Liga BBVA (J8): FC Barcelona 5-2 Rayo Vallecano : Quadruplé de Neymar et des doutes en défense !

En l’absence de Lionel Messi, toujours blessé mais qui a suivi cette partie depuis les tribunes. Le Barça a renoué avec la victoire en championnat en disposant (5-2) non sans trembler d’une formation du Rayo Vallecano très joueuse. Neymar, auteur d’un quadruplé dont deux réalisations sur penalties qu’il a lui-même provoqué a été le héros de cette soirée. Derrière, le Barça s’est toutefois montré de nouveau fébrile en encaissant deux nouveaux buts la faute à une défense toujours aussi vacillante.

 

Le FC Barcelone a enregistré ce samedi contre le Rayo Vallecano au Camp Nou sa sixième victoire en championnat. Si le score est flatteur, ce succès n’aura guère été facile à obtenir. L’équipe de Luis Enrique menée sur la première occasion concédée 0-1 n’a dû son salut qu’à deux penalties indiscutables obtenus et transformés par Neymar Jr dans la seconde moitié du premier acte pour renverser une partie bien mal engagée. Bien que dominant le jeu en première période, les Catalans ont toutefois éprouvé beaucoup de difficultés à finaliser. En seconde mi-temps, le Rayo s’est montré audacieux et sans complexe en restant fidèle à ses convictions et aurait sans doute mérité de revenir à la marque mais Neymar, auteur de deux nouveau buts (premier quadruplé du Brésilien sous le maillot Catalan) et Suàrez ne l’entendaient pas de cette oreille. En fin de match, Jozabad rendait cette défaite un peu moins amère pour les visiteurs en réduisant le score.

 

Pour cette rencontre, Luis Enrique a opté pour une formation assez prévisible. Il ne pouvait en être autrement en raison des nombreuses blessures ajouté à l’indisponibilité de certains éléments qui ont vécu une semaine internationale harassante. Pourtant, la tactique était claire pour les Blaugranas: réussir à avoir la possession du ballon et c’est le minimum face à une équipe du Rayo Vallecano qui dispute chaque action avec hargne et qui aura causé un bon nombre de difficultés au Barça, qui ne se reflètent pas véritablement au tableau d’affichage.

 

Pas le temps de souffler pour le FC Barcelone. D’entrée de jeu, les catalans imposent comme ils adorent le faire leur propre rythme. Les lignes sont resserrées entre elles afin d’éviter d’être surpris par l’équipe de la banlieue de Madrid. Côté Castillan, les hommes de Paco Jémez avec un certain courage qui frise parfois l’insolence affichent d’emblée leurs intentions. Les Franjirrojos pressent haut et se montrent ambitieux offensivement. Avec deux équipes ayant la même philosophie de jeu : avoir la possession et jouer vers l’avant oubliant parfois de défendre, on pouvait s’attendre à un véritable feu d’artifice offensif et ce fut d’ailleurs le cas. Les espaces étaient nombreux et dès la sixième minute, on a même failli assister à l’ouverture du score quand Sergi Roberto lançait en profondeur Rakitić qui se retrouvait en un contre un face à Toño mais le Croate perdait malheureusement son duel face au portier adverse.

 

 

Une demi-heure de folie !

 

Tout comme son adversaire du jour, le Barça presse haut en bloc et récupère de nombreux bons ballons, comme celui dont hérita Luis Suàrez qui une fois encore sera repoussé magistralement par Toño (9′). Une nouvelle fois, l’efficacité continue de joueur de mauvais tours au Barça cette saison. A l’inverse, Javi Guerra trouvait lui la faille sur son premier essai d’une superbe volée après un centre tendu au premier poteau de Bebé étrangement laissé seul par Mathieu. La première attaque des madrilène à la 14ème minute aura donc été la bonne. Bien que menant à la marque au Camp Nou s’il vous plait, les joueurs du Rayo continueront d’attaquer oubliant même parfois qu’en face, c’était ni plus ni mois que le champion d’Espagne et d’Europe en titre.

 

Vexés par ce but encaissé contre le cours du jeu et après le premier quart d’heure entamé, le Barça décide enfin de réagir véritablement. Sergi Roberto et Neymar transcendent leurs coéquipiers et changent presque à eux deux la dynamique du jeu et surtout remettent le Barça sur les bons rails.

 

Très remuant, Neymar est victime d’un tirage de maillot par Diego Llorente à l’entrée de la surface de réparation mais l’arbitre de cette partie, un certain Pedro Jesús Pérez Montero laisse courir … chose qu’il ne fera pas quelques instants plus tard (21’), quand Neymar se fait de nouveau descendre dans les dix huit mètres par le même joueur zancadilleó . L’international Auriverde se fait justice lui-même et transforme magnifiquement (1-1, 21’).

 

 

Le festival Neymar !

 

Libérés mentalement par cette égalisation, les culès trouvent une seconde fois le chemin des filets adverses toujours par l’intermédiaire de Neymar. Malheureusement, la joie des catalans est de courte durée puisque le but sera refusé pour un hors-jeu de position de Suàrez et Piqué. La partie est débridée et le Barça pousse et assiège les buts de Toño. A la 25’, Sandro manque lamentablement le troisième face à face avec le portier adverse. C’en était trop pour le champion d’Espagne qui n’en finissait plus de se procurer des occasions sans réussir à les concrétiser. Pourtant, cette soirée allait être celle d’un seul homme, Neymar, puisque c’est de lui qu’il s’agit y alla alors de son petit festival et obtint un nouveau pénalty après un enchaînement crochet-petit pont mémorable. L’ancien attaquant de Santos transforme la sentence avec tranquillité pour signer le 2-1 (33’). Pas le temps de souffler ni de s’ennuyer. Le ’11’ décidément dans un grand soir réclamait même un troisième pénalty mais l’homme en noir ne broncha pas cette fois.

 

Ainsi donc, tout ce que le FC Barcelone a été incapable de faire collectivement, ou à travers le jeu, il l’a fait grâce à deux coups de pieds de réparations. Deux penalties qui ne souffrent d’aucune contestations tout comme le troisième à la 42ème minute qui aurait dû être sifflé aussi suite à une grossière faute de Nacho qui déséquilibre Neymar à l’intérieur de la zone de vérité.

 

Le Rayo pas récompensé !

 

En deuxième période, le Rayo est apparut revigoré à la sortie des vestiaires mais Bravo à trois reprises sauve le Barça d’une égalisation qui aurait été plus que méritée pour les visiteurs en gagnant ses duels face à Javi Guerra (48’), Ebert (50’) et Lass (66’). Toño, du coté opposé écœure Suàrez mais ne peut rien face à Neymar, qui avait bien suivi au second poteau pour pousser le ballon dans le but vide et s’offrir un triplé (3-1, 69’). Une minute plus tard, Suàrez offrait sur un plateau le but du 4-1 à Neymar qui marquait son tout premier quadruplé sous les couleurs du FC Barcelone.

 

Le Rayo ne renonce toutefois pas à sa philosophie et continue d’attaquer. Mais les Madrilènes trop laxistes derrière laissaient à Neymar et Suárez trop de liberté. Les deux joueurs s’échangeaient les rôles et le Brésilien se muait cette fois en passeur décisif pour Suàrez sur le cinquième but catalan (77′). Le ‘9’ du Barça le méritait compte tenu des efforts qu’il a fournis ce samedi soir. Les visiteurs réduiront quelque peu le score à 5-2 par l’intermédiaire de Jozabed, qui venait de conclure une soirée riche en buts et surtout marquée par le festival Neymar.

 

Le score final (5-1) n’a certainement pas rendu justice aux mérites des deux équipes, mais le fait est que le Barça a nonobstant les absences réussi à reprendre confiance sans pour autant effacer les doutes en défense car outre les deux buts encaissés, les Azulgranas ont concédé beaucoup trop d’occasions à leur adversaire et c’est une bien mauvaise habitude que le champion d’Europe a pris cette saison.

 

 

Statistique clé : 4 :

 

Avec quatre buts inscrits face au Rayo, Neymar devient le quatrième joueur à avoir marqué quatre buts (voir plus) en Liga en un seul match avec le Barça au cours de ce siècle. Il succède à Messi, Eto’o et Kluivert. Toutefois et comme le souligne le FC Barcelone sur son site officiel, Ce n’est pas la première fois que Neymar inscrit un quadruplé au cours de sa jeune carrière. Cela lui était déjà arrivé avec la Seleçao, lors d’un match amical face au Japon, en 2014. Et avec Santos, à trois reprises: contre Guaraní, en Coupe du Brésil, en 2010, contre l’Atlético Paranaense, dans le championnat ‘Brasileirao’ 2011, et contre l’Unión Barbarense, à la ‘ paulistas ‘2013. Enfin, avec la sélection brésilienne -20 ans, il avait aussi réalisé cette performance (2011).

 

L’homme du match : Neymar:

 

Ses statistiques sont impressionnantes. Elles sont dignes du meilleur Messi. Le Brésilien s’est promené dans la défense du Rayo. Il entre en ce millénaire dans le totem du Barça, comme s’il en avait besoin … Par ailleurs, il est désormais, le Pichichi de la Liga BBVA avec huit buts (Ronaldo et Benzema en comptent six). Simplement O’Ney.

 

Le pire : Nacho-Llorente:

 

Ils causent à eux deux un penalty chacun, y compris le troisième non sifflé mais qui était pourtant évident. L’image parfaite d’une équipe qui ne s’est pas défendre.

 

La déclaration :

Neymar Jr (Attaquant du FC Barcelona): “Je me suis beaucoup entraîné à les tirer [les penalties. Ndlr]. Je remercie Masip, Ter Stegen et Bravo”. Il a aussi tenu à féliciter le Rayo Vallecano: “Jouer contre le Rayo Vallecano est toujours difficile. C’est une grande équipe avec des joueurs de qualité. Nous avons eu du mal mais nous avons fait ce que nous devions faire pour réaliser un grand match”.

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Be the first to comment on "Liga BBVA (J8): FC Barcelona 5-2 Rayo Vallecano : Quadruplé de Neymar et des doutes en défense !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*