Kian Hansen pour faire oublier Michael Gravgaard

Nantes est dans l’interdiction de recruter, mais un nouveau visage est apparu à la Jonelière en ce début du mois de juillet, celui de Kian Hansen. La défenseur central Danois a été recruté lors du dernier mercato d’hiver avant d’être prêté à son désormais ancien club, Esbjerg. Ce nom vous dit vaguement quelque chose sans doute ? Et bien c’est le bourreau de l’AS Saint-Etienne lors des barrages de la Ligue Europa la saison passée. Venu renforcer un secteur assez fourni (Djilobodji, Vizcarrondo, Djidji voire Deaux) le Danois devra faire oublier son « illustre prédécesseur » au sein de la maison jaune, Michael Gravgaard qui n’a guère laissé un souvenir impérissable au FC Nantes. Que ça soit sportivement ou en coulisses (il avait attaqué en justice le club et au mois d’avril l’affaire n’était toujours pas terminé). Portrait.

 

L’histoire entre Esbjerg et Hansen s’est terminée, après plus de dix années passées dans la ville du sud du Danemark. Formé dans un club qui a remporté cinq fois le championnat, cela remonte néanmoins à fort longtemps, le dernier titre datant de 1979, Kian a commencé chez les professionnels en 2008. Dix-neuf printemps et déjà précoce, sa première saison reste sans relief (4 matches) mais elle a le mérite de voir le jeune loup inscrire son premier but. Petit à petit, il devient important, formant avec Nicolas Haugh ou Thomas Gaardsöe une charnière relativement solide, deux défenseurs expérimentés qui vont lui permettre d’apprendre les fondamentaux de ce rôle-clé. Malheureusement à l’issue de la saison 2010-2011, le club est relégué à l’échelon inférieur. Ce qui n’empêche pas le natif de Grindsed de poursuivre l’aventure et de se forger sa panoplie de footballeur. Favori, Esbjerg acquière le titre de champion facilement, avec 21 victoires en 26 matches et seulement deux revers, d’ailleurs pour l’anecdote, les deux défaites subies ont été quand il était absent ou sur le banc. Devenu une pierre angulaire de l’effectif, Hansen réalise ensuite deux exercices complets avec comme compagnon de charnière Davidson Drobo-Ampem, solide gaillard de 189 centimètres. Le Danois étant un profil beaucoup plus sobre.

 

Courtisé par le FC Nantes, les canaris parviennent à le faire signer après des semaines de négociations compliquées, combinées à des fuites dans la presse. Il est prêté par l’octuple champion de France pour les six derniers mois à Esjberg dans la foulée, son club ne souhaitant pas le libérer tout de suite. Il a même été dans l’obligation de renoncer à jouer la suite de l’Europa League en signant pour le club français (L’UEFA n’autorise pas à ré-enregistrer un joueur si celui-ci paraphe officiellement un contrat dans une autre équipe au mercato d’hiver).

 

Contacté par nos soins, le journaliste Danois Niklas Lind nous explique en détail le profil de Kian Hansen.

« Kian est un joueur très solide. Son entraîneur à Esjberg a évoqué que son transfert était une grande perte pour le club. Ce n’est pas un top player, mais il excelle dans le domaine aérien. C’est un défenseur très calme et intelligent. Il ne prend pratiquement jamais de cartons (10 cartons jaunes, aucun rouge en 132 matches disputés). »

 

 

L’intéressé lui-même se décrit comme un joueur lisant bien le jeu, bon de la tête et rapide comme il le racontait au site officiel du club à son arrivée en janvier dernier. Notre interlocuteur explique aussi pourquoi il n’est pas vraiment un grand joueur dans son pays.

 

« Au Danemark, nous ne produisons pas de grands buteurs, surtout d’excellents défenseurs. Kian n’est que le cinquième choix en sélection, devancé par Agger, Kjaer, Okore et Bjelland. J’ai trouvé cela surprenant que Nantes achète Hansen, alors qu’ils possèdent Djilobodji, Vizcarrondo, mais vu que le défenseur Sénégalais s’en va peut-être. » (NDRL : le contact avec le journaliste a été réalisé avant que le président Kita affirme à la presse qu’un joueur comme Djilobodji ne partirait pas).

 

Il est vrai que le transfert d’Hansen vers la maison jaune devait être en prévision d’un éventuel départ du roc Nantais, il n’en est rien. Désormais ils sont quatre pour deux places et le choix s’annonce cornélien pour Michel Der Zakarian, tant Oswaldo Vizcarrondo était indéboulonnable la saison dernière, malgré son manque de vitesse criant. « El Patron » doit sa place aussi à une grosse expérience et son leadership en défense, encourageant ses partenaires pendant les 90 min, n’hésitant pas à hausser le ton. Le Danois devra faire ses preuves rapidement. Le dernier match amical face à Brest a montré qu’Hansen pouvait se montrer rassurant dans ses interventions, mais que la vitesse n’était pas vraiment son point fort. En revanche, il possède un bon jeu long et défend toujours debout. La complémentarité est encore à trouver avec ses coéquipiers.

 

Quoiqu’il en soit et ceci depuis deux saisons, le FC Nantes ne se loupe pratiquement plus dans son recrutement, même sans cellule de recrutement (elle sera à nouveau créée avec notamment Olivier Monterrubio, William Ayache et Bernard Blanchet). Nous verrons dans les semaines qui arrivent et la reprise du championnat, si ce fût encore le cas. Après tout, Kian Hansen ne pourra pas faire pire que Michael Gravgaard, considéré pour beaucoup de supporters comme un des pires joueurs de l’histoire du club.

 

Thomas Bernier

Be the first to comment on "Kian Hansen pour faire oublier Michael Gravgaard"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*