Bordeaux : Pallois dicte sa loi ! – Artn’sport

 

« Peu importe le chemin, la volonté d’arriver suffit à tout. » Voilà une citation qui pourrait sortir de la bouche de Nicolas Pallois ! À force de courage et d’abnégation, il fait aujourd’hui figure de révélation en Ligue 1, à pourtant vingt-sept ans. Titulaire indiscutable de la charnière centrale des Girondins de Bordeaux, tout n’était pas gagné d’avance pour le natif de Saine-Maritime… Longtemps mis au placard et amené à cravacher au cœur des échelons inférieurs, ce solide défenseur central a su rebondir pour se présenter aujourd’hui comme la bonne pioche girondine du mercato estival… Retour sur un parcours atypique, riche de volonté et de talent.

Pallois fait ses gammes…

Formé au centre de formation de Caen, Nicolas Pallois connait des débuts footballistiques délicats… En 2007, il ne parvient pas à décrocher son premier contrat professionnel, privilège qui marque le début d’une carrière naissante tant attendu par tout jeune joueur de football. Il se voit par conséquent contraint de quitter les rangs normands. Il rebondit en CFA du côté de Quevilly où il restera deux ans. De 2008 à 2010, il s’impose comme le titulaire à son poste et comptabilise 54 matchs de championnat. Il participe grandement à l’épopée des amateurs en Coupe de France, une ascension fantastique qui prendra fin au stade des demi-finales. Palier où l’US Quevilly sera difficilement vaincu sur le plus petit des scores par le Paris Saint-Germain (0-1). Quoiqu’il en soit, c’est un retour sous les projecteurs pour Pallois qui s’attire les convoitises de Valenciennes. En 2010 alors que le mercato estival bat son plein, il rejoint le club nordiste pour découvrir la Ligue 1. Il décroche par la même occasion son premier contrat professionnel. Malheureusement, l’aventure coupe court et le solide défenseur déchante rapidement… Avec seulement 11 matchs de Ligue 1 au compteur, il décide de mettre les voiles vers Laval, pensionnaire de Ligue 2. Il retrouve du temps de jeu et inscrit 3 buts en 21 apparitions sous le maillot du Stade Lavallois. Malgré une bonne saison à titre personnel, son équipe termine à la seizième place du championnat. Il se tourne alors vers Niort, tout juste promu en deuxième division.

En 2012, il entame sa première saison sous les couleurs du Chamois Niortais. Titularisé à 71 reprises en seulement deux ans, il tape dans l’œil des recruteurs bordelais durant sa seconde saison. Venus superviser Emiliano Sala, jeune attaquant prêté par les Girondins, les émissaires aquitains sont séduits par le profil du solide défenseur niortais et songent à le rapatrier. Au terme d’une saison réussie où il sera honoré dans l’équipe-type de Ligue 2, le natif de Seine-Maritime rejoint les Girondins de Bordeaux contre un chèque d’un montant avoisinant le demi-million d’euros. Il est d’ailleurs la toute première recrue estivale du club au scapulaire, qui doit pallier aux départs de Jérémie Bréchet et du titulaire au poste, Carlos Henrique. Présenté à la presse avec son nouveau maillot Marine & Blanc, Nicolas Pallois arbore fièrement son numéro 5.

 

Pallois fait son trou…

Il le sait, c’est maintenant ou jamais. Arrivé à l’aube de ses 27 ans en Gironde, il n’a plus le choix. Il lui faut s’imposer. Ce qui ne sera pas chose aisée puisqu’il arrive sur la pointe des pieds (malgré une histoire disciplinaire de paris illicites qui fera un peu de bruit) au cœur d’un effectif qui se connait bien. Pressenti pour être une doublure du duo Sané-Rose, le valenciennois étant attendu sur les bords de la Garonne, la tâche s’annonce rude pour Pallois. Seulement, grâce à un généreux concours de circonstances, la venue de Lindsay Rose est avortée et seul le jeune Tiago Ilori débarque en France. Lucas Orban, pressenti pour être repositionné en défense centrale, paye les frais de l’arrivée de Willy Sagnol et plie bagage vers Valence. La hiérarchie des défenseurs est alors toute chamboulée… Quelle place occupera l’ancien-niortais au sein de la charnière centrale bordelaise ? Sera-t-il titularisé aux côtés de Sané ou lui préférera-t-on l’expérimenté Marc Planus ? La première journée de championnat rend son verdict : Pallois est sur le banc, Planus aussi. Sagnol a opté pour la polyvalence de Sertic, descendu d’un cran pour l’occasion. Ce choix semble rassurer des supporters encore dubitatifs au sujet du niveau d’un joueur arrivant de l’échelon inférieur. Seulement, Pallois bénéficie une nouvelle fois d’un coup de pouce du destin et effectue ses débuts avec les Girondins au retour des vestiaires. Fidèle à lui-même, il fait rapidement forte impression et dégage une surprenante sérénité aux abords de sa surface. Bordeaux termine le match sans encaisser de but, Pallois achève le sien en ayant récupéré 11 ballons. Déjà, les prémices d’une solidité à toutes épreuves ont été descellées par certains observateurs…

La deuxième journée donnera raison à Pallois, titularisé lors de la réception de Monaco. Très sollicité dans les pieds, il jouera en tout et pour tout 66 ballons, seulement 4 de moins que Sertic, le plus recherché ce soir-là. Tout le long de la rencontre, il remportera énormément de duels et grattera 12 ballons. Très propre, 92% de ses passes trouveront preneur, ce qui fait de lui le joueur le plus précis sur le terrain. Victorieux 4 buts à 1, il tient peut-être déjà son match référence… Quoiqu’il en soit, il en surprend plus d’un et entame sa campagne de séduction auprès des supporters, endeuillés par le départ du « chouchou » Henrique. Sa cote auprès de Sagnol semble déjà faite puisqu’il ne quittera plus le onze titulaire girondin. Rugueux et appliqué, il récupère un nombre de ballons impressionnant durant les deux matchs suivants (23). Il atteindra même la bagatelle de 28 ballons gagnés lors de la défaite des siens à Guingamp… Énorme ! Très propre, il n’a commis en tout et pour tout que 7 fautes cette saison, dont deux lui ont coûtées un carton jaune. Son excellent début de saison est loin d’être anodin et va de pair avec celui de l’équipe !

Pallois fait l’unanimité !

Si ses statistiques affolent les compteurs, son apport dans le jeu est incontestable. Véritable patron de la défense, il en a presque éclipsé son compère en charnière centrale, pourtant capitaine… Le patron, c’est bien lui ! Et il le démontre à tous à chacune de ses sorties, que ce soit au coach, à ses coéquipiers, aux supporters ou aux attaquants adverses. Ce grand gaillard d’1m90 s’avère être un véritable poison pour ses adversaires. Rapide, solide, discipliné, c’est la révélation de ce début de saison ! Tous les observateurs sont unanimes, c’est la bonne surprise côté bordelais. Son sens de l’anticipation, sa solidité dans les duels, son bon jeu de tête et ses capacités physiques sont autant d’atouts à faire valoir que Pallois ne manque pas de faire rayonner à chaque match. On pourrait presque rajouter ses prédispositions au poste de gardien de but à la longue liste des qualités du défenseur bordelais… S’il perpétue ce niveau de jeu durant toute la saison, nul doute qu’il sera un acteur majeur des performances de l’équipe. Et ce n’est pas pour déplaire à tous les amoureux du clubs, joueurs, staff, dirigeants et supporters !

Pallois dicte sa loi ! 

En statistiques, Nicolas Pallois en 10 matchs de Ligue 1 c’est :

– 9 titularisations. 856 minutes jouées, seul Carrasso a passé plus de temps sur la pelouse.

– 583 ballons joués (10% des 5824 ballons joués par Bordeaux cette saison). 62 ballons joués par match sur ses 9 titularisations. (Bordeaux tourne a 582 ballons joués par match)

– Match référence : Reims – Bordeaux, 82 ballons touchés.

– 174 ballons gagnés. 18 ballons gagnés par match sur ses 9 titularisations.

– Match référence : Guingamp – Bordeaux, 28 ballons grattés.

– 88,8% de passes réussies. 90% de ratio sur ses 9 titularisations.

– Match référence : Saint-Etienne – Bordeaux, 98% de passes réussies.

– 7 fautes commises, autant que son compère Lamine Sané en 6 matchs.

Voici des statistiques ronfleuses qui viennent donner encore un peu plus de crédit à un joueur qui s’est révélé être la bonne pioche des Girondins de Bordeaux ! Espérons que son bon début de saison, jumelé avec la belle entame de championnat des bordelais, ne soit que les prémices d’une saison en apothéose pour le solide défenseur et les siens ! 

Guillaume ANNEQUIN (@GAnnequin_)

Soyez le premier a répondre à "Bordeaux : Pallois dicte sa loi ! – Artn’sport"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*