(Champion’s League : Groupe D, J5), Juventus 1– 0 Manchester City : Mandžukić envoie la vieille dame en huitièmes !

Il aura suffit d’une seule réalisation aux hommes de Massimiliano Allegri pour battre Manchester City (1-0) et reprendre les commandes du groupe D. Un but signé Mario Mandžukić qui permet surtout aux Bianconeri de valider leur ticket pour les huitièmes de finales. A Séville, lors de l’ultime journée, les vice-champions d’Europe auront besoin d’un petit point pour assurer la première place de cette poule et s’offrir un huitième plus abordable… du moins sur le papier.

 

C’est fait. La Juventus a de nouveau revêtu ses plus habits à l’occasion d’une soirée Européenne, et grâce à une victoire – convaincante 1-0 face à Manchester City- validé sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions prenant une grosse option également de terminer première de son groupe. Application, agressivité, concentration, ce sont les caractéristiques gagnantes d’une Juve qui à de nouveau convaincu en évoluant en 3-5-2 qu’est au fond fait toujours partie de l’ADN de cette formation. Si l’on devait toutefois chercher un cheveu dans la soupe – et on l’a trouvé- il aura manqué de l’efficacité à la vecchia signora pour réaliser le match parfait. La Juventus a en effet beaucoup gâché, particulièrement en seconde période, lorsque City a failli à plusieurs reprises être puni, mais ni Dybala, ni Morata ou encore Cuadrado n’ont réussi à porter le coup de grâce. Un symptôme qui s’ajoute à la nécessité de trouver plus de tranquillité dans la possession. Un processus de progression à partir duquel doit inévitablement encore travailler Allegri. Pendant ce temps, cependant, la première pièce cette saison est déjà posée. Et en ces jours difficiles, personne ne s’en plaindra !

 

 » Don’t look back in anger  » est l’un des succès historiques d’Oasis, le groupe légendaire qui porte Manchester City dans le cœur. Mais ce mercredi soir, après la victoire 1-0 de sa Juve face aux Citizens, Massimiliano Allegri pouvait faire la fête, en évitant de regarder en arrière avec colère comme évoqué dans le titre de cette chanson. Oublier toutes les critiques qui se seraient déchaînées à son encontre si les choses avaient mal tournées, en raison de ses choix surprenants de laisser Cuadrado et Morata sur le banc, des décisions qui avaient déjà longtemps été contestées par les tifosi en avant-match. Et pourtant, c’est l’homme qui a été préféré à l’Espagnol, en l’occurrence Mario Mandžukić, auteur de son meilleur match depuis son arrivée en Italie qui offre la qualification à la Juventus pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions à une journée de la fin de cette phase de poule.

 

 

Et ce n’est pas tout: avec un point à Séville lors de l’ultime journée, la vecchia signora terminerait même à la première place de son groupe. Une position et un avantage non négligeable puisque cela garantirait d’éviter les grosses cylindrées du vieux continent telles que le Bayern Munich, le FC Barcelone ou encore le Real Madrid. Nonobstant la qualification, le richissime Manchester City en dépit de joueurs pétris de qualité et surpayés pour certains d’entre eux a une fois encore fait preuve d’un manque évident de personnalité. Les absences de Zabaleta, Kompany et Silva ont certes pesé, mais au-delà de certains faits de matchs, Cette équipe est encore très loin de l’élite Européenne à laquelle Cheikh Mansour aspire.

 

Juventus 1– 0 Manchester City: Le film du match !

 

Mercredi soir, le Juventus stadium a recroquevillé sur eux-mêmes tous ceux qui avaient critiqué avec virulence Marotta, le directeur sportif de la Juve après que ce dernier ait dépensé 26 millions € pour Alex Sandro, transfuge du FC Porto. Le latéral gauche Brésilien a réalisé le match parfait: passe décisive pour Mandžukić, petite poussette sur Sagna, le lointain ‘’parent’’ de celui découvert il ya quelques saisons chez les Gunners d’Arsenal en plus de deux interventions parfaites en défense. Si Allegri a choisi le 3-5-2, son homologue Pellegrini a de son côté opté pour un 4-3-3 versatile où Yaya Touré était l’électron libre qui allait souvent sur un couloir faisant parfois passer le schéma de base à un 4-2-3-1.

 

Le rythme de cette rencontre est très élevé: la première occasion est lamentablement gâchée par Fernando pourtant dans une position idéale, la Juve se montre elle efficace sur sa quasi première opportunité. Course phénoménale de Pogba, avec De Bruyne qui ne peut même pas faire faute. Remise sur Alex Sandro, centre millimétré dont rêve tous les avant-centres et but de l’attaquant international Croate, qui exploite à merveille l’insuffisance évidente et coûteuse (45 millions d’euros versés par Man City au FC Valence!) D’Otamendi pour ajuster tranquillement Joe Hart. La Juve ne laisse pas le moindre espace, mais vers la fin de la première mi-temps, une erreur colossale de Marchisio permet à Agüero de se retrouver en un contre un avec Buffon. Le capitaine Bianconero sort bien et gène El Kun, loin de sa meilleure condition après sa longue absence pour blessure.

 

 

La muraille Buffon !

 

En seconde période, on prend les mêmes et on recommence : la Juve couvre très bien le terrain avec son 3-5-2, bien aidé par des Sky Blues peu brillants dans le jeu sans ballon. Buffon tremble quelque peu sur un coup de pied arrêté, mais le tir de Fernando freiné à peine par le montant est magnifiquement bloqué par l’ultime rempart de la Squadra Azzurra. Un superbe arrêt. Le match monte en intensité: City fait de son mieux pour revenir à la marque mais la phase offensive des Britanniques manque de continuité. Côté Piémontais, Morata prend la place du buteur Mandžukić: l’espagnol veut régaler tout son monde et manque par deux fois d’y parvenir en doublant la marque. Sur la première occasion, Sturaro trouve le poteau après que l’ancien Madrilène faillit tromper Hart d’un superbe lob. Sur la seconde, le portier Mancunien prive le même Morata et le Juventus Stadium d’exulter. Au milieu de l’excitation Turinoise, Sterling, sur l’unique offrande de la fraiche soirée Italienne de De Bruyne dévore la feuille de match en ratant un but tout fait malgré une cage pourtant déserte. Action symptomatique d’une formation qui n’arrive toujours pas à franchir le cap. Ce que cherche aussi la Juve d’ailleurs: retrouver ses forces et ses qualités de la saison dernière. Mais la ‘’chasse au trésor’’ peut continuer avec calme et sérénité, la deuxième phase de la Ligue des Champions étant déjà dans la poche.

 

Statistique clé :

 

C’était lors de la saison 2008/2009 la dernière fois que la Juventus avait réussi à se qualifier pour les huitièmes de finale une journée avant (au moins) la fin de la phase de poule.

 

L’homme du match :

 

Mario Mandžukić: « Voilà le Mario que nous voulons », déclarait Buffon après le but de la qualification pour les huitièmes de Mandžukić contre City. Buteur à deux reprises seulement en Serie A Tim depuis son arrivée au club cet été, l’attaquant Croate de 29 ans très critiqué après la victoire 1-0 contre l’AC Milan samedi soir, et tout le monde a été surpris de voir Massimiliano Allegri opter pour lui plutôt que pour Álvaro Morata dans le onze de départ. L’ancien du Bayern ou encore de l’Atlético a répondu sur le terrain, en inscrivant non seulement l’unique but de la rencontre, mais aussi en travaillant dur pour l’équipe et en faisant de nombreux sacrifices jusqu’à son remplacement à la 55ème minute.

 

 

Le pire :

 

Nicolás Otamendi : Brillant à Valence et lors du dernier mondial ou il avait atteint avec l’Albiceleste la finale. Le défenseur central Argentin est depuis que l’ombre de lui-même. Incapable de rassurer derrière, le natif de Buenos Aires a du mal à faire oublier Vincent Kompany toujours blessé et ce n’est certainement pas sa prestation à Turin ce mercredi soir qui donnera du baume au cœur aux supporters Citizens.

 

La déclaration :

 

Massimiliano Allegri (Entraineur de la Juventus) : ‘’Je dois dire bravo aux joueurs pour s’être qualifié à un match de la fin de cette phase de groupe. C’est également ma sixième qualification. Je ne voulais pas m’arrêter à cinq, alors je dois dire merci aux garçons pour m’avoir fait ce cadeau. La Juventus reste sur trois victoires d’affilée en championnat, ce qui est normal pour nous. Nous sommes maintenant qualifiés en UEFA Champions League, il ne faut pas croire que c’est facile. J’ai eu des choix à faire. Alex Sandro a fait un grand match et ensuite Patrice Evra est entré et a fait parler son expérience. C’est pour nous une bonne nouvelle. Cela veut dire que je peux compter sur ces deux joueurs. Ce fut un match ou des occasions ont eu lieu pour les deux équipes. Nous aurions pu mener de deux buts et ils auraient pu égaliser. Ce fut un match de très haut niveau.’’

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Be the first to comment on "(Champion’s League : Groupe D, J5), Juventus 1– 0 Manchester City : Mandžukić envoie la vieille dame en huitièmes !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*