Serie A Tim (J16) : L’Inter s’échappe, la Juve en taille patron et le Milan au ralenti !

En écrasant l’Udinese (0-4) en déplacement, l’Inter Milan a pleinement profité du calendrier favorable de cette seizième levée du campionato pour prendre quatre longueurs d’avance sur la Fiorentina sèchement corrigée au Juventus Stadium (3-1) et sur le Napoli, tenu en échec sur son terrain par la Roma (0-0). De son côté, le Milan AC continue de décevoir pendant que Bologne poursuit son redressement !

 

Après avoir repris les commandes du championnat il y’a une semaine, l’Inter Milan espérait profiter de cette journée, la seizième du campionato pour creuser l’écart sur ses principaux rivaux. En effet, si les Nerazzurri devaient se rendre au Frioul pour en découdre avec l’Udinese, un adversaire à priori à la portée des hommes de Roberto Mancini. Ses poursuivants immédiats au classement eux s’affrontaient dans deux matchs au sommet ou personne n’avait véritablement le droit à l’erreur. La Fiorentina, deuxième du classement se rendait au Piémont pour y défier la Juventus cinquième au moment ou le Napoli, troisième accueillait au San Paolo la Roma quatrième.

 

Samedi, c’est pourtant le Genoa (15H00) qui ouvrait le bal de ce seizième chapitre du championnat en accueillant Bologne. Dans une partie globalement maîtrisée par les Rossoblù, c’est pourtant la formation Emilienne qui a longtemps résisté avant de se retrouver en supériorité numérique (suite à l’expulsion directe du milieu du Genoa Diego Perotti qui donna un coup de coude intentionnel à Diawara mais l’arbitre ne voulant rien savoir et l’envoyait à la douche plutôt que prévu) qui finira par avoir le dernier mot dans ce match. Solidaires et costauds derrière, les joueurs de Roberto Donadoni en dépit d’une misérable possession de 33% et neuf tirs (deux cadrés) contre vingt (quatre cadrés) pour les poulains de Gian Piero Gasperini vont pourtant réaliser le hold-up parfait au meilleur moment de la partie. Alors que les tribunes du Stade Luigi-Ferraris se vidaient peu à peu et qu’on se dirigeait tout droit vers un match nul et vierge. Rossettini sautait plus que tout le monde et plaçait une tête imparable sur un corner de Brienza donnant l’avantage à son équipe dans le temps additionnel 0-1 (90’ +1’). Une minute après l’ouverture du score Amadou Diawara se verra à son tour exclure (90’ +2’) mais ce rouge (pour cumuls de cartons) sera sans conséquences pour la formation Bolognaise. Ce succès, le deuxième consécutif permet aux camarades du Franco-Algérien Saphir Taïder de s’éloigner de la zone rouge en occupant une confortable treizième position avec dix neuf unités. Le Genoa se rapproche dangereusement de la zone rouge et ne compte plus que deux points d’avance sur Frosinone premier relégable.

 

 

A 18H00, Palerme sous pression ces dernières semaines a relevé la tête. Des buts, des poteaux et surtout du spectacle au Barbera. La formation Sicilienne s’est imposé 4-1 face à Frosinone et engrange ses trois premiers points depuis l’arrivée de Ballardini sur le banc. Goldaniga a ouvert le score à la 5′ à la suite d’un coup franc, puis Vazquez a doublé la mise à 17′ sur une offrande de Chochev. Sammarco réduisait l’écart à 24 ‘, mais les locaux reprenaient leur envol sur une perle signée d’Aleksandar Trajkovsk (60’) et le 182ème but en Serie A de Monsieur Alberto Gilardino (86’). Avec cette victoire, les Rosaneri respirent. Désormais quatorzième, les joueurs du fantasque et bouillant chairman Maurizio Zamparini peuvent en effet entrevoir les prochaines journées avec un peu plus de sérénité.

 

L’Internazionale sans pitié pour l’Udinese !

 

Dans le match du samedi soir (20H45), l’Inter Milan a consolidé sa place de leader du championnat en allant s’imposer largement 0-4 sur la pelouse de l’Udinese. Les Nerazzurri ont fait une démonstration de leurs qualités: solidité et efficacité. Ils ont d’abord profité de l’incroyable générosité de l’Udinese. Trois passes en retrait ratées qui couteront trois buts aux poulains de Stefano Colantuono: Icardi par deux fois (23′, 83′) et Jovetić (31’). Le quatrième but en revanche ne doit rien à personne. Il a été inscrit en fin de match par Brozović (86’) d’une magnifique frappe enroulée du droit. Toujours aussi imperméable derrière – neuf buts encaissés seulement depuis le début du championnat – l’Inter montre donc qu’elle est aussi capable de marquer. Le match Sassuolo-Torino prévu à la même heure a lui été reporté à une date ultérieure en raison d’un épais brouillard.

 

Le Milan au plus mal !

 

Dans les matches du dimanche après-midi (15H00), Les Rossoneri ont de nouveau cédé des points importants contre une formation du bas du tableau. En effet, après un nul face à Carpi (19e) la semaine écoulée, l’AC Milan n’a pas fait mieux face à l’Hellas Vérone (20e) ce dimanche (1-1). Résolument offensif, avec un M’Baye Niang titulaire sur l’aile droite dans le 4-4-2 de Siniša Mihajlović, les Lombards se sont montrés dangereux seulement par intermittence durant la première mi-temps, avec des tentatives de Luiz Adriano (22’) et Bonaventura (29’). C’est finalement Bacca qui a débloqué le match sur un superbe service de Luiz Adriano, conclu avec froideur (52’). Mais l’avantage Rossonero a rapidement été perdu, quand Nigel de Jong taclait par derrière Greco dans sa propre surface. Double peine pour Milan, avec l’expulsion du Batave et un penalty transformé par l’infatigable Luca Toni, d’un tir sous la barre (57’). Le septuple champion d’Europe, en infériorité numérique, n’a pas su reprendre l’avantage. Ce point remporté (le premier avec Del Neri sur le banc) permet à Vérone, toujours sans victoire et bon dernier en Serie A, de revenir à trois points du 19ème, Carpi, qui a sombré à Empoli, avec un doublé de Maccarone (46′, 61′), et un but de l’ancien Milanais Saponara 51′ (3-0). Ce succès permet aux hommes de Marco Giampaolo de réaliser une excellente opération en vue du maintient puisqu’ils sont désormais neuvièmes avec 24 points soit dix unités d’avance sur la zone rouge.

 

Le Chievo Vérone a de son côté battu l’Atalanta Bergame (1-0) sur une réalisation de l’ancien Sochalien et Auxerrois Birsa dans un angle fermé (76’), peu après l’expulsion de Cherubin (67’). L’Atalanta va définitivement craquer en voyant de nouveau rouge avec une nouvelle expulsion adressée à Kurtic (90+1’). Défaite indolore pour l’Atalanta qui reste huitième au moment ou le Chievo remonte à la onzième place.

 

 

Oui, la Juventus est bien de retour !

 

Dans le posticipo serale du dimanche soir (20H45), la Juventus Turin qui accueillait la Fiorentina dans l’un des chocs de cette journée a enchaîné par un sixième succès (3-1) grâce à deux buts en fin de partie. Les Turinois continuent ainsi leur remontée après leur début de saison calamiteux. Très vite menés au score dès la troisième minute. En effet, il aura fallu moins de deux minutes soit le temps nécessaire à Giorgio Chiellini pour commettre une faute évitable dans sa surface de réparation pour assister à l’ouverture de la marque. Le défenseur de la Squadra Azzurra est intervenu le pied en avant sur Bernardeschi (sans véritablement le toucher), pour offrir un penalty à la Fiorentina. Josip Iličič l’a parfaitement tiré côté droit, pour battre Buffon qui avait pourtant plongé du bon côté. Heureusement, la vieille ne doutera que très peu puisque Cuadrado égalisait trois minutes contre ses anciens coéquipiers sur une tête lobée. En deuxième période, Mandžukić (80’) et Dybala (90’) offriront une victoire méritée aux Bianconeri. Au classement, la vieille dame est désormais quatrième à seulement six points de la première place occupée par l’Inter Milan (36 points).

 

Pas de vainqueur au San Paolo !

 

Un peu plutôt (à 18H00), le premier des deux chocs prévus ce dimanche s’est soldé sur un score nul et vierge, pour le plus grand plaisir de l’Inter et de la Juventus. Les Napolitains (troisièmes avant cette journée), plus en confiance, ont dominé et ont obtenu les meilleures occasions, notamment en deuxième période sans jamais cependant réussir à déverrouiller le cadenas Giallorosso. A la 85e minute, le gardien romain Szczesny a ainsi sauvé son équipe devant Mertens, comme il l’avait fait mercredi en Ligue des Champions contre le BATE Borisov (0-0). Les Romains (quatrièmes), de leurs côtés, enchaînent pour la première fois de la saison deux matches sans prendre de but. Si la Roma n’a plus gagné le moindre match depuis le derby contre la Lazio le 8 novembre écoulé et n’a pris que trois points lors des quatre derniers matches de championnat. Elle sort de cette semaine de tous les dangers sans trop de dégâts, ce qui devrait permettre à Rudi Garcia de souffler un peu.

 

 

La Lazio toujours au ralenti !

 

Lundi soir (20H45) en clôture de cette sedicesima giornata du campionato, la SS Lazio visiblement encore convalescente a enchaîné par une septième rencontre sans victoire en Championnat en revenant avec un nul (1-1) de son déplacement à la Sampdoria de Gênes. Entré en jeu à la 66ème minute à la place de Miroslav Klose, Alessandro Matri a ouvert le score sur un caviar de Stefan Radu (78’). Ervin Zukanović a par la suite remis les pendules à la dernière seconde (90’+3’), après une faute grossière de Berisha en dehors de sa surface. Ce nul n’arrange pas les affaires de la Sampdoria qui n’a plus que trois points d’avance sur Frosinone, le premier relégable. La Lazio reste douzième du classement, Stefano Pioli est lui plus que jamais sur un siège éjectable au moment ou Vincenzone Montella signe son tout premier point depuis son nomination il y’a un mois sur le bon Blucerchiato.

 

Les clubs Italiens connaissent leurs adversaires Européens !

 

La Serie A qui a réussi à qualifier ses cinq représentants au prochain tour, celui de la phase à élimination directe sait dorénavant à quoi s’en tenir. Ce lundi midi à Sion (Suisse) le tirage au sort pour les deux représentants transalpins en Ligue des champions n’a franchement pas été de tout repos. La Juventus sera en effet opposée au Bayern Munich ou évolue l’ancien de la maison Arturo Vidal en huitièmes de finale. Le club turinois recevra le champion d’Allemagne à l’aller, puis se déplacera en Bavière, au retour. Les mains de Javier Zanetti, auteur de ce tirage au sort n’ont pas été clémentes aussi pour l’AS Roma qui devra en découdre avec le Real Madrid. Les protégés de Rudi Garcia pour croire en l’impossible exploit devront s’appuyer sur la seule opposition entre les deux formations lors des matches à élimination directe qui avait tourné en faveur des Romains. C’était lors de l’exercice 2007-2008, déjà en huitièmes de finale, et les Giallorossi avaient remporté les deux duels sur le score de 2-1.

 

 

Pas plus de réussite pour les clubs du bel paese en Europa League. La Fiorentina retrouvera Tottenham pour la deuxième saison consécutive à ce stade de l’épreuve. Le Napoli de Gonzalo Higuaìn devra se coltiner Villarreal tombeur ce weekend en Liga BBVA du Real Madrid (1-0). La dernière confrontation entre les deux formations avait vu le sous marin jaune faire match nul 0-0 en déplacement avant de s’imposer 2-1 sur son terrain pour éliminer Naples des seizièmes de finale 2010/2011. Les Azzurri ont pris leur revanche en s’imposant par deux fois 2-0 en phase de groupes la saison suivante. Dernier représentant Italien, la SS Lazio est sans doute la seule équipe Italienne qui peut avoir le sourire. En effet, Alexander Frei, ambassadeur de la finale et auteur du tirage n’a pas eu les mains lourdes en ce qui concerne les Biancocelesti qui tombent sur le Turques du Galatasaray. Les Stambouliotes et la Lazio se sont rencontrés pour la dernière fois en phase de groupes de l’UEFA Champions League 2001/2002. Les deux équipes l’avaient emporté à domicile 1-0.

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Be the first to comment on "Serie A Tim (J16) : L’Inter s’échappe, la Juve en taille patron et le Milan au ralenti !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*