Luis Suarez, le grand 9 du football mondial

Le FC Barcelone actuellement leader de la Liga BBVA (28 points avec trois points d’avance sur le Real Madrid) et de sa poule en Ligue des Champions est reparti sur de bonnes bases. Bien que quasiment tout l’effectif ait été touché par les blessures, et une qualité de jeu pas toujours au rendez-vous (surtout sans Messi et Iniesta c’est compliqué), le Barça enchaîne les victoires comme un vrai champion. Busquets et Neymar sont les plus en vu, dans le déroulement du jeu, toujours décisif et dans les discussions. Pourtant, un joueur est également décisif et indispensable au Barça cette saison (tout comme l’année dernière), les gens en parlent beaucoup moins que Neymar : il s’agit de Luis Suarez. On peut le considérer comme le meilleur 9 du monde actuellement aux côtés de Lewandowski. Analyse sur un joueur extraordinaire.

 

Suarez paraît comme le joueur un peu moins en vu que ses collègues en attaque, Messi (meilleur joueur du monde, ça semble normal) et Neymar qui est en train de passer un cap et progresse à une vitesse folle, à seulement vingt-trois ans (actuellement meilleur buteur de Liga avec onze buts marqués, et huit durant l’absence de Messi, et deux buts en Ligue des Champions). Toutefois, rappelons que cette attaque ne doit pas se limiter exclusivement à l’individualité de chacun, mais bien à leur complémentarité, ce qui fait la richesse de cette attaque. Pour que l’un des trois existe, il faut la lumière d’un de ses amis. Ainsi, si on prend en compte les buts de Neymar marqués dans le jeu en championnat pendant l’absence de la Pulga, c’est-à-dire cinq, El Pistolero l’a servi deux fois. Les très nombreux appels et faux appels employés par Suarez pour fatiguer la défense adverse ou brouiller les pistes, permet à Neymar d’avoir plus de liberté, plus d’espace, d’exprimer son talent, et donc, de devenir décisif.

 

On peut évidemment inverser, puisque Suarez a besoin de l’aide de Neymar. Suarez a inscrit également en championnat pendant l’absence de Messi, huit buts (si on inclut Las Palmas puisqu’il inscrit ses buts après la sortie de l’argentin sur blessure), dont un sur pénalty. Sur les sept buts dans le jeu, il est servi trois fois par Neymar, soit quasiment le même % que les services de Suarez au brésilien. Les différences provoquées et appliquées par Neymar, avec sa vision de jeu et sa passe permettent de servir Suarez dans les meilleurs conditions. Ainsi, cela montre l’excellente entente entre les deux, et que si jamais (déjà avec l’absence de Messi) l’un des deux se blessent maintenant, pas sûr du tout que l’autre soit décisif par la suite. En tout cas, lorsque Suarez et Neymar sont présents ensemble, en six matchs de championnats à eux deux, c’est donc 16 buts marqués et 5 buts passes décisives, soit 2,6 buts et 0,8 passes décisives par match. Les deux joueurs sont différents, et il ne faut pas du tout négliger l’activité de Suarez sous-estimée, et inversement.

 

 

Suarez est un membre à part entière de ce Big Three Blaugrana depuis la saison 2014-2015, illustrée à sa manière, par une saison éclatante. Avec seize buts marqués en vingt-sept matchs de Liga et sept buts inscrits en dix matchs de Ligue des Champions, il a bien contribué aux statistiques du trio qu’il complète avec Messi et Neymar (81 buts et 39 passes décisives), c’est la meilleure attaque du monde. Ajoutons qu’il n’a débuté la saison qu’à partir de fin octobre (il débute directement contre le Real Madrid au Bernabeu), soit presque trois mois après le début de saison, ce qui n’est pas évident pour la forme physique. Ces statistiques sont louables, où avec un total de 46 matchs disputés (en incluant le championnat, Ligue des Champions, Copa del Rey et la sélection), il finit avec 28 buts, soit 0,6 buts par matchs. Il faut signaler aussi qu’il a été décisif dans les grands matchs qui a pu énormément influencer sur l’acquisition du triplé.

 

C’est le cas lors du Clasico du 22 mars 2015 où il a marqué le deuxième but barcelonais (et victorieux) à la 56ème minute, ou en finale de la Ligue des Champions contre la Juventus, lorsqu’il inscrit à la 68ème minute le deuxième but afin de reprendre l’avantage et s’imposer par la suite. On peut aussi dénombrer le nombre de passes décisives lors de cette saison exceptionnelle, il en distribue quatorze en championnat, et trois en Ligue des Champions. Avec ces statistiques personnelles en 2014-2015, avec moins de matchs disputés par rapport à d’autres tops joueurs, seul Messi et Cristiano Ronaldo ont fait mieux que lui, ce qui rend encore plus fantastique sa saison dernière.

 

Aujourd’hui, dans cette saison 2015-2016, il est dans la continuité de la dernière saison qu’il a produit. Tout va bien pour lui en championnat, puisqu’il a marqué neuf buts et distribué trois passes décisives en dix matchs (il est deuxième meilleur buteur du championnat, derrière Neymar). Si on va plus loin, il a inscrit huit buts depuis l’absence de Messi, et reste sur quatre matchs consécutifs où il a mis le ballon au fond des filets (six buts exactement, dont un sur pénalty). Le dernier match où il n’a pas marqué en championnat était contre Séville le 3 octobre 2015, autant dire, il est lancé et n’est pas prêt de s’arrêter. Ses buts en championnat sont essentiellement marqués de son pied droit, mais sa polyvalence, son intelligence de jeu et son sens du placement lui permet d’inscrire des buts de la tête. Ainsi, il a marqué deux buts de la tête en championnat et un en ligue des champions. Venons justement sur ce qu’il fait en Ligue des Champions. Pour l’instant, c’est trois buts et une passe décisive (pour Neymar contre Borisov, rappel de la superbe connexion entre les deux) en quatre matchs, dont des buts superbes contre Leverkusen ou le BATE Borisov, tous au Camp Nou.

 

 

L’uruguayen est efficace face aux buts, un vrai tueur devant le but et les chiffres le prouvent. Voici ces statistiques (consultable sur le site officiel du FC Barcelone) en tir cette saison : en championnat, il a tiré 40 fois et 21 de ses tentatives ont été cadrées dont 9 au fond des filets, 1 tir sur 4 rentre. En Ligue des Champions, 14 tentatives, 7 cadrées dont 3 au fond, soit 1 tir sur 4,6 au fond. Luis Suarez est un attaquant vraiment polyvalent, où il peut évoluer en avant-centre tout comme sur les côtés, et également doter d’une intelligence de jeu bien supérieure la moyenne et ça ressent sur son activité sur le terrain. C’est également un attaquant régulier, n’ayant jamais descendu en dessous de 10 buts pendant une saison en championnat depuis le début de sa carrière, il est le quatrième joueur actuellement ayant marqué le plus de but dans les championnats majeurs depuis 2012-2013 avec 78 buts (derrière Cristiano avec 121 buts ; Messi, 120 buts et Ibrahimovic, 84 buts).

 

Luis Suarez avant d’être arrivé au Barça pour 81 millions d’euros en 2014 avait déjà acquis une légitimité sur ses qualités d’attaquant. Faisons un petit bond dans le passé, d’abord dans son pays natal, plus précisément au Nacional Montevideo où il se distingue déjà avec dix buts en vingt-sept match lors de la saison 2005-2006 (à 19 ans…). Il attire l’oeil du FC Groninguen, qui débourse 800 000 euros pour l’acquérir. Cette première expérience en Europe aux Pays-Bas pour Suarez est conclue par dix buts en vingt-neuf rencontres, ce qui est très fort pour son jeune âge. Et le petit Luis passe de nouveau un cap puisqu’il rejoint directement l’Ajax Amsterdam, pour 7,5 millions d’euros. De 2007 à janvier 2011, il fait le bonheur du club historique néerlandais. Bien qu’au palmarès il a seulement remporté une coupe des Pays-Bas en 2010, ses statistiques et performances sur le terrain intéressent les gros clubs européens. En 110 matchs d’Eredivise disputés : 81 buts marqués et 53 passes décisives ; en 12 matchs de coupe des Pays-Bas : 12 buts et 4 passes décisives ; en 32 matchs de coupe d’Europe (C1 et C3) : 16 buts et 11 passes décisives. Âgé de 23 ans, El Pistolero part d’Amsterdam lors du mercato hivernal 2011 pour rejoindre Liverpool, pour 26,5 millions d’euros.

 

 

Entre-temps, Luis Suarez brille avec la Céleste. En effet, il a mené avec Diego Forlan l’Uruguay en demi-finale du Mondial 2010, et en 2011, remporte la Copa América et est désigné meilleur joueur de la compétition. En club, Luis Suarez s’adapte au championnat anglais et perce véritablement à partir de la saison 2012-2013 où il inscrit notamment 23 buts et fait 11 passes décisives. La saison 2013-2014 n’est que la continuité d’une ascension où il prouve qu’il appartient au cercle des meilleurs attaquants du monde. Avec 31 buts et 12 passes décisives en 33 matchs de championnat, il est tout près d’emmener Liverpool au titre de champion d’Angleterre (les Reds n’ont plus gagné le championnat depuis 1990). Mais Liverpool termine second, à 4 points de Chelsea. Au total, il a joué 110 matchs de Premier League, et a marqué 69 buts et fait 34 passes décisives. Au terme de cette ultime saison anglaise, il est devenu soulier d’or à égalité avec Cristiano Ronaldo. Sa réussite et son talent l’emmène au FC Barcelone où il connaît dès sa première saison un triplé championnat, coupe et Ligue des Champions.

 

Pour conclure et prouver la grandeur de cet attaquant, de 2005 à aujourd’hui (le 13 novembre 2015), il a disputé un total de 505 matchs (sélection nationale comprise, il a 82 sélections). Il a inscrit 302 buts et distribué 144 passes décisives (sans inclure la sélection uruguayenne). Allons jusqu’au bout, et à ce jour, son ratio en carrière est quasiment à 0,6 buts et 0,3 passes décisives par rencontre. Chapeau Luisito, et ces statistiques risquent bien de gonfler encore, il n’a que 28 ans et n’est pas prêt de raccrocher les crampons, pour le plus grand malheur des défenseurs adverses, mais aussi pour notre plus grand bonheur, que l’on soit supporter du Barça, uruguayen ou un fan de football et de spectacle.

 

Raphael Benbouhou

Be the first to comment on "Luis Suarez, le grand 9 du football mondial"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*