Manchester United/ Wayne Rooney: Y’a t’il un 9 dans la salle ?

Mercredi face à Bruges, alors qu’il venait d’enchaîner dix matchs sans trouver le chemin des filets , Wayne Rooney gardait la confiance de Louis Van Gaal, qui l’alignait sur la pointe de l’attaque mancunienne. Visiblement, le coach hollandais a eu le nez fin, puisque Captain Wayne a sorti les crocs à trois reprises , pour mettre fin à sa longue période de disette , de la plus belle des manières. Aujourd’hui , alors que le club recherche activement un buteur pour palier au départ de Robin Van Persie, Wayne Rooney se révèle être un sérieux candidat au poste tant convoité.

 

Le triplé de Wayne Rooney relance le débat, les ratés de Chicharito aussi…

 

United doit il recruter un avant centre ? Non, pas si on se fie à l’excellente prestation de son capitaine mercredi soir face à Bruges. Auteur d’un magnifique triplé, Rooney s’est chargé d’éteindre le peu d’espoir qu’il restait côté belge ( après la défaite 3-1 à Old Trafford), rappelant à ses détracteurs qu’il faudrait bien compter sur lui cette saison.

 

Après 20 minutes de jeu, d’un subtil ballon piqué , Rooney ( bien aidé par l’excellent Memphis Depay) mettait les siens sur de bons rails . Au retour des vestiaires, le buteur anglais anéantissait tout suspense d’un plat du pied déconcertant de facilité, sur un caviar d’Herrera. 8 minutes plus tard, sur une action similaire au premier but ( mais cette fois de l’autre côté du terrain, servi par Mata) il trompait à nouveau Bolat qui voyait le ballon lui filer entre les jambes. Et de trois pour Wayne Rooney! Pas mal pour un joueur qu’on annonçait en perte de confiance, incapable de briller dans le schéma de Van Gaal. Pour corser l’addition, Schweini, inspiré, trouvait Ander Herrera qui ne se fit pas prier pour achever la pauvre formation flamande. La soirée aurait pu être parfaite si elle n’avait pas été entachée par les multiples ratés de Javier  » Chicharito » Hernandez . Entre son penalty manqué et le loupé ridicule face au but de Bruges, le  » petit pois » a suscité un certain agacement chez Louis Van Gaal et Ryan Giggs ( adjoint) , comme en atteste le petit regard noir que se sont lancés les deux hommes après le penalty.

 

En plus de qualifier United pour les phases de poules de la Ligue des Champions, ce triplé retentissant chamboule quelque peu les plans recrutement de Louis Van Gaal , qui, contre toutes attentes, pourrait finalement installer son capitaine et maître à jouer, au poste de numéro 9. Alors que les noms de Cavani, Harry Kane, Thomas Muller ou encore Arjen Robben sont évoqués, Rooney le buteur , à défaut d’apporter de la nouveauté, rassure et amène de la stabilité.

 

 

Un schéma tactique inspiré du Manchester United de 2008 ?

 

Sur la gauche, le onze aligné par Louis Van Gaal lors du match retour contre Bruges. A droite, le onze qui a remporté la Ligue des champions en 2008 face à Chelsea ( 1-1 ; 6-5 TAB ). A bien y regarder, le schéma tactique de Louis Van Gaal (4-2-3-1) comporte pas mal de similitudes avec celui de son prédécesseur Sir Alex Ferguson (4-2-2-2). Si l’on se concentre uniquement sur l’attaque , on remarque aisément que le schéma offensif actuel est quasi identique à celui de 2008. Depay remplace Ronaldo sur l’aile gauche ( même profil : technique , rapide, bon tireur de coup franc) ; Mata lui, remplace Nani/Hargreaves ; Wayne Rooney seul rescapé de 2008 ( avec Carrick) reste à la finition. Néanmoins, dans le système Van Gaal, il n’y a plus deux mais un seul attaquant de pointe: Petit détail pour certains , grand bouleversement pour d’autres, ce choix de troquer un buteur contre un numéro 10 ( Januzaj face à Bruges ) est au cœur du mercato de Man United.

 

En effet, alors que le club dispose d’une enveloppe de 100 millions pour recruter, plusieurs options s’offrent à Louis Van Gaal :

 

1. Investir dans un pur avant centre ( 9 ) , qui pourrait épauler Wayne Rooney , dans un système à deux attaquants et servir de point d’encrage à l’attaque mancunienne , à l’image de ce que faisait Carlos Tevez en 2008 , dans le système de Sir Alex Ferguson.

 

2. Replacer Rooney en numéro 10 , dans une formation en 4-2-3-1 (actuel dispositif de Van Gaal) et recruter un avant centre de métier . Un joueur au profil athlétique et doté d’un bon sens du but serait la recrue idéale ( la vista , toujours la vista !) . Le Serial buteur anglais Harry Kane est l’archétype du buteur ultra réaliste , juste ce qu’il faut de technique et solide dans les duels. Edinson Cavani pourrait également convenir à ce système de jeu.

 

 

3. Mercredi , face à Bruges, Wayne Rooney a démontré que l’on pouvait lui laisser les rênes de l’attaque mancunienne. Januzaj pas assez convaincant au poste de numéro 10 , Juan Mata pourrait ainsi glisser dans le centre , juste derrière l’attaquant. Pour le remplacer sur l’aile droite, Manchester pourrait avoir la bonne idée d’enrôler Arjen Robben, qui retrouverait à Manchester un certain Louis Van Gaal, qu’il a croisé à Munich et en sélection nationale. Ce transfert n’a rien d’utopique, d’autant que le Bayern serait plus ouvert au départ de l’ailier oranje qu’a celui de son coéquipier en club Thomas Müller, autre cible de Manchester.

 

4. La solution se trouve t’elle déjà au sein de l’effectif actuel ? Herrera , Januzaj , les jeunes pousses ont prouvé qu’elles avaient assez de talent pour se faire une place dans le Onze de départ. Herrera ayant déjà scoré à 8 reprises la saison dernière, est le prétendant idéal au poste de numéro 10 . Juste derrière, le jeune talent belge Januzaj pourrait bien bouleverser la hiérarchie des attaquants à Manchester.

 

 

Alors que les supporters attendent du neuf , Wayne Rooney pourrait bien être l’homme providentiel en terre mancunienne. Faut il recruter un numéro 9 ? Les cartes sont dans les mains de Louis Van Gaal.

 

Maxime Louart

Be the first to comment on "Manchester United/ Wayne Rooney: Y’a t’il un 9 dans la salle ?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*