Champion’s League (Groupe D, J3): Juventus 0 – 0 Borussia Mönchengladbach: Un nul et des regrets pour la Vecchia signora !

Après deux victoires lors deux premières journées face à City et Séville. La Juventus a raté une jolie occasion de consolider sa première place du groupe D et surtout de se rapprocher des huitièmes de finale en concédant un nul vierge face à une formation du Borussia Mönchengladbach venue en Italie uniquement pour défendre.

 

L’effet Champion’s League semble s’être évaporé pour la Juventus. Après deux succès plutôt convaincants lors des deux premières journées contre Manchester City outre manche (1-2) et le FC Séville à la maison (2-0) qui ont quelque peu fait oublier aux tifosi le début de saison mitigé et calamiteux des Bianconeri en Série A. Pour cette troisième journée, la formation Piémontaise a dû faire face à une opposition ultra attentiste et très défensive d’ou les difficultés sans doute qu’aura rencontrées l’équipe de Massimiliano Allegri à trouver le chemin des filets adverses. Neuf buts en huit matches de championnat seulement, c’est trop peu pour une formation aux grandes ambitions. Et si vous ne parvenez pas à marquer face à une équipe certes très ordonnée, mais objectivement assez modeste, il ya certaines choses à corriger. Le plus frustrant, face à ce genre d’adversaires bien regroupés, c’est qu’il aurait fallu apporter un peu plus de fantaisie au jeu.

 

Dybala, entré seulement à la 80ème minute quelques instants après Zaza n’a pas eu véritablement le temps de s’exprimer à sa juste valeur. Rien de grave toutefois dans l’optique de la qualification en huitièmes: la Juventus reste solidement accrochée à sa première place avec une longueur d’avance sur les Sky Blues de Manchester City et quatre sur le FC Séville, mais elle a clairement manqué l’occasion d’assurer quasiment sa qualification et d’oublier l’Europe jusqu’en Février afin de se concentrer sur la remontée en championnat.

 

 

Mandžukić de retour dans le onze !

 

Pour cette rencontre, Massimiliano Allegri décide de titulariser Alex Sandro à gauche et Mandžukić devant pour épauler l’inamovible Morata. Les Allemands de leurs côtés évoluent en 4-4-2 avec un Xhaka assez bas pour protéger les deux défenseurs centraux avec deux lignes de quatre très resserrées. Le début de partie n’offre pas grand-chose en terme d‘émotions avec deux équipes bien en place tactiquement qui se jaugent entre elles sans toutefois prendre le moindre risque. Marchisio gère convenablement la balle en face de sa défense. Pogba va au charbon. Les Allemands eux, n’offrent pas le moindre espace et Mandžukić n’est jamais servi comme il le désire, dans les dix-huit avec des centres pour faire parler son excellente détente. Le Croate ne parle en effet pas le même langage technique que Morata et a encore un peu de mal à se trouver avec l’Espagnol dans les petits périmètres puisqu’aucun des deux joueurs n’arrive encore à comprendre les mouvements de l’autre la faute sans doute à un manque d’automatisme qui viendra avec le temps. La Juve essaye alors de briser la glace par des tentatives lointaines: deux tirs du droit de Cuadrado et un de Pogba qui ne trouvent cependant pas le cadre des buts gardés par Sommer. Toutes les initiatives les plus dangereuses de la Juve viennent de Morata, qui subit toutefois les remontrances de Pogba en tentant sa chance au lieu de servir le français pourtant dans une position idéale.

 

L’action qui aurait pu changer la soirée de la Juve et surtout la physionomie de ce match intervient en fin de première mi-temps: Dominguez sous la pression de Morata perd le cuir avant de stopper irrégulièrement l’ancien Madrilène pour éviter qu’il se retrouve en un contre avec Sommer. Le carton rouge pour cette grossière faute semblait logique et inévitable mais l’arbitre Ecossais, un certain Craig Thomson, à la stupéfaction de tout le Juventus Stadium opte pour un simple jaune qui n’avait franchement pas lieu d‘être, puisque dans ce genre de cas, une action de but assez flagrante a été annihilée et la sanction suprême aurait donc dû être appliquée. C’est donc sur un 0-0 et avec un Borussia Mönchengladbach offensivement inexistant que les deux formations regagnent les vestiaires.

 

 

Des choix discutables et discutés !

 

Pas plus offensif qu’en première période, le Borussia poursuit sa philosophie en restant dans de sa moitié de terrain nonobstant quelques jolies dribbles. Les hommes d’André Schubert renoncent carrément à l’idée d’attaque préférant uniquement défendre face à une équipe de la Juventus de Turin capable d’inquiéter qu’à deux petites reprisses Sommer par l’intermédiaire de Paul Pogba sur des tirs lointains. Ne trouvant toujours pas la faille, Allegri change son dispositif tactique et passe au 4-3-1-2 en incorporant Pereyra (et non Hernanes, est-ce une punition pour le Prophète ?) à la place de Cuadrado, pas dans un grand soir mais toujours capable de faire la différence en un contre un.

 

A vingt minutes du terme, Allegri décide aussi de mettre fin au calvaire de Mandžukić en le rappelant sur le banc. Mais le plus surprenant dans cette affaire, c’est le nom de son remplaçant. Le Mister choisit le physique de Zaza à la classe et la technique de Dybala, qui ne jouera en tout et pour tout que treize misérables petites minutes (temps additionnel compris) après avoir pris la place d’Àlvaro Morata. La Juve fait le forcing en fin de match, mais Sommer n’a pas franchement eu à trembler pour conserver ce 0-0, le second consécutif pour la Juve après celui de dimanche soir en championnat contre l’Inter Milan. A noter toutefois l’excellente tenue défensive des Turinois et l’énième prestation de haute facture de l’excellent Andrea Barzagli.

 

La statistique clé :

 

Si la Juventus ne l’a pas emporté en ce mercredi soir, il faut toutefois féliciter l’immense Gianluigi Buffon qui avec 48885 minutes jouées devient le joueur de la Juventus avec le plus de temps de jeu dans l’histoire du club. La légende Alessandro Del Piero est dépassée. L’ancien capitaine et inoubliable Pinturicchio a tenu d‘ailleurs à féliciter son ami Gianluigi Buffon pour ce record symbolique avec un soupçon de plaisanterie, taquin Del Piero via son compte officiel Twitter a écrit ceci : « Bravo GIGI de m’avoir dépassé en devenant le joueur ayant le plus de temps de jeu sous ce beau maillot. Essaye désormais de battre mon record de buts marqués ». Plaisantant cet Alex !

 

 

L’homme du match : Andrea Barzagli.

 

Dans le vide total d’une Juventus dépourvue d’idées, la certitude – exactement comme dimanche soir – est l’élégance, l’assurance et la classe d’Andrea Barzagli valaient au moins le prix du billet. Tout cela, cependant, est extrêmement révélateur du manque de solutions des vice-champions d’Europe au milieu de terrain et en attaque.

 

Le pire : Mario Mandžukić.

 

En manque de fraicheur physique lui qui revient de blessure et déjà pas au mieux face à l’Internazionale. Le Croate rend une copie identique que celle fournie contre les Nerazzurri: à savoir lent et insuffisant. Reste à trouver, cependant où finissent ses fautes et où commencent celles de celui qui le fait jouer …

 

La déclaration : Massimiliano Allegri (Entraîneur de la Juventus) :

 

‘’On s’est créé beaucoup d’occasions ce soir, mais pas énormément de bonnes occasions et surtout, nous les avons toutes ratées. Parfois, mes joueurs ont été un peu égoïstes et parfois, ils ont simplement fait des erreurs, ça arrive. Je suis vraiment en colère ce soir car nous devons mieux jouer dans les 30 derniers mètres. Nous devons nous améliorer et vite. Quand vos coéquipiers sont mieux placés que vous, vous devez passer. Mes joueurs ont oublié ça ce soir. Mais regardons les points positifs : nous n’avons pas encaissé de but pour le deuxième match de suite, donc disons que nous sommes sur le bon chemin. Andrea Barzagli a été exceptionnel encore ce soir, comme toute la défense. Claudio Marchisio a été bon aussi, il progresse. Globalement, Pogba a bien joué, mais il aurait pu être meilleur dans certaines phases de jeu. Le groupe est encore très ouvert car nous devons jouer à Gladbach, accueillir City et aller à Séville, donc tout reste à jouer.’’

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Be the first to comment on "Champion’s League (Groupe D, J3): Juventus 0 – 0 Borussia Mönchengladbach: Un nul et des regrets pour la Vecchia signora !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*