L’AJA dans les starting-blocks

Ca y est, il ne reste plus que quelques heures avant le début de la saison 2014/2015 de Ligue 2. Il est encore temps de rêver pour tous les clubs du championnat qui souhaitent s’emparer d’un des trois tickets pour la Ligue 1 à la fin de la saison. Et s’il y a bien un club qui veut organiser son come-back rapidement, c’est l’AJ Auxerre. Mais comment se sont préparés les Auxerrois et pourquoi les autres clubs de Ligue 2 devraient reconsidérer l’AJA et se méfier d’elle cette saison ?

 

 

Lors de la précédente campagne, le club icaunais a échappé au pire. Après le départ de la révélation Paul-Georges Ntep, les hommes de Bernard Casoni ont largement faibli, si bien que l’ancien Marseillais a été limogé pour être remplacé par Jean-Luc Vannuchi (ex-Martigues) qui a, non sans mal, sauvé le club de la relégation en National. Cette saison, c’est tout le staff de Jean-Luc Vannuchi qui est de retour, prolongation de contrats à la clé, pour permettre à l’AJA de vivre une saison plus vivante et fructueuse que la précédente.

 

 

Pour se faire, le club bourguignon a du se reconstruire un effectif. 2 gardiens, 3 défenseurs, 6 milieux et 2 attaquants : pas moins de 13 joueurs ne reviendront plus à l’Abbé Deschamps. Jean-Luc Vannuchi a donc décidé d’accorder une confiance inconditionnelle aux jeunes auxerrois vainqueurs en Gambardella la saison dernière. Ainsi, 4 des joueurs titrés ont participé à la préparation du groupe professionnel. De plus, deux jeunes anciens Sedanais qui évoluaient en CFA2 de l’AJA la saison dernière (et qui avaient atteint la finale de la Gambardella en 2013) ont également rejoint le groupe pro.

 

 

 

 

Mais le coach sudiste en était sûr : ça ne pouvait pas suffire. Armé de seulement 3 joueurs de plus de 23 ans, l’ex-Nîmois s’est rendu à l’évidence : l’AJA aura besoin de recrues expérimentées pour épauler toute cette jeunesse. Il a alors joué de ses réseaux pour attirer deux joueurs en fin de contrat au Nîmes Olympique, à savoir les milieux de terrain Pierre Bouby (30 ans) et Vincent Gragnic (31 ans). N’oubliant pas ses qualités de formateur, Vannuchi est tout de même allé chercher un jeune latéral droit grenoblois, Ruben Aguilar (21 ans) qui sera en concurrence avec Henri Ndong pour occuper le poste dans son onze-type. Tafsir Cherif (19 ans, Monaco), ailier polyvalent, est également prêté en Bourgogne. Mais pour rassurer sa défense, l’AJA a même été jusqu’en Turquie pour rappeler Sébastien Puygrenier (32 ans), l’ancien Nancéien. Le club bourguignon s’est même permis une folie rare en Ligue 2 : celle de payer la transaction, mais le montant de celle-ci n’a pas été révélé. Les Auxerrois récidiveront même en recrutant Livio Nabab (Arles-Avignon) avec un transfert d’un montant de 200 000€ selon L’Equipe.

 

 

La plus grande tâche de l’AJA cet été, c’était aussi de trouver ce qu’il manquait la saison dernière : un avant-centre « de profondeur ». C’est une expression qui ferait sourire en Angleterre où les clubs n’en manquent pas, mais Bernard Casoni et Jean-Luc Vannuchi n’ont cessé de l’utiliser pour cibler leurs recherches. Et c’est seulement cette semaine que le Stade de l’Abbé-Deschamps a pu accueillir Cheick Fantamady Diarra, prêté avec option d’achat par le Stade Rennais.

 

 

Tout cela peut sembler prometteur pour les hommes emmenés par Frédéric Sammaritano et Sébastien Puygrenier, capitaine et vice-capitaine, mais qu’en est-il vraiment des objectifs des Icaunais ? L’objectif affiché, c’est la montée. Mais celle-ci n’est pas exigée cette saison. En effet, le club travaille une remontée en Ligue 1 dans les deux ans à venir, ce qui peut laisser le temps à Jean-Luc Vannuchi de mettre en place son plan de bataille. Le coach s’est renforcé sur certains secteurs. Néanmoins, il reste encore du travail.

 

 

 

 

La ligne offensive auxerroise pourrait être l’un des principaux atouts dans la saison à venir. Cette attaque, qui représentait la faiblesse de l’équipe il y a quelques semaines, pourrait faire oublier le faible total de buts inscrits par l’AJA en 2013/2014. L’AJA sera d’ailleurs dotée d’un nouveau système en 4-2-3-1 qui n’avait plus été utilisé depuis le départ d’Olivier Kapo à l’issue d’une saison de transition très compliquée en 2012/2013.

 

 

Ce qui pourrait poser problème se trouve du côté de la défense. Si la défense centrale semble rassurante, ce n’est pas le cas des latéraux. Djellabi, qui sort d’une piètre première saison à l’AJA, sera reconduit en tant que titulaire à gauche. Quant à Aguilar, il profitera du paludisme de Ndong pour démarrer la saison à droite alors qu’il n’a jamais évolué une minute en division professionnelle dans sa carrière. Ca risque d’être serré pour Auxerre, et c’est la même rengaine au poste de gardien de but. Le jeune Donovan Leon, jeune joueur formé au club, ne fait pas l’unanimité et ses lacunes pourraient vite forcer Jean-Luc Vannuchi à aligner son principal concurrent, Geoffrey Lembet, sauveur de l’AJA en fin de saison dernière.

 

Comment l’AJA s’en sortira ? L’avenir nous le dira. Premiers éléments de réponse ce soir, puisque Auxerre accueille le Havre. Les Normands n’ont jamais gagné à l’Abbé-Deschamps, et c’est aux nouveaux auxerrois de faire en sorte que ça continue…

 

Ce qui est clair, c’est que les fans de football ne voudront pas manquer un match de son équipe cette année, nous vous encourageons à venir en avant, choisir le jour qui vous intéresse le plus et obtenir votre billet pour vivre l’excitation de football en direct. Sur internet, il existe différentes façons d’obtenir les meilleurs billets, nous vous recommandons de trouver les billets pour votre équipe dans Ticketbis, un site hautement recommandé pour l’achat de billets de seconde occasion.

 

@Patate_FS

 

Soyez le premier a répondre à "L’AJA dans les starting-blocks"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*