J29: La Gazette de la Ligue1 – Artn’sport

 

Ce week-end a eu lieu la 29ème journée de L1, avec quelques belles affiches, notamment le choc entre les Olympiques de Marseille et Lyon ce dimanche soir dans un Vélodrome quasi complet. Petit retour en arrière sur ce qu’il faut retenir de cette journée en France…

Tout commence vendredi soir avec deux rencontres, opposant Monaco à Bastia, et Nice à Guingamp dans une Allianz Riviera à huis-clos. Les hommes de Léo Jardim ont bien préparé le huitième de final retour contre Arsenal cette semaine en s’imposant 3-0 contre les Corses, avec un doublé de Martial en réponse à Dugarry… L’ASM se rapproche également du podium, avec toujours un match en retard contre Montpellier.

À Nice, il y avait pour une fois moins d’ambiance que chez son voisin de la Principauté à Louis II. Avec une suspension de stade, l’OGC Nice s’est incliné contre d’irréductibles Bretons qui poursuivent leur opération « Maintien ». Un doublé de Mandanne a offert la victoire à Guingamp. Samedi après-midi, pour une fois, ce n’est pas le PSG qui joue. Saint-Etienne se déplace à Metz, dans l’espoir de rester dans la course à une qualification Européenne. Chose faite, avec quelques frayeurs devant des Lorrains qui ne sont plus imposés depuis 17 matchs maintenant, avec une place de lanterne rouge et une relégation qui se dessine de plus en plus.

Le Montpellier de Loulou recevait également une équipe mal en point en 2015, à savoir le Stade de Reims. Soucieux de se faire pardonner le 5-1 infligé par Lyon dimanche dernier, les hommes de Courbis ont fait le boulot, grâce notamment à Barrios, meilleur buteur de l’année 2015 sur les 5 grands championnats Européens. Victoire nette 3-1 des Héraultais, à la lutte pour une place en Europa League (ou plus ?). Les Canaris Nantais, dans le dur, après une bonne première partie de saison, joue contre l’intraitable ETG de Dupraz. Les Jaunes l’emportent 2-1 contre les Roses, premier non relégable.

Les Merlus du FC Lorient vivent une saison difficile de l’après Gourcuff et doivent se battre dans la zone de relégation. Face un adversaire direct, en forme en 2015, le Stade Malherbe de Caen, les Lorientais n’ont pas d’autres options que la victoire. Ce sera chose faite, dans la minute de l’ouverture du score Normande, par l’insatiable Guerreiro et ensuite Jordan Ayew. Les 2 équipes, avec 34 points, en ont 5 sur le premier relégable.

Le Stade de la Licorne accueillait le « choc » entre le 18ème et le 19ème, match de la mort diront certains. Lens s’imposera finalement en fin de match après avoir été souvent dominé. Toulouse se rapproche de plus en plus de la L2 qui lui tend les bras. Critiqué dans la semaine par le quotidien L’ÉQUIPE, le Belge Origi a répondu par un triplé contre Rennes. Rennes qui aura souvent dominé et malmené des Nordistes, et un score sévère pour les hommes de Montanier.

Après son « succès » face à Chelsea cette semaine, le PSG retrouvait la L1 à Bordeaux dans un stade comble. Fatigués après avoir joué la prolongation (sauf Ibrahimovic en pleine forme que Chelsea n’a pas marquée), Bordeaux écrase Paris dans tous les compartiments du jeu. Ouverture du score méritée pour les Girondins sur corner, et 1-0 au retour aux vestiaires. Ibrahimovic réduit le score dès le début du deuxième acte (en faisant faute sur le défenseur ?) en trompant un Carrasso timide. Bordeaux reprend logiquement l’avantage, quand à 5 minutes de la fin, l’arbitre offre un pénalty pour une faute de Mariano sur Lavezzi…Zlatan transforme la sentence. Mais quelques minutes plus tard, Bordeaux s’arrache et obtient la victoire par Diego Rolan sur un beau mouvement collectif orchestré par Plasil. Dans la foulée, le fait du match, une passe en retrait Girondine, prise à la main par le gardien, sans aucun sifflet de l’arbitre ? Victoire méritée des joueurs de Sagnol, et même Blanc le reconnait en réponse aux micros de Canal.

L’Olympico, inventé par Grégoire Margotton, se doit de l’avoir en commentateur. Lui qui promet qu’il y aura des buts, qu’un Marseille/Lyon ou Lyon/Marseille ne fait jamais 0-0 depuis plus d’une décennie… Manque de pot pour le consultant n°1 de C+ car le match, aussi beau soit-il accouche d’un 0-0. L’OM, troisième dominera comme au match aller des Gones impuissant et recroquevillé devant le but de Lopes. Jouant en contre, l’OL parviendra par moment à surprendre les Marseillais, mais le nouveau record d’affluence du Vélodrome pousse les Olympiens, repoussés par l’excellent gardien Lyonnais ce soir-là. Il y aura pourtant ce fait de match, avec l’ouverture du score d’Ocampos en fin de match, non validée par l’homme en noir… Puis l’expulsion de Morel, homme du match jusqu’à ce moment. 0-0 qui a offert du spectacle, sans buts… 

Les faits marquant de la journée :

Le pétage de plomb de Zlatan Ibrahimovic à la sortie de Chaban Delmas, insultant l’arbitre, la France entière et le football Français. Je cite « En 15 ans, je n’ai jamais vu un arbitre aussi nul dans ce pays de merde. Ce pays ne mérite pas le PSG ». Déclaration qui pourrait coûter cher au Suèdois, déjà suspendu pour le prochain match de Ligue des Champions. La réaction des internautes Français ne s’est pas fait attendre, pas tendre avec la vedette Parisienne, via Twitter et Facebook.

Il faut tout de même reconnaitre l’incompréhension de Mr Jaffredo sur la passe en retrait captée directement dans les mains par Carrassso. Un coup franc indirect aurait dû être sifflé, et Zlatan serait resté calme…

L’autre fait de la journée se passe au Vélodrome, où Marseille joue contre des Lyonnais résistants, jusqu’à ce coup franc à 10 minutes de la fin, suivi par Ocampos qui fait le geste qu’il faut après la parade de Lopes. Le ballon est bien entièrement rentré, mais l’arbitre et ses assistants ne le valident pas. L’absence de la toute nouvelle Goal Line Technology, pourtant présente lors du dernier Mondial et en Angleterre, peut paraitre comme une faute de la LFP, malgré son coût.

Photos: France3/Yahoo

Romain Patinec

 

Soyez le premier a répondre à "J29: La Gazette de la Ligue1 – Artn’sport"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*