Liga BBVA (J24) | FC Barcelone 6-1 Celta Vigo : Mès que Futbol !

En attenant de remettre à jour mercredi son calendrier, le Barça a étrillé (6-1) le Celta Vigo au terme d‘une nouvelle prestation de haute voltige. Grâce à un triplé de Suàrez et emmené par un Messi toujours aussi impérial. Les Catalans ont répondu avec la manière aux succès de leurs deux principaux rivaux au sacre, le Real et l’Atlético.

 

Lorsque l’on évoque le FC Barcelone, cela devient difficile de trouver les mots tant les superlatifs et les louanges ont tous été déjà utilisés pour décrire ce qui est pour beaucoup la meilleure équipe du monde voir de tous les temps. Et afin de ne pas devenir trop ennuyeux et de nous répéter on va essayer de vous raconter le plus simplement possible la nouvelle démonstration du club Catalan face au Celta Vigo ce dimanche soir. Un succès (6-1) au Camp Nou face à une formation Galicienne qui avait pourtant bien résisté en première période regagnant même les vestiaires sur un score de parité d’un but partout. Mais Suàrez, auteur d’un triplé et plus que jamais Pichichi de la Liga BBVA devant Cristiano Ronaldo, un but de Neymar, un autre de Rakitiç et évidemment une réalisation de sa majesté Léo Messi ont fini par avoir raison d’une formation du Celta qui a chèrement payé son triomphe du match aller face à ce même Barça (4-1).

 

Et de 30 pour le Barça. La bande à Luis Enrique ne laisse pas ses rivaux revenir et s’offre une énième promenade de santé face au Celta Vigo qui semblait pourtant être l’une des bêtes noirs du club Culè à la vue des dernières sorties du onze Galicien face à l’ogre Catalan (victoire 4-1 cette saison lors du match aller et un succès surprenant 0-1 la saison écoulée au Camp Nou grâce à une réalisation de Larrivey). L’équipe de Berizzo a su résister en première période en se permettant même le luxe de scorer par l’intermédiaire de Guidetti sur penalty en étant même très proche de mener au score si Josep Señé ou Planas s’étaient montrés plus adroits devant les buts de Claudio Bravo. Une attitude qui honore les joueurs du Celta qui ont évolué sans crainte contrairement à la majorité des formations qui se présentent au Camp Nou la peur au ventre. Malheureusement pour eux, la seconde période s’est avérée être un véritable calvaire la faute à une MSN déchaînée qui a fait perdre la tête à une défense du Celta Vigo totalement dépassée. En plus de ne jamais laisser leurs adversaires respirer, les Blaugranas et Lionel Messi ont surpris leur monde en réinventant le pénalty-passe au moment où Suàrez reste toujours aussi implacable devant les buts. Un nouveau triplé pour El Pistolero qui aurait même pu s’offrir un quadruplé comme il avait déjà fait face à Valence en coupe du roi. En scrutant le niveau actuel de l’équipe de Luis Enrique, il semble peu probable de voir Arsenal, futur adversaire des Azulgranas en huitièmes de finale de la Champion’s League espérer ne serait-ce qu’exister…

 

 

FC Barcelona 6-1 Celta Vigo : Le film du match !

 

Le début de partie contrairement aux dernières sorties du Barça est très intéressant. Les Catalans démarrent sur les chapeaux de roues se créant d’entrée de jeu une multitude d’occasions face à une bonne équipe du Celta Vigo qui fait pourtant mieux que résister. Les Galiciens ne se contentent pas uniquement de voir leurs hôtes jouer et répondent du tac au tac. C’est d’ailleurs la formation visiteuse qui se procure la première grosse occasion avec Josep Señé mais la tentative de l’attaquant de Vigo passe largement à côté. Messi tente de répondre sur coup franc mais le quintuple ballon d’or ne connaît pas plus de réussite, pas plus que Neymar Jr qui voit la porte du but adverse se refermer la faute à un très bel arrêt de Sergio Álvarez très concentré dans sa cage. Optant pour les contres, le Celta ne passe pas loin d’ouvrir la marque avec Planas mais Bravo repousse des poings sauvant lui aussi sa formation de la catastrophe.

 

Le chef-d’œuvre de Messi !

 

Secoués par cette action, les Catalans décident que la plaisanterie a assez duré et appuient sur l’accélérateur. Et quand le Barça décide de marquer, lui résister relève presque du miracle. Et qui d’autre que le meilleur joueur du monde pour montrer le chemin. L’Argentin sur un coup franc magistral place son ballon en lucarne et bat un Sergio Álvarez 1-0 (28′ pen). Les Catalans semblent avec cette ouverture du score avoir fait le plus dur d’autant que les visiteurs ne semblent pas véritablement en mesure de montrer le moindre signe de réaction. Mais sur une action anodine, Jordi Alba commet une faute largement évitable en pleine surface de réparation sur Guidetti. Le pénalty est donc logiquement sifflé par l’arbitre de cette partie, Monsieur Alejandro Hernández Hernández. L’attaquant Suédois se fait justice lui-même et transforme victorieusement remettant les pendules à l’heure 1-1(39′) permettant surtout au Celta de regagner la pause citron sur ce score très flatteur d’un but partout.

 

 

Le festival peut alors commencer !

 

Bien qu’ayant largement dominé le premier acte, les Catalans n’ont pas su fructifier au tableau d’affichage leur écrasante supériorité et au retour des vestiaires, l’objectif était clair, marquer le plus vite possible pour ensuite tuer définitivement le match. Les hommes de Luis Enrique Martìnez ne perdent d’ailleurs pas de temps puisqu’ils se procurent rapidement une grosse opportunité pour reprendre l’avantage mais Suàrez trouve le poteau après une énorme chevauchée sur son couloir gauche de Neymar qui a une fois encore régalé les aficionados avec ses nombreuses prouesses techniques. Les Catalans jouent bien, se font plaisir mais doivent attendre jusqu’à l’heure de jeu pour enfin marquer le deuxième but. Sur une passe-lobée magique de Messi dont la seule vision à éliminé toute La défense adverse. Suàrez en véritable ´´Killer » des surfaces ne tremble pas pour redonner l’avantage au FC Barcelone 2-1 (59′).

 

Le Barça peut alors dérouler et El Pistolero récidive à la 75e en corrigeant une passe involontaire de Neymar pour inscrire le troisième but de son équipe et s’offrir ainsi un doublé 3-1 (75′). Sept minutes plus tard, l’action du match qui vaut à elle seule le prix du billet. Messi se joue sur la droite de Gustavo Cabral, le latéral gauche dont il se débarrasse par un petit pont. Celui-ci vexé ne trouve pas d’autres solutions pour intervenir que de déséquilibrer la Pulga en pleine surface de réparation. Le pénalty est donc inévitable. Sans surprise, l’Argentin se présente au point des onze mètres avec la possibilité d’inscrire son 300ème but en championnat d’Espagne mais à la surprise générale et au lieu de faire comme tout le monde et le tirer en force ou en finesse, le numéro dix Culé décale le ballon sur sa droite pour Luis Suàrez qui signe le quatrième but des siens, son troisième personnel 4-1 (82′). Une réalisation qui provoquera la stupeur dans les gradins du Camp Nou mais aussi l’admiration. Si pour certains, ce penalty est un manque de respect à l’adversaire voir un excès de zèle. Personne ne peut nier que cette action aura été l’épisode clé de cette partie. Ce but permet en tout cas au Pistolero avec 23 réalisations soit deux de plus que le Madrilène Cristiano Ronaldo (double buteur face à l’Athletic Bilbao lors de la victoire 4-2 du Real Madrid samedi après-midi à Bernabéu. Ndlr) de prendre seul les commandes du classement des buteurs du championnat Ibérique.

 

Le festival Blaugrana ne va pas s’arrêter là puisqu’Ivan Rakitić qui venait tout juste de remplacer Andrès Iniesta va alourdir le score profitant d’une passe de Luis Suàrez 5-1 (84′) Avant que Neymar dans le temps additionnel ne scelle définitivement le sort de cette rencontre en marquant lui aussi d’une jolie balle piquée le but du 6-1 (90′ +1′). Grâce à cette large victoire, le Barça reprend ses quatre et six points d’avance respectivement sur l’Atlético et le Real en attendant de jouer son match retard ce mercredi face au Sporting Gijón et tenter pourquoi pas d’accroître un peu plus son avance en tête de la Liga en cas de victoire évidemment.

 

 

Le patron, c’est Messi !

 

Lionel Andrès Messi est le meilleur joueur du monde, de l’histoire même et seul un aveugle pourra dire le contraire. En effet, tous les connaisseurs du ballon rond vous diront la même chose sauf peut-être les fanatiques du Real Madrid qui évidemment seront incapables en raison de leur attachement Madridiste de reconnaître la réalité. Messi est tellement immense au FC Barcelone qu’il ne cesse match après match de réécrire les pages de l’histoire et de régaler tous les amateurs de la balle ronde. Le quintuple golden ball est un magicien, un pur génie et ses prestations sont plus que ces louanges les véritables preuves irréfutables de ce que l’on avance. Record après record, il ne cesse d’inventer des choses impossibles pour le commun des mortels, des choses qui pour lui semblent tellement banales.

 

Sa prestation face au Celta a une fois encore étonné son monde, d’abord, il ouvre le score d’un sublime coup franc. Ensuite, il offre une passe décisive en mode ‘’Playstation’’ à Luis Suàrez sur le second but. Comme souvent, Messi a porté et mené le FCB à remporter un match difficile. Désolé de nous répéter mais il est au-dessus de tout footballeur sur cette planète. Son récital suivi d’une passe parfaite à Neymar qui s’est conclu par le troisième but que Suàrez a un peu ‘volé’ au Brésilien. Et que dire de ce pénalty à la Cruyff ‘qui à fait lever le Camp Nou. En effet, comme le Batave en 1982 du temps où il portait le maillot de l’Ajax Amsterdam contre Helmond Sport : il avait fait la passe à un équipier, lequel lui avait remis le ballon aussitôt pour lui permettre de marquer. Messi a en quelque sorte rendu hommage à son père spirituel, autre icône du Barcelonismo !

 

Le Barça a pourtant eu du mal à gagner ses derniers matchs en dépit de certains scores flatteurs. A l’exception du festival en coupe du roi face à Valence (7-0), les Blaugrana ont souffert plus que prévu contre Málaga (1-2), l’Atlético (2-1) et même face à Levante pourtant lanterne rouge (0-2). L’équipe a en effet souvent manqué de maîtrise et de précision accumulant parfois les erreurs individuelles. Heureusement, l’ensemble de Luis Enrique a prouvé sa force de caractère et n’a jamais rien lâché en réussissant à l’emporter sans forcement bien jouer. Le Celta a bien essayé de déstabiliser un FC Barcelona mis sous pression par les victoires du Real Madrid (4-2 face à Bilbao) et l’Atlético (0-1 contre Getafe). Les Blaugranas étaient donc dans l’obligation de s’imposer pour maintenir une avance confortable. Et les Galiciens, qui ont déjà réalisé l’exploit lors de la manche aller en battant les Blaugranas (4-1 à Balaídos) ont de nouveau posé de nombreux soucis à l’équipe de Luis Enrique. La chance du club Culè: posséder dans ses rangs une «bête» nommée Messi ; un joueur capable de résoudre des situations délicates. Un cupidon du football qui nous a rendus encore plus amoureux de ce sport en cette nuit de Saint-Valentin grâce à une nouvelle performance magistrale. Merci Leo d’exister !!!

 

Le Tweet du jour:

 

 

Statistiques clés :

 

100 – Ce Barcelona-Celta est l’un des plus vieux du championnat espagnol. Ce dimanche aura été la centième confrontation entre le club Catalan et la formation Galicienne.

 

5 – Comme le nombre de buts sur coup franc de Messi en Liga cette saison. Personne ne fait mieux cette année.

 

1 – cela faisait presque un an que Barcelone n’avait plus encaissé de but sur pénalty. Le dernier épisode date du 8 mars 2015 avec Alberto Bueno qui avait inscrit le but de l’honneur sur pénalty pour le Rayo Vallecano (les Blaugranas l’avaient également emporté 6-1).

 

30- Comme la série en cours de matchs consécutifs toutes compétitions confondues du Barça sans connaitre la moindre défaite (record du club).

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Be the first to comment on "Liga BBVA (J24) | FC Barcelone 6-1 Celta Vigo : Mès que Futbol !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*