Il s’élance et frappe en force, mais son tir heurte le haut de la transversale. Quelques minutes plus tard, un nouveau penalty sera sifflé, mais cette fois ci pour la Colombie. Ivan Cordoba ne se fait pas prier pour ouvrir le score. 1 à 0 pour les Colombiens, score à la mi-temps.

 

Le début de la seconde période commence par un nouveau tournant dans ce match, l’arbitre siffle un 3ème penalty, le second pour la Colombie, mais le Gardien Argentin German Burgos repousse cette fois la frappe de Ricard! L’Albicéleste se met donc a pousser fortement, jusqu’a à obtenir, elle aussi, son second penalty de la rencontre. Nullement atteré par son premier échec, Palermo reprend le ballon avec certitude. Il s’élance et frappe de nouveau en force, mais son ballon frôle la transversale avant de finir en tribune! 4ème penaltys du match, 3ème échec, dont deux pour le seul Palermo!!! Deux minutes plus tard, c’est le Colombien et ancien Toulousain, Edwin Congo qui double la mise pour son pays, avant que la Colombie ne mette le troisième par Johnnier Montano en toute fin de match. 3 à 0 pour la Colombie.

Mais le match n’est pas fini pour autant, car dans un sursaut d’orgueil Martin Palermo obtient un nouveau penalty. Le capitaine Argentin, Roberto Ayala, essaya bien de le dissuader de le tirer, mais « El Loco » ne veut rien entendre. Sûr de sa force, il frappe donc son 3ème penalty en 90 minutes, mais cette fois c’est Miguel Calero, le gardien Colombien qui détourne l’ogive. 5 pénaltys sifflés, pour 4 manqués, dont 3 pour Martin Palermo, et une victoire finale 3 à 0 de la Colombie sur l’Argentine.

Après ce match le presse s’en donne à coeur joie. Les unes des journaux n’hésitent pas à traiter Martin Palermo de « Fils de….. » et qualifient cette rencontre de « Nuit Fantôme ». Le quotidien sportif Olé pose la question, « Pourquoi Martin Palermo a été désigné pour tirer les penaltys? », alors qu’en championnat sur ses trois derniers essaies, il en avait déjà raté deux. Un record peu enviable pour le Titan de Boca, qui fait aujourd’hui les beaux jours du Guiness Book des Records !

Malgré cela, il marquera le but vainqueur contre l’Uruguay dans le 3ème match de poule, qualifiant son pays pour les quarts de finale de la Copa, avant d’en être éliminé par le Brésil, grace notamment à un nouveau penalty raté de…… »El Raton » Ayala, cette fois! Ce malheureux épidose mettra pratiquement fin à la carrière internationale de Palermo, puisqu’il ne sera plus appelé pendant presque dix ans!!! Avant de faire un retour incroyable en 2010 sous les ordres de Diego Maradona, qualifiant les Gauchos contre le Pérou pour la Coupe du Monde en Afrique du Sud, avec un but à la 93 ème.

« El Pibe de Oro » l’emmène donc dans ses bagages pour la World Cup, et pour sa première participation, à 36 ans, il marque contre la Grèce lors du 3ème match de poule. Au final, et sans cette mésaventure lors de cette Copa America, Martin Palermo aurait pu avoir une brillante carrière en sélection, malgré cela il ne dépassera pas les 15 sélections, pour tout de même 9 buts marqués.

Cedric Bardou

Be the first to comment on "Un jour, une histoire – Martin Palermo – Artn’sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*