PL – Les clés du mercato : West Ham United

il y a des joueurs que tout ou presque unit : club, sélections ou palmarès, même le palmarès dépend aussi du choix et des opportunités de carrière de chacun. Quelques indices : Argentine, West Ham, Premier League, Ligue des champions, Coupe du monde, Copa América dernièrement. Carlos Tévez et Javier Mascherano ont tout gagné dans leur carrière de club. Pourtant l’histoire était bien mal partie. Ils arrivent en Europe en 2006 à West Ham grâce à un fond d’investissement qui leur avait promis d’acheter le club anglais. Les deux parties ne tombent pas d’accord, West Ham s’en retrouve incapable de payer le transfert puis le salaire des deux argentins, qui sont refourgués à des clubs plus prestigieux (Manchester United et Liverpool) sous forme de prêt. Tant mieux pour eux et pour la Premier League puisque l’interaction des fonds d’investissement avec les mouvements de joueurs est désormais banni.

 

Le club londonien, lui, n’avait pas besoin de ça. Surnommé The Academy pour la réputation de son centre de formation qui a vu grandir des joueurs comme Paul Ince, Joe Cole, Frank Lampard, Jermaine Defoe, Michael Carrick ou Rio Ferdinand, le club voulait aussi sa part de joueurs étrangers. Suite à la remontée en Premier League en 2005, les dirigeants voulaient combler les départs de ces futurs grands noms du football anglais en recrutant ces deux argentins. Peine perdue. Le club jouera le milieu de tableau jusqu’en 2010 avant de faire l’ascenseur suite à des problèmes financiers. Sam Allardyce a repris entre temps le club en Championship et fait venir quelques-uns de ces anciens joueurs à Bolton : Jussi Jääskeläinen, Kevin Nolan et Ricardo Vaz-Te qui d’ailleurs marque le but de la montée contre Blackpool.

 

 

Une saison contrastée

 

2014/2015, West Ham dispute sa deuxième saison d’affilée dans l’élite et fort de rentrées financières, le recrutement a été judicieux puisque le club figure régulièrement dans le top 5 pendant la première moitié du Championnat. Les recrues font le boulot, Diafra Sakho impressionne avec 5 buts lors de ses 5 premières titularisations et passe devant Andy Carroll et Carlton Cole dans la hiérarchie. Enner Valencia se distingue également par sa vitesse. Stewart Downing renaît en faisant parler son pied gauche. Sur le côté droit, Aaron Cresswell recruté de Championship s’adapte très vite à la Premier League. Enfin l’entrejeu est tenu par le camerounais Alex Song, prêté par Barcelone, aux côtés de Kevin Nolan et de Mark Noble, seul joueur de l’équipe première formé au club. L’ancien Gunner devient le baromètre de l’équipe. Si l’efficacité est de mise en attaque, le milieu de terrain est sur courant alternatif notamment en raison d’un manque de meneur de jeu. Kouyaté, Song, Noble et Nolan ont des profils similaires. Sam Allardyce mise alors sur les côtés avec Downing, Jarvis, Amalfitano devant puis Jenkinson et Cresswell derrière. Si le plan s’avère concluant pendant la première moitié de saison, les blessures de Sakho et Song mettent en exergue les carences de l’effectif.

 

Modibo Maïga, Andy Caroll et Carlton Cole ne convainquent pas devant. 3V 7N et 11D, c’est le bilan de la deuxième moitié de saison, la formation de Big Sam dégringole au classement avec uniquement 16 points pris en 2015 sur les 63 possibles, soit un parcours de relégable. Les Hammers peuvent aussi remercier leur public – seulement 3 V à l’extérieur en 38 journées -, car les résultats sont très contrastés entre Boleyn Ground et les autres jardins de PL. Le jeu manque de création, West Ham se repose sur sa défense et son jeu aérien, Song disparait des radars et Big Sam, dont le contrat ne sera pas renouvelé, laisse le club tourner en roue libre jusqu’à la fin de saison.

 

 

L’ambition européenne

 

Si ses voisins londoniens ne font pas trop de bruit, les Hammers se sont mis au travail très vite. Slaven Bilic, ancien joueur du club et ex-séléctionneur de la Croatie a été choisi pour diriger l’équipe pour la saison à venir. Le technicien croate vient avec une expérience en coupe d’Europe avec le Lokomotiv Moscou et le Besiktas, et retrouve une équipe qualifiée en Europa League, grâce au classement Fair-play de l’UEFA, malgré sa 12e place en championnat. Un tel honneur, pour une équipe qui évolue en PL, championnat réputé pour l’engagement et l’intensité des matchs, est plus que surprenante. L’UEFA devrait revoir comment récompenser « as fairly as possible » (justement) le FAIR-Play, c’est la moindre des choses. Passer devant six équipes au classement grâce au fair-play, c’est pas mal payé ! Revenons à West Ham : Bilic aura donc la lourde tâche de remettre en selle le club, surtout son milieu de terrain. L’arrivée de Dimitri Payet a fait couler beaucoup d’encre en France : 18 millions d’euros pour un international français, meilleur passeur de Ligue 1 c’est une bonne pioche. Reste à bien l’intégrer dans le collectif.

 

En tout cas, il fera beaucoup de bien en qualité de meneur de jeu, comme en sélection. Un espoir argentin Manuel Lanzini (22 ans) arrive en prêt. Ce jeune joueur formé à River Plate peut évoluer dans l’axe ou sur les ailes. Ces renforts devraient permettre aux arrières latéraux de moins se projeter devant et de venir couvrir le milieu de terrain à 4 si Bilic souhaite conserver le 4/4/2 de Big Sam. Les largesses défensives sont liées aux montées fréquentes des latéraux et le manque de couverture des milieux de terrain. Toujours dans ce secteur de jeu, le gabonais Pedro Obiang arrive en provenance de Sampdoria pour probablement pousser Kevin Nolan sur le banc.

 

 

On cherche également à acquérir définitivement Song mais d’autres écuries sont sur le coup, Chelsea notamment. En défense, les révélations ont été l’œuvre des latéraux avec Carl Jenkinson, propriété d’Arsenal que l’on souhaite garder et Aaron Cresswell, déjà prolongé. Dans l’axe Angelo Ogbonna, défenseur de la Juventus de Turin, vice-champion d’Europe, vient renforcer le trio de centraux Tomkins, Collins et Reid qui ont beaucoup manqué de vitesse ; Ogbonna est du même calibre avec l’expérience européenne en plus. Un défenseur supplémentaire est espéré pour probablement installer une nouvelle paire axiale censée protéger la cage d’Adrian, auteur d’une très bonne saison. Si la piste Abdennour paraît irréaliste, l’arrivée d’un nouvel attaquant en la personne de Seydou Doumbia pour épauler Sakho et Valencia reste crédible. Au niveau des départs, l’effectif ne demande qu’à être dépouillé, beaucoup de joueurs ayant déçu comme Amalfitano, Nene, Cole, Carroll, Demel, Maïga, O’brien.

 

Des solutions ne manquent pas pour renouveler l’effectif des Hammers. Le cas Alex Song reste un dossier important et pourrait chambouler le recrutement tant le camerounais a eu un impact sur le jeu. L’autre interrogation c’est quid de Slaven Bilic, un pari des dirigeants. Aura-t-il les épaules pour mettre plus de cohésion dans cette formation, faire mieux qu’une place en milieu de tableau et un parcours honorable en Europa League ? On verra si c’est trop demander pour un nouvel entraîneur mais ce qui est sûr c’est que West Ham doit désormais se mettre à regarder le classement vers le haut plutôt que vers le bas.

 

 

Bluvist (spécialiste PL)

Be the first to comment on "PL – Les clés du mercato : West Ham United"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*