Come-back en Champion’s League : Lyon est prêt à sortir ses griffes ?

L’Olympique lyonnais n’a plus retrouvé la Ligue des Champions et ses phases de poules depuis la saison 2011-2012 (puisque l’Olympique Lyonnais n’a pas accédé aux poules en 2013 après sa double défaite en barrage contre la Real Sociedad). Lyon est sorti en 1/8ème de finale (après s’être qualifié pour les phases à élimination direct miraculeusement, grâce à une large victoire à Zagreb 7-1, cumulée à une défaite de l’Ajax 3-0 contre le Real Madrid) par la modeste équipe de l’APOEL Nicosie, aux tirs au but, lors du match retour à Chypre. Après quelques années d’absence dans la plus belle des coupes européennes marquées par des désillusions, Lyon aura à cœur de briller en Ligue des Champions pour cette saison 2015-2016, puisque le club rhodanien est déjà qualifié en phase de poules.

 

Un retour en Ligue des Champions grâce à une saison dernière prometteuse

 

La saison 2014-2015 a été une réussite totale pour le club de Jean-Michel Aulas par les résultats favorables (hormis une énorme déception en barrage d’Europa League, avec une élimination prématurée contre Astra, club roumain, à cause de la règle des buts à l’extérieur) tout au long de la saison. Le championnat exercé par l’Olympique lyonnais a été réussi. Le club a terminé deuxième du championnat avec 75 points au compteur, à huit points derrière le Paris-Saint-Germain. Lyon est également la deuxième meilleur équipe à domicile, en réussissant à prendre 45 points sur 57 points possible (seulement trois nuls et deux défaites). Et on peut penser que les lyonnais souhaitent faire, de nouveau, une grande saison à Gerland, puisque le Grand Stade arrive en janvier 2016, et qu’il faudra finir en beauté les derniers instants avec Gerland, un stade qui rappelle beaucoup de souvenirs pour les supporters. À l’extérieur, le club rhodanien termine troisième avec trente points pris, derrière Monaco et le PSG.

 

Sur le plan comptable, Lyon a été à la hauteur, mais une saison se juge aussi sur les confrontations directes, contre les grosses équipes du championnat, en l’occurrence, Paris, Monaco, Marseille et Saint-Etienne. À domicile, Lyon fait un bilan plutôt intéressant contre le top 5, avec une victoire contre Monaco lors de la 5ème journée, 2-1 (Tolisso et Fekir pour les buteurs), une victoire très juste contre Marseille qui aurait mérité bien plus, 1-0 (Gourcuff) lors de la 11ème journée. Puis, deux matchs nuls, où les lyonnais ont manqué de réussite, d’abord contre le PSG à la 24ème journée avec ce score de 1-1 et le pénalty à retirer d’Ibrahimovic qui a fait beaucoup de débats. Enfin à la 33ème journée, le 2-2 contre Saint-Etienne où Lyon n’a pas été efficace contre son éternel rival. Huit points sur douze à domicile contre le top 5, c’est quand même satisfaisant. A l’extérieur, à l’image du bilan comptable, Lyon n’a tout simplement pas réussi à battre un membre du top 5 dans son antre, mais s’en sort avec trois matchs nuls, comme à Paris, sur le score de 1-1, et deux scores nul et vierge (à Marseille et Monaco). En revanche, la défaite à Geoffroy-Guichard 3-0 le 30 novembre 2014 est un sale souvenir pour les jeunes lyonnais (surtout que c’est un derby), leur seule défaite de la saison contre un top 5. Si Lyon doit passer un cap pour la saison 2015-2016, c’est évidemment d’être capable de s’imposer à l’extérieur contre les pointures françaises, et le club le sait très bien.

 

 

La bonne saison de Lyon, en plus des bons résultats, c’est aussi la qualité de jeu proposé et produit par Hubert Fournier. La mentalité à Lyon est de jouer un football offensif, avec une prise d’initiative systématique, et un collectif qui a la maîtrise du jeu. Ainsi, Lyon a régalé les spectateurs et téléspectateurs avec ce football-là. Comme l’Olympique de Marseille de Marcelo Bielsa, on ne s’est jamais ennuyé avec eux, et c’est le football que les gens préfèrent, un football malheureusement trop rare en Ligue 1. Les phases collectives sont maîtrisées, fluides, et ce n’est pas par hasard. En effet, c’est aussi le fait qu’il y a une équipe qui se connaît et joue ensemble depuis beaucoup de temps, depuis le centre de formation pour la plupart, comme Fekir, Grenier, Lacazette, Umtiti, Gonalons, Tolisso, N’Jie. Cela fait la différence, et on voit tout de suite la réussite de la formation lyonnaise qui porte ses fruits par des résultats positifs, obtenus avec la manière, et parfois, la réussite qui arrive comme face à l’Olympique de Marseille, où, à l’aller comme au retour, les lyonnais auraient pu ressortir avec deux défaites au lieu d’une victoire et d’un match nul.

 

Même si l’Olympique lyonnais a encore à apprendre, comme gérer mieux à l’extérieur et contre le top 5 chez eux par exemple, on peut relever une équipe qui arrive à maturité, bien qu’elle possède le cinquième effectif le plus jeune de la Ligue 1, avec une moyenne d’âge de 24 ans et 6 mois. Le portier Anthony Lopes en est un exemple avec une saison très solide de sa part, avec notamment de très bons réflexes sur sa ligne, qui ont déjà sauvé plusieurs fois ses camarades. Il s’est imposé comme l’un des meilleurs gardiens du championnat. Depuis, il a intégré la sélection portugaise, à 24 ans, et compte bien bousculer la hiérarchie. Gonalons a également passé un cap, et s’impose comme le taulier du milieu lyonnais, avec le brassard de capitaine. A 26 ans, il continue l’aventure avec sa famille lyonnaise, alors qu’auparavant, des clubs comme Naples l’ont supervisé. Enfin, personne n’a raté l’éclosion de Fekir et Lacazette, le duo magique qui a fait gagner de nombreux matchs à Lyon. Leurs statistiques sont honorables : 31 buts toutes compétitions confondues (dont 27 en championnat) et 7 passes décisives (dont 5 en championnat). En revanche, l’attaquant originaire de Guadeloupe n’a pas marqué contre une équipe du top 5 cette saison. Quant à Fékir, à seulement 22 ans, et pour sa première véritable saison en Ligue 1 (la saison dernière, il n’a disputé que 17 matchs au total), il a marqué toutes compétitions confondues, 16 buts (dont 13 en championnat) et 9 passes décisives. Et les deux protagonistes ont intégré l’Equipe de France, et le sélectionneur comptera très probablement sur eux à l’avenir, surtout pour la prochaine échéance, l’Euro 2016 à domicile.

 

 

Une équipe avec une expérience très solide en Ligue des Champions

 

On sait que Lyon, comme Marseille par exemple, a une aura européenne, et est une équipe qui aime jouer la coupe d’Europe, et a acquis sa notoriété tout au long des années 2000, et a fait grimper le coefficient UEFA français, aujourd’hui en difficulté. L’expérience de ce club en Europe est importante, et doit bien sûr, galvaniser les joueurs qui composent ce club actuellement.

 

Lyon va connaître une 15ème participation en Ligue des Champions, dont la 13ème en phase de poule. On se rappelle quand même que le club de Jean-Michel Aulas a rallié une fois les demi-finales pendant la saison 2010-2011 (en éliminant successivement le Real Madrid et des Girondins de Bordeaux longtemps leader du championnat avant de s’écrouler), éliminé par le Bayern Munich. Lyon a rejoint régulièrement les quarts de finale, au nombre de 4, dont 3 fois d’affilés entre 2004 et 2006 (perdus contre le FC Porto de Mourinho, le PSV Eindhoven et le Milan AC d’Ancelotti). On peut relever des éliminations en 1/8ème de finale contre des grands clubs comme le FC Barcelone en 2009, futur vainqueur de l’épreuve ; contre Manchester United en 2008, également futur vainqueur de l’épreuve. Lyon connaît très bien la Ligue des Champions. Pourtant, c’est une équipe aujourd’hui, qui va devoir la découvrir spontanément dans un mois et demie.

 

Il faut quand même savoir que la plupart des joueurs lyonnais n’ont jamais disputé la Ligue des Champions. Seuls Bakary Koné, Maxime Gonalons, Clément Grenier, Gueïda Fofana, Christophe Jallet et Alexandre Lacazette ont connu la saveur de la ligue des champions. Ainsi, le club a une âme européenne, mais les joueurs qui la composent sont pour la plupart très inexpérimentés au niveau européen. La grosse majorité de l’équipe n’a connu seulement que des matchs d’Europa League, ce qui n’est pas du tout le même niveau, la même intensité, la même pression qu’un match de Ligue des Champions. Cette équipe lyonnaise va être attendue par le football français : Paris et Monaco ont fait de bons résultats la saison dernière (deux ¼ de finale), à Lyon de faire de même. Le mélange jeunesse et vieux briscards monégasque ont déjoué tous les pronostics, où personne ne voyait le club de la principauté passer les poules. Alors, pourquoi ne pas parier la jeunesse talentueuse lyonnaise actuelle, pour continuer à écrire l’histoire européenne de l’Olympique Lyonnais ?

 

 

Une période estivale maîtrisée de toute pièce

 

Pour refaire la même saison que la saison passée, en championnat, et dès le mois de septembre, en ligue des champions, Lyon devait recruter. Et Jean-Michel Aulas s’est activé sur le sujet. Le départ libre de Gourcuff libère de la masse salariale, et peut permettre de recruter plus facilement, à commencer par l’ex-attaquant de Guingamp, Claudio Beauvue, venu pour cinq millions d’euros. Sa bonne saison avec le club breton (auteur de 17 buts en championnats, 5 buts en 8 matchs d’Europa League, 4 buts en 5 matchs de Coupe de France) est un choix logique de Lyon, et va renforcer considérablement l’attaque lyonnaise. Autre renfort, celui de l’ancien marseillais, Jérémy Morel, arrivé libre. L’ancien protégé de Marcelo Bielsa a beaucoup progressé à ses côtés, et joueur polyvalent, capable d’évoluer au poste de latéral de gauche, tout comme en défense centrale (poste où il a évolué à Marseille la saison passée). De plus, avec 13 matchs disputés en Ligue des Champions avec l’Olympique de Marseille, sa petite expérience européenne peut apporter au groupe. Cette arrivée pour zéro euro est un renfort non négligeable pour Lyon. Ce sont les seules arrivées officielles, mais Jean-Michel Aulas ne veut pas en rester-là. En effet, le club serait en contact avancé avec l’ex-joueur Montpelliérain, Younes Belhanda (Dynamo Kiev). Auteur d’une saison peu convaincante avec le champion d’Ukraine, Kiev souhaite le vendre, et le joueur pourrait bien être intéressé par un retour en France, avec la possibilité de jouer la Ligue des Champions, et le haut du tableau en championnat. Lyon, en tout cas, est ambitieux, et est prêt à se renforcer le plus possible, et cela risque de continuer avant la fin du mercato, c’est ce que promet le président lyonnais.

 

La période estivale s’annonce bonne avec un mercato qui se déroule bien, mais aussi, un groupe qui reste intact. Aucun départ majeur n’est à signaler (hormis Bahlouli, parti à Monaco) et mieux, l’Olympique lyonnais a réussi à prolonger des joueurs cadres, preuve d’une réelle ambition nationale et internationale. C’est le cas par exemple d’Anthony Lopes, Nabil Fekir et Corentin Tolisso, le 8 juillet 2015. Les trois joueurs, issus du centre de formation, ont prolongé leur contrat jusqu’en 2020, preuve d’un véritable engagement envers le club. Un mois plus tôt, Grenier a prolongé son contrat jusqu’en 2018. N’oublions pas non qu’auparavant, dès le début de la saison passée, en septembre 2014, Lacazette avait prolongé son contrat jusqu’en 2018, tout comme Clinton N’Jie le même mois, mais jusqu’en 2019. Enfin, en novembre 2014, Gonalons a également prolongé son contrat, jusqu’en 2018. Avec toutes ces prolongations de contrats, Lyon peut assurer une certaine stabilité. Cependant, Lacazette ou Fekir risquent de recevoir beaucoup d’offres, mais les deux joueurs, malgré leurs prolongations de contrats, resteront probablement, en sachant qu’il y a l’Euro 2016, et que les deux joueurs ont l’ambition d’y participer, avec l’Equipe de France. Cette équipe de Lyon est en tout cas rôdé pour faire une grande saison 2015/2016, peut-être encore embêter le PSG, et réaliser une surprenante ligue des champions ? En tout cas, la gestion du club durant l’été est très bonne, et laisse présager de très bonnes choses.

 

 

L’économie du club va également respirer. La fin des travaux du Stade des Lumières est prévu en janvier avec un match inaugural, comme l’a fait les Girondins de Bordeaux lors de la dernière journée de Ligue 1 2014-2015 fin mai, contre Montpellier. Le coût des constructions atteignant 405 millions d’euros, Lyon a dû se reposer sur sa formation, limiter ses transferts, et même vendre (Lisandro Lopez, Michel Bastos) pour limiter les coûts. Depuis, avec l’arrivée dans quelques mois de ce nouveau stade pouvant accueillir 60 000 spectateurs, le club va passer dans une nouvelle phase, et le club est en pleine prospérité, peut-être comme dans la grande phase glorieuse des années 2000 que le club a connu. 

 

En tout cas, Lyon est prêt maintenant pour griffer ses prochains adversaires nationaux et européens. Actuellement, on peut se dire que Jean-Michel Aulas rugit avec joie en ce moment, et effectivement, l’avenir du club lyonnais pour les années à venir, est prometteur, et peut nous réserver des surprises pour la saison 2015-2016.

 

Raphael Benbouhou

Be the first to comment on "Come-back en Champion’s League : Lyon est prêt à sortir ses griffes ?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*