Liga BBVA (J20) FC Séville-Malaga 2-1 : Gameiro est intraitable !

Seville s’est défait du piège qu’a tendu les Malaguistas en s’imposant à domicile 2 à 0. Malaga a montré bonnes choses, mais Séville comme toujours est redoutable en terme d’efficacité et après Bilbao, ou le Betis en Copa del Rey, Malaga lui aussi a dû rendre les armes. Gameiro a encore mis ses qualités d’attaquant en avant, avec un doublé décisif en 2 minutes. Le français a ainsi inscrit son 10ème et 11ème but en Liga, au total, 13 buts toutes compétitions confondues.

 

Séville-Malaga est une belle affiche sur le papier, qui opposait le septième au dixième. Séville est quasiment invincible à domicile, et Malaga reste sur 3 victoires en 4 matchs. Hormis un nul concédé contre Las Palmas, les andalous portant les couleurs bleu et blanc ont réussi à faire tomber l’Atlético Madrid et le Celta Vigo à la Rosaleda, et le prochain à aller là-bas n’est autre que le FC Barcelone. Séville va bien en s’étant rapproché des places européennes après sa victoire sur Bilbao, et fait partie des 8 équipes restantes en Copa del Rey après 2 victoires contre son ennemi intime, le Betis. Même si le match est à Sanchez-Pizjuan, les deux équipes sont dans une bonne forme et c’est un duel au parfum 100% Andalousie, les deux villes se situant entre elles qu’à 210 kilomètres environ. Le XI de Séville est un classique avec ce 4-2-3-1 aligné par Unai Emery et on retrouve les joueurs importants comme Krychowiak, Vitolo, Banega ou encore Gameiro. Javi Gracia quant à lui met en place un 4-4-2, avec également les joueurs cadres, comme Weligton, Camacho, Amrabat ou Charles.

 

 

Séville a la possession du ballon en majeur parti pendant la première période (58% de possession), mais les opportunités sont rares. C’est surtout Malaga qui se fait le plus remarquer par un placement très haut des joueurs, des tentatives lointaines ou des incursions d’Amrabat très habile avec le ballon. Mais leurs 6 frappes n’inquiètent pas Sergio Rico, avec seulement 1 tir cadré. Et lorsqu’on ne réussit pas à obtenir des occasions concrètes même si c’est eux qui apporte le plus de danger, Séville aime donner la punition. Avec seulement 4 frappes en première période, 2 ont été cadrées et elles sont au fond du filet. Seul Krohn-Dehli a loupé une énorme occasion. Mais son collègue Kevin Gameiro démontre bien son ambition d’aller faire l’Euro avec la France et tue le match avec un doublé somptueux en 2 minutes. Le premier but à la 40ème minute but est un lob parfaitement bien touché et le second à la 42ème minute est un vrai but d’attaquant, bien placé et servi en retrait par Vitolo, le français ajuste d’un petit piqué digne de Papin pour mettre Kameni et Malaga K.O debout. Le français déjà auteur de 3 buts sur les 2 derniers matchs envoie un sérieux message au sélectionneur Didier Deschamps.

 

La deuxième période est plus équilibré en terme de possession, Malaga monopolise plus le ballon et campe devant le camp sévillan pour réduire le score au plus vite et se créer des occasions comme celle de Charles ou une tentative lointaine de Camacho sans succès. Mais Séville et plus particulièrement Gameiro manque 2 opportunités d’inscrire un 3ème but. D’abord lorsqu’il part en face-à-face tout seul mais l’ex-parisien fait la touche de balle de trop et Kameni peut s’emparer du ballon. Mais aussi, une frappe croisée dans la surface après avoir récupéré une frappe contrée d’Iborra, mais sa reprise est sauvée sur la ligne par un défenseur de Malaga. Ce dernier victime de l’efficacité Sevillan auparavant se voit enfin récompensé de ses efforts à la 72ème minute. A la suite d’un coup franc indirect de Duda rentré en cours de jeu et d’une déviation de la tête au second poteau, Charles se jette à bout portant et avec opportunisme, ne manque pas le cadre et donne de l’espoir à son équipe qui a 20 minutes pour renverser la situation. En tout cas, c’est mérité pour Malaga qui est loin de mériter une défaite aujourd’hui pour ce qu’elle produit. Ça donne des ailes aux hommes de Javi Gracia et Malaga continue de mettre la pression à Séville, obtient de plus en plus de coup-franc. Charles manque l’occasion d’égaliser après une frappe à l’entrée de la surface un peu trop croisé.

 

 

Les dix dernières minutes sont tendues avec de nombreuses fautes commises. Cela amène à un autre moment fort, le gros choc entre Camacho et Iborra à la 83ème minute. Celui-ci obtient un second carton jaune en 3 minutes et se fait expulser après avoir passé seulement 20 minutes sur la pelouse. La tension est palpable en infériorité numérique, et Emery doit sortir Krohn-Dehli pour faire rentrer un élément défensif, N’Zonzi, dans le but de conserver le score. Rami et Carriço tiennent bon face aux multiples assauts de Malaga, insoutenable pour les supporters de Séville. Mais Malaga va finir aussi à 10 après 2 cartons jaune stupide en 1 minute de la part de Boka, notamment après un coup de coude en guise de 2ème carton jaune. L’ultime coup-franc indirect de Malaga ne donne rien, Rami dégage en touche et le coup de sifflet final libère tout le stade. L’intervalle 40ème-42ème minutes illustrée par un Gameiro survoltée a vraiment été fatale pour Malaga qui ne mérite pas de s’incliner aujourd’hui, pas récompensé de tous les efforts fournis. Ainsi, c’est un coup d’arrêt pour la belle petite série de Malaga, qui reste 10ème et peut perdre 2 places en cas de victoire de Valence, en obligation de résultat et Getafe qui revient en force. Seville a souffert en fin de match, mais son efficacité et sa combativité à l’image d’un Unai Emery très actif qui a harangué ses joueurs, a permis au club d’enchaîner une 4ème victoire consécutive, la 9ème consécutive à domicile. Séville retrouve virtuellement la 5ème place et met la pression sur le Celta, Villareal et le Deportivo qui joue dans la même journée.

 

Dans les réactions d’après-matchs, le héros du jour, Kevin Gameiro déclare avec le sourire « J’ai un peu plus de confiance et je tente plus. J’espère ne pas en rester à 11 buts ». Du côté des perdants, Charles pourrait lancer une polémique, notamment lorsqu’il envoie un pic à l’arbitrage : « Dans le deuxième but (sévillan), il y a une faute très claire qui n’est pas signalé ». Effectivement, avant l’action du but, sur la perte de balle de Malaga, les sévillans auraient pu être sanctionnés par l’arbitre. Mais celui-ci ne dit rien, et l’action qui suit va une vitesse impressionnante et on connaît la suite, en entendant notamment le classique « Vamos mi Sevilla, vamos campeon ! » qui porte Séville vers la victoire.

 

Raphael Benbouhou

Be the first to comment on "Liga BBVA (J20) FC Séville-Malaga 2-1 : Gameiro est intraitable !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*