Olympique Lyonnais : Les sommets ou la catastrophe ?

Où en est l’Olympique Lyonnais ? Sa préparation à présent terminée après une Valais Cup, une Emirates Cup et un Trophée des Champions catastrophiques, la question mérite de se poser. En effet, les Gones ont enregistré un bilan de 5 défaites pour une seule petite victoire face à un Milan AC bien loin de son niveau d’antan. A quelques heures de son premier déplacement à Guingamp dans le cadre de la deuxième journée de Ligue 1 et après un début de championnat poussif la semaine passée face à Lorient, les questions sont nombreuses à propos de cette nouvelle saison, la plus importante peut-être de l’Histoire du club de Jean-Michel Aulas.

 

Retard à l’allumage

 

Forts d’une formidable saison 2014-2015 ponctuée par une place directe pour la prestigieuse Ligue des Champions, les Lyonnais font la moue. Bien lointaine paraît la lutte pour le Titre jusqu’aux dernières journées de Ligue 1, la faute à une préparation estivale tout bonnement catastrophique. La Valais Cup qui a pris place entre la Suisse et la France s’est avérée être un échec, la faute certainement à l’absence des Internationaux et de la quasi totalité des futurs titulaires. Cependant, cette compétition faisait office de chance donnée aux nombreux jeunes prometteurs du groupe U19 finaliste de la dernière Gambardella et du groupe CFA. Manqué. Un bilan de deux défaites face à Sion et au PSV et un échec concernant les jeunes tels que les Pagliuca, Kalulu ou encore Mboumbouni. Ainsi Hubert Forunier tire un constat plutôt dur : « C’est un bon enseignement pour les jeunes joueurs qui composaient à 90% notre équipe. Et ça montre le décalage qui peut exister avec les U19 ou la CFA des catégories où ils ont plus l’habitude d’évoluer. C’est un peu décevant par rapport à ça. On attendait mieux. Et ils n’ont pas été à la hauteur ».

 

Les Internationaux n’y changent rien

 

La préparation a largement été agitée par les discussions de prolongation au sein du club. Fékir, Tolisso, Ferri, Umtiti, tout comme Lopes qui a laissé craindre le pire aux supporters, tous ont prolongés et vu leurs salaires êtres augmentés, tout comme Alexandre Lacazette, le meilleur joueur du championnat version 2014-2015 aura mit le temps, mais il a finalement accepté la proposition de “top salaire” du Président Aulas. L’arrivée des Internationaux plus tardive donc, ceux-ci probablement plus préoccupés par leurs intérêts personnels, a certainement dû perturber le groupe lyonnais. Pas suffisamment car dans un match de gala à Gerland face à une équipe bis du Milan AC, les Lyonnais se sont aisément imposés, laissant présager une montée en puissance des Gones avec comme objectif de faire bonne figure dans l’Emirates Cup d’Arsenal. Tout faux ! Les Lyonnais pour leur entrée en matière face à l’équipe d’Arsène Wenger vont vivre un véritable cauchemar, avec la présence des joueurs principaux, les hommes d’Hubert Fournier chutent lourdement 6-0. La blessure de Clément Grenier n’y est pas anodine, mais la défense, le talon d’Achille depuis plusieurs saison de l’OL, refait surface. Le match du lendemain face à Villareal, au dessus techniquement et victorieuse 2-0 d’une équipe lyonnaise rajeunit paraît plus anecdotique mais n’est guère plus rassurante..

 

 

La rencontre face au PSG en Trophée des Champions n’a été qu’un fiasco de plus dans cette préparation, avec une défaite sur un score flatteur de 2-0 comptes tenus des opportunités que les Parisiens se sont créées tout au long du match. Ce match a permit de mesurer le fossé qui séparait les deux équipes et a convaincu le staff de recruter, un mal pour un bien donc.. Le besoin de recruter d’explique également avec les blessure. Grenier et ses deux pépins physiques successifs lors de la préparation sera éloigner jusqu’à la fin de l’année 2015, Fofana victime d’une grosse blessure l’été dernier a choisi par précaution de reprendre en début d’année 2016. Les rhodaniens ont prit un coup derrière la tête, d’autant plus dur pour Fournier qui voyait en ces deux joueurs des recrues pour cette saison étant donné leur absence sur la quasi totalité de la saison dernière… Ajouté à cela les blessures de Jallet, Morel et Ghezzal et vous comprendrez pourquoi la préparation lyonnaise est tout sauf enviable.

 

Aulas monte au créneau

 

Occupé par les prolongations des uns et des autres et par les signatures de Jérémy Morel et surtout de Claudio Beauvue, le Président Aulas n’était pas vraiment présent sur la partie sportive à proprement parler. Cependant après les déroutes successives les officialisations de transferts de Valbuena et de prolongation de Lacazette ont obligé Aulas à intervenir. En effet le plus emblématique des Présidents français s’est emporté contre son équipe estimant que « Les garçons se regardent, individuellement, plus qu’avant. Avant, c’était une bande de copains. Aujourd’hui, c’est une équipe de stars avec des gros salaires ». Extrêmement remonté après la déroute londonienne, Aulas a promis 4 à 5 arrivées de recrues, des internationaux sous 8 jours. N’koulou est toujours espéré, on a parlé également de Yanga M’biwa, Belhanda, Aquilani, Tousart, Kanté ou encore Sidibé.

 

Des noms connus avec les anciens du MHSC, Belhanda parti s’exiler en Ukraine ou Yanga M’biwa qui a erré entre Angleterre et Italie sans pour autant s’imposer. Mis à part l’international italien Alberto Aquilani, âgé de 31 ans et passé pas la Roma, Liverpool ou encore la Juve, l’OL semble s’orienter donc vers des joueurs du championnat français ou des anciens de notre bonne vieille Ligue 1, une tactique qui avait fait la grandeur du club au début des années 2000. Promesse tenue donc avec les arrivées de Rafael, l’ancien latéral droit de Manchester United qui n’avait plus les faveurs de Van Gal mais qui est un renfort de poids compte tenu de son importante expérience aussi bien en Angleterre qu’en Europe. Mathieu Valbuena est également arrivé et malgré son étiquette de “Marseillais”, il va faire le plus grand bien à une attaque lyonnaise en manque de repère, ajouter à cela la signature imminent de Yanga M’biwa qui apportera certainement une stabilité tant recherchée depuis quelques années dans le secteur défensif. Une arrivée en attaque est également dans les tuyaux pour compenser le départ de N’jie, pour 15M€ environ et celui probable de Benzia. Ce recrutement tardif est un signe d’une prise de conscience du Président et du staff lyonnais qui s’attend à jouer une cinquantaine de matchs sur cette saison et qui, avec la pâle copie rendue par les jeunes lors de la Valais Cup, s’est certainement rendu compte que l’effectif manquait de profondeur. Mieux vaut tard que jamais.

 

 

Un parcours semé d’embûches

 

Le décor est donc planté. L’OL n’a pas réalisé une aussi belle saison passée pour aller s’humilier aux yeux de l’Europe. Et Aulas sera là toute l’année pour le rappeler. La saison 2015-2016 fera office de confirmation pour la jeunesse dorée lyonnaise ou sera une énorme déception. La deuxième option n’est pas envisageable, ainsi les Lyonnais doivent immédiatement mettre la machine en route dès samedi face à Guingamp au Roudourou, car après un départ poussif face à Lorient la semaine dernière, les Lyonnais se doivent de justifier leur statut national. Les choses devraient néanmoins rentrer rapidement dans l’ordre à condition que les Lyonnais retrouvent cette cohésion et ce football bien léché qui leur a permis de faire vaciller le PSG l’année dernière. Certes les choses devraient être sensiblement différentes cette saison. Avec un PSG qui ne se laissera pas bousculer comme l’année dernière, qui a gonflé ses rangs avec la signature de Stambouli en remplacement de Cabaye et l’arrivée d’Angel di Maria – du lourd donc – ces éléments devraient faire de Paris une équipe d’autant plus incontestable cette saison. Ajouté à cela le recrutement malicieux de Monaco avec notamment El Sharaawy et Farès Balhouli arrivé en provenance de… Lyon.

 

Marseille après un inquiétant début de mercato, laisse entrevoir un projet sportif séduisant, malgré le coup de sang de Marcelo Bielsa… Lille sera également un concurrent sérieux avec l’arrivée du charismatique Hervé Renard, de retour en Ligue 1 après son expérience réussie en Côte d’Ivoire. Le chemin sera donc long et périlleux pour les Gones qui en plus de la Ligue 1 devront être compétitifs en Coupe, eux qui n’ont plus été victorieux au Stade de France depuis 2012. La Ligue des Champions avec son tirage au sort inédit (les têtes de séries seront les champions des 8 championnats européen majeurs, la suite des chapeaux seront déterminés par le classement UEFA des clubs) amènera forcément 1 voire 2 grosses équipes à Gerland, pour la dernière campagne européenne dans l’enceinte mythique, étant donné que Lyon sera dans le chapeau 3. Les Lyonnais doivent dès à présent s’attendre à batailler et le Président Aulas a été bien inspiré de gonfler les rangs rhodaniens de quelques internationaux confirmés, même si cela a impliqué une levée de fond importante, mais cela paraissait indispensable pour ne pas connaître de terribles désillusions et de faire honte au Grand Stade.

 

 

Tout pour réussir

 

En effet, le Grand Stade achevé en début d’année 2016, le projet du Président Aulas verrait donc le jour et les périodes de restriction quant à elles prendraient fin. Le Grand Stade, une fois remboursé, devrait logiquement générer beaucoup, beaucoup d’argent et donc en rapporter à l’OL propriétaire (inédit en France). Ainsi il faudra trouver le juste milieu entre le centre de formation et des investissements coûteux sur des joueurs de l’extérieur. Le projet lyonnais est certes ambitieux, mais il est cohérent et est à cette heure le seul en France pouvant rivaliser durablement avec les millions du Qatar du PSG. Les nombreuses prolongations évoquées plus haut, témoignent de l’attachement des joueurs formés au club et de l’intérêt que ces derniers portent au projet Lyonnais ainsi que leur engagement malgré les sollicitations étrangères. Cette préparation laborieuse peut donc logiquement inquiéter, mais les motifs d’espoirs sont nombreux et une préparation estivale n’est pas nécessairement l’assurance de réussir ou d’échouer, preuve en est de la bonne préparation de l’été 2014 des Lyonnais qui vous vous en souvenez s’était ensuite totalement écroulés en début de saison… Suite du feuilleton lyonnais dès ce samedi au Roudourou face à Guingamp…

 

Lucas Robelin

Be the first to comment on "Olympique Lyonnais : Les sommets ou la catastrophe ?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*