Liverpool : faire plus qu’une saison de transition

Les Reds peinent à lancer leur saison (12°). Les supporters attendent mieux de leur équipe qui s’était hissée à la seconde place du championnat précédent en proposant un jeu offensif et spectaculaire. Les attentes autour des joueurs de Rodgers sont d’autant plus fortes que le club renoue avec la Ligue des Champions quatre ans après sa dernière participation. Malgré un mercato estival très agité (116.8M de livres dépensés, pour huit recrues) et les départs de Suarez et Agger, les coéquipiers de Steven Gerrard ne peuvent pas se contenter d’une simple saison de transition. En effet, il suffit de regarder le début de championnat de Liverpool et l’équipe type alignée contre Everton (1-1) par Rodgers pour comprendre les enjeux qui pèsent sur le club cette saison.

Liverpool�: faire plus qu�une saison de transition

 

Samedi dernier, six recrues étaient titulaires au coup d’envoi face aux Toffees : Moreno, Lovren, Manquillo, Lallana, Markovic et Balotelli. Autant de nouveaux joueurs qui doivent s’adapter à l’identité de jeu qui a fait la force des Reds l’an dernier, trouver des automatismes et s’habituer à l’exigence physique du championnat anglais, que beaucoup de jeunes joueurs découvrent. Moyennant quoi, cette intégration ne peut se faire que progressivement. Celle-ci n’est pas facilitée par l’absence de cadres dont le rôle a été si prépondérant dans la réussite des Reds lors de l’exercice précédent, à l’instar de Glen Johnson et de Daniel Sturridge.

 

 

 

 

Le terne début de saison de Liverpool (sept points : trois défaites, un nul, deux victoires) semble s’expliquer en partie par ce facteur d’intégration, puisque la nouvelle défense de Liverpool a encaissé neuf buts. Le départ d’Agger, le patron de la défense du club de la Mersey durant huit ans, a certainement déstabilisé le bloc défensif. Seul Skrtel qui postulait à une place de titulaire la saison passée faisait partie de l’équipe type contre Everton. Parallèlement, l’attaque des Reds a aussi fait peau neuve (huit buts en six matchs). Alors que Suarez, Sturridge et Sterling enchaînaient buts sur buts l’an dernier (101 buts inscrits en 2013-2014), le nouvel arsenal offensif de Liverpool tarde à se montrer efficace. Il est clair que l’absence de Sturridge se fait ressentir, bien que Sterling et Gerrard parviennent à se montrer décisifs par moments, à l’image du penalty inscrit par le capitaine dans le temps additionnel face à Ludogorets.

 

 

Quid de Balotelli ?

 

 

Rodgers cherche à donner une nouvelle impulsion à son animation offensive. Si le départ du goleador uruguayen se ressent dans les statistiques offensives de son ancienne équipe, il se perçoit aussi dans le jeu des Reds. Suarez n’est pas qu’un redoutable finisseur, il prend la profondeur, il constitue ainsi une menace perpétuelle pour la défense adverse. De plus, il est capable de s’exécuter tout le match aux tâches défensives en fournissant une activité et un pressing constants. Rodgers a misé sur Mario Balotelli pour épauler Sturridge et Sterling. Un buteur, certes prolifique dans ses anciens clubs (28 buts en 51 matchs avec le Milan), mais qui n’évolue pas dans le même registre que son prédécesseur. Il apporte moins de mouvements et fait moins d’appels que Suarez. Il est très à l’aise techniquement, ce qui lui permet d’effacer les défenseurs quand il est face au but et de conserver le ballon ou de le remiser quand il est dos au but. Il peut donc être un excellent pivot pour ses attaquants, mais il est moins dangereux que Suarez, qui est plus percutant. Il est également moins actif dans la récupération du ballon. C’est pourquoi, Rodgers souhaite que Supermario « change de style » sur le terrain afin de se rapprocher du style de Suarez.

 

 

En conséquence, Rodgers confirme une identité de jeu offensive afin de répondre aux obligations de résultats qui commencent déjà à se faire ressentir. Liverpool doit rapidement réagir s’il veut rester au contact du wagon de tête emmené par un Chelsea rayonnant. Il faut aussi faire bonne figure en Ligue des Champions, une compétition qui réussit bien aux Reds (cinq C1 dans le palmarès du club). Un succès à Bâle cette semaine et une victoire contre West Bromwich Albion ce week end pourraient leur permettre de lancer leur saison.

 

Benjamin Brousses

 

Soyez le premier a répondre à "Liverpool : faire plus qu’une saison de transition"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*