Serie A Tim (J25) : La Juve enfin maillot rose, la Roma quatrième, les formations de Gênes tremblent !

En remportant (1-0) le duel au sommet de cette journée face au Napoli. La vieille dame s’empare pour la première fois cette saison des commandes du championnat. Derrière, la Fiorentina consolide sa troisième place au moment ou les formations de Gênes se compliquent un peu plus la tâche dans leur course au maintien. DECRYPTAGE !

 

Il aura fallu attendre vingt cinq matchs et la fin de toute la phase retour pour voir la Juventus Turin, quadruple championne d’Italie en titre et vice-championne d’Europe s’emparer enfin de la tête du campionato. Pourtant, quelques moins auparavant, la faute à deux défaites lors des deux premières journées qui lancèrent cette saison 2015-2016, la Juve n’emmenait pas large en raison de résultats médiocres qui ont quelque peu plombé le moral du club. Les hommes de Massimiliano Allegri étaient loin, tellement loin de leurs ambitions que la direction a même donné dans l’urgence un ultimatum à l’entraîneur pour redresser la barre au plus vite sans quoi il se ferait limoger. Pire après six matchs soit les rencontres aller de cette même journée, nous avions même et c’était certainement une grosse erreur de notre part osé dire sur ces mêmes colonnes que le Scudetto était déjà perdu pour la Juventus. Il faut dire que les Bianconeri après un revers au San Paolo face au Napoli (2-1) étaient déjà largués au classement et leur capitaine Gianluigi Buffon avait appelé ses camarades, les plus jeunes d’entre eux notamment (dont Pogba Paul) à faire preuve d’humilité en déclarant à la chaîne du club qu’il fallait laisser de côté pendant les prochains mois toute discussion à propos du Scudetto : « L’écart est tellement grand qu’on ne peut pas se permettre de rêver. On doit se retrousser les manches, mettre les mains dans le cambouis et accepter la situation ». Cette prise de responsabilité du capitano et surtout la volonté du mister Max Allegri qui nonobstant une entame de saison extrêmement compliquée a toujours cru en une remontée impossible a été la bouée de sauvetage d’un groupe alors en perdition. Max en remobilisant avec psychologie et intelligence son effectif a su redonner un coup de booste à son équipe et le temps lui a donné raison puisque quelques mois plus tard, la vieille dame à la faveur de cette victoire étriquée face à l’ancien leader Partenopeo (1-0), la quinzième consécutive en Serie A prend pour la toute première fois la tête du championnat.

 

Si cette fois, nous nous interdisons de faire le moindre pronostique, la Juve nous a en tout cas prouvé une chose, la Vecchia Signora est éternelle et l’enterrer avant l’heure peut se retourner contre vous. La lutte pour le sacre est en tout cas tout sauf joué d‘autant que les Napolitains de Maurizio Sarri sont loin d ‘être résignés et leur prestation au Juventus Stadium malgré la défaite démontre que les Azzurri ont le potentiel pour lutter jusqu’au bout avec leurs hôtes du jour pour le titre. Derrière, dans un match houleux marqué par trois cartons rouges, la Fiorentina de Paulo Sousa a enfoncé un peu plus l’Inter Milan désormais cinquième à quatre unités du podium. Toujours pas de changements par contre dans la zone rouge ou Frosinone, Carpi et l’Hellas restent toujours relégables.

 

 

La SS Lazio ouvre le bal par une victoire !

 

C’est donc ce jeudi (20H45) que la SS Lazio a ouvert le bal de cette 25ème journée de Serie A en prenant le meilleur sur l’Hellas Vérone (5-2). Les Biancocelesti commençaient à trouver le temps long. Incapables de l’emporter depuis trois journées, les hommes de Stefano Pioli ont enfin retrouvé goût à la victoire face au Hellas Vérone, la lanterne rouge du campionato, qui n’a remporté qu’un match depuis le début de la saison. C’est pourtant l’attaque la moins prolifique du championnat qui est parvenue à se procurer les premières occasions franches de la partie, par l’intermédiaire de Pazzini (23’) et Toni (28’), mais la Lazio a fait le dos rond avant de forcer la décision. Matri, qui n’avait plus marqué depuis le 14 décembre, a d’abord ouvert le score d’une frappe croisée du gauche (1-0, 45’) avant que Mauri ne double la mise pour son premier but de la saison (2-0, 50’). La barre transversale a alors sauvé la Lazio (62’) et Felipe Anderson s’en est donné à cœur joie pour corser l’addition malgré un hors-jeu évident de Matri auparavant (3-0, 69’). Les réductions du score par Greco sur coup-franc direct (3-1, 72’) puis l’inusable champion du monde Toni du pied droit (3-2, 79’) n’ont pas relancé le suspense d’autant que la Lazio a remis la machine en route. Bien servi par Klose, Baldé a permis aux locaux de reprendre deux buts d’avance (4-2, 82’) et c’est finalement Candreva qui a mis un terme au spectacle sur penalty (5-2, 90’). Au classement, la Lazio Rome remonte provisoirement à la septième place, quatre points derrière l’AC Milan. Le Hellas Vérone n’avance pas et reste évidemment bon dernier et plus que jamais en route vers un retour rapide en Serie B.

 

La Roma se rassure avant le Real Madrid !

 

Vendredi soir à 20H45 dans le second match de cette journée, l’AS Roma a poursuivi sa série de succès avec une quatrième victoire consécutive, obtenue sur le terrain du promu et relégable Carpi grâce notamment à un but de Lucas Digne et au réveil d’Edin Džeko (3-1). Même s’il avait débuté avec un nul et une défaite, on peut désormais parler d’effet Luciano Spalletti, l’entraîneur qui a remplacé Rudi Garcia mi-janvier a emble-t-il trouvé la recette pour redonner vie à la Louve. La Roma remonte au passage à la quatrième place à deux points du podium. Les Giallorossi ont pourtant souffert et ce n’est qu’en fin de match qu’ils ont fait la différence en deux minutes. Alors que le score était de 1-1, Džeko a marqué de près sur un bon service de Salah, l’avant-centre Bosnien retrouvant enfin le but après une longue panne depuis fin-novembre (2-1, 84’). Une minute plus tard, c’est Salah qui marquait le but du 1 -3 et tuait tout suspense. Auparavant, le Français Digne avait ouvert le score d’une belle frappe du gauche pour son deuxième but en Serie A, les deux contre Carpi (1-0, 56’). Mais Lasagna avait rapidement égalisé en profitant d’un énorme cadeau de Rüdiger (1-1, 61’). Une bonne victoire en tout cas d’un point de vue mental avant de défier ce mardi le Real Madrid de Zinédine Zidane en huitièmes de finale aller de la Ligue des champion.

 

 

Samedi en attendant l’affrontement entre la Juventus et le Napoli, deux rencontres très importantes pour le maintien étaient au programme. A 15H00, dans son antre du Stade Carlo-Castellani, Empoli recevait la formation de Frosinone qui bien que toujours relégable croit toujours en ses chances de rester une saison de plus dans l’élite. Le début de match est d‘ailleurs largement favorable aux poulains de Roberto Stellone qui vont voir leur excellente entame de partie récompensée par l’ouverture du score de Daniel Ciofani qui fructifie de la tête un excellent centre venant de la gauche de son homonyme Daniel Pavlovic pour donner l’avantage aux visiteurs (17’). Les locaux tenteront de réagir mais devront attendre quasiment l’heure de jeu pour niveler la marque. Lancé en profondeur par Saponara, le vétéran Massimo Maccarone met avec une feinte deux défenseurs dans le vent avant de trouver le second poteau et battre Leali (59’). Alors que l’on pensait que cette égalisation allait permettre aux Toscans de prendre les devants, c’est finalement le contraire qui se produit avec le deuxième but des Gialloazzurri sur un pénalty signée Daniel Ciofani 1-2! L’attaquant ne tremble pas des 11 mètres mettant à contre pied Skorupski, envoyant le ballon sur sa droite (73’ pen). Le score ne bougera plus puisque les visiteurs vont résister jusqu’au bout et ramener dans leurs bagages une précieuse victoire qui même s’il elle ne leur permet pas de sortir de la zone rouge puisqu’ils restent dix-huitième à trois longueurs de la Sampdoria premier non relégable, elle est fondamentale pour garder espoir. De son côté et malgré la défaite, Empoli est presque certaine de rester dans l’élite puisque la formation Florentine compte douze longueurs d’avance sur le premier relégable qui ni plus ni moins que son adversaire du jour.

 

A 18H00, le Stade Marcantonio-Bentegodi était le théâtre d’une rencontre entre deux formations (le Chievo et Sassuolo) qui ont déjà assuré leur maintient en Serie A mais qui cherchent désespéramment de renouer avec la victoire eux qui restent sur plusieurs contres performances. Comme à l’aller, les deux équipes se sont séparées sur le même score (1-1). Tout s‘est joué en une minute. Valter Birsa ouvrait la marque sur un penalty consécutif à une faute de Peluso (averti d‘un jaune) sur Rigoni (29’ pen). Les Vénitiens ne vont mener qu’un tout petit moment puisqu’une minute plus tard sur l’engagement, les joueurs d’Eusebio Di Francesco vont remettre les pendules à l’heure par l’intermédiaire de Nicola Sansone qui après un excellent contrôle ne laisse aucune chance au pauvre Bizzarri (30’). Le match sera par la suite assez tranquille après cette minute folle et malgré quelques opportunités de part et d’autre, aucune des deux équipes ne réussira à prendre l’avantage. Sassuolo dégringole au classement, les Neroverdis sont désormais huitièmes soit deux place de mieux que les Gialloblù.

 

 

Zaza propulse la Juventus tout en haut !

 

Samedi soir (20H45), la Juventus Turin a pris pour la première fois cette saison la tête du championnat d’Italie en battant in extremis l’ancien leader Naples 1-0 grâce à un but du joker de luxe Simone Zaza, qui porte à quinze le nombre de victoires d’affilée des Turinois en Serie A. Dans ce duel au sommet très attendu, Dybala côté Juventus, Insigne et Higuaìn côté Naples ont été bien maîtrisés par des défenses bien en place. Et c’est finalement d’un remplaçant, Simone Zaza, qu’est venue la décision à la 88e minute, sur une frappe violente mais que Reina aurait peut-être sortie sans une déviation d’Albiol. Après avoir perdu à l’intersaison Tevez, Vidal et Pirlo, la Vecchia Signora avait connu un début de saison terrible, glissant jusqu’à la 17e place et comptant un temps plus de dix points de retard sur la première place. La Roma, l’Inter, la Fiorentina et Naples, surtout, ont cru pouvoir en profiter. Mais la « Vieille Dame » aime trop la victoire pour renoncer et a su comme un phénix renaître de ses cendres. Les Turinois ont donc gagné, gagné et encore gagné. Samedi, ils ont ajouté une nouvelle victoire, la quinzième, à leur série record et ils ont repris la seule place qu’ils estiment être digne d’eux: la première. Les voilà désormais un point devant Naples et grands favoris pour le titre, qui serait le cinquième consécutif. Cela n’a pas été simple, pourtant. La Juventus a dû faire avec les absences de Mandžukić et de Chiellini puis à la blessure de Bonucci en début de deuxième période. Elle a aussi dû surpasser une équipe de Naples très solide, qui voit elle se terminer sa propre série historique de huit succès enchaînés. Longtemps intense mais assez fermé, le match a valu par quelques gestes de classe isolés, un double contact d’Insigne, un sombrero de Dybala, une remontée de balle de Pogba. Mais aussi par l’incroyable sauvetage de Bonucci devant Higuaìn, qui se voyait déjà marquer un 25e but en autant de matches (35’). C’est ce genre de geste qui fait de la Juventus la meilleure défense d’Italie et qui en fera un adversaire très coriace pour le Bayern Munich en huitième de finale de la Ligue des Champions.

 

 

Milan confirme son redressement !

 

Dimanche à l’heure du déjeuner (12H30), l’AC Milan a battu le Genoa (2-1) confirmant sa bonne forme actuelle et conservant ainsi quelques espoirs de qualification pour la Ligue des Champions. Avec cinq victoires et trois nuls lors des huit dernières journées, le club cher à Silvio Berlusconi semble avoir enfin trouvé la régularité qui lui a terriblement manqué en début de saison. Cette série permet aux Rossoneri de s’accrocher au wagon de tête, et la possibilité d’accrocher la troisième place qualificative pour les barrages de la Ligue des Champions existe toujours, même si les Milanais ne sont pas les mieux placés. Les joueurs de Siniša Mihajlović sont actuellement sixièmes, à quatre points de la Roma, qui occupe la quatrième marche du podium. Le Milan s’est imposé grâce à des buts de Carlos Bacca (5’) et Keisuke Honda (64’). Alessio Cerci, qui a joué les six premiers mois de la saison au sein du club Rossonero, a réduit le score dans le temps additionnel pour le Genoa. Avec 13 buts, Bacca rejoint Paulo Dybala (Juventus) à la deuxième place du classement des buteurs, derrière l’intouchable Gonzalo Higuaìn (24). Ce match a aussi vu le retour à la compétition du Français Jérémy Ménez. Longuement blessé au dos, l’ancien Parisien n’avait pas encore porté le maillot milanais en match officiel cette saison. Il a joué le dernier quart d’heure.

 

Dans les matchs du dimanche après-midi (15H00), Bologne est revenu de son déplacement au Frioul avec une précieuse victoire. Un succès que les Émiliens doivent à Mattia Destro. L’ancien attaquant de la Roma auteur de plusieurs dribles dans les dix-mètres s’est emmené le ballon sur son pied droit avant de fusiller le portier de l’Udinese Karnezis inscrivant l’unique but de cette rencontre (79’). Bologne, bon dernier en début de saison s’est totalement transformé depuis la nomination de Roberto Donadoni à la barre technique. Grâce à ce nouveau succès à l’extérieur qui plus est face à un autre concurrent direct au maintien, les Rossoblù dixièmes avec 33 points soit onze de plus que Frosinone premier relégable ont quasiment assuré leur survie dans l’élite. Pour sa part, l’Udinese quatorzième avec cinq unités d’avance sur la zone est loin d’être sorti d’affaire.

 

 

En déplacement en Sicile, Torino s’est imposé sur la pelouse de Palerme (1-3). Pourtant, rien ne fut simple pour les Grenats menés dès l’entame de ce match. En effet, sur une action foudroyante des Rosaneri avec Morganella qui sur son couloir droit centre pour l’inusable Gilardino qui se jette comme un faucon pour battre Padelli (2’), Palerme pensait avoir fait le plus dur. Loin d’être abattus, les poulains de Giampiero Ventura vont trouver les ressources pour revenir au score. C’est Ciro Immobile qui va d’abord provoquer un pénalty en obligeant le duo Morgannella-Brugman à commettre l’irréparable. L’ancien attaquant du Borussia Dortmund se fait justice lui-même et transforme victorieusement remettant sa formation sur les bons rails (18’). Cette égalisation va donner des ailes aux Turinois qui vont même prendre l’avantage suite à un but contre son camp de Giancarlo González Castro. Centre de Bruno Peres sur la gauche, celui-ci est dévié par le malheureux Costaricien dans ses propres buts (31’ csc). En deuxième période, les visiteurs vont d’abord gérer leur but d’avance avant de faire le break de nouveau par Ciro Immobile. En très grande forme, l’attaquant international Italien va percuter balle au pied avant de battre Alastra avec une patte gauche précise et chirurgicale (69’). Le tableau d’affichage ne bougera plus et le Toro regagne le Piémont avec une belle victoire qui lui fait beaucoup de bien et qui surtout l’éloigne de la zone rouge puisque ce succès permet aux grenats de compter neuf unités d’avance sur la zone rouge au moment ou Palerme quinzième n’a plus que quatre unités de plus sur la zone rouge. Une défaite lourde de conséquence pour Giovanni Bosi, nommé il y a cinq jours n’a pas résisté à la défaite contre le Torino (1-3) dimanche pour son premier match sur le banc. Dans une lettre adressée aux supporters sur le site du club, le bouillantissime président de Palerme, Maurizio Zamparini annonce avoir rappelé Giuseppe Iachini lui aussi limogé du club Sicilien le 10 novembre 2015 pour mauvais résultats. Ancien de la maison, Il avait permis au club de remonter en Serie A lors de la saison 2013-2014, Giuseppe Iachini est donc de retour à Palerme. L’ancien milieu de terrain du club (1994-1996) revient à la tête des Rosaneri. Le président Maurizio Zamparini l’a annoncé dans une lettre adressée aux supporters sur le site officiel du club.

 

Enfin, pas de vainqueur entre la Sampdoria et l’Atalanta dans une partie qui voit les deux équipes se séparer sur un soporifique match nul (0-0) qui fait surtout les affaires des Lombards treizièmes avec sept points d‘avance sur la zone de turbulence. La Sampdoria fait du sur place en étant tenue en échec par l’Atalanta Bergame (13e) sur sa pelouse. Les Blucerchiati ne sont plus qu’à trois unités du premier relégable Frosinone (22 pts). Après son revers face à la Roma la semaine dernière, la Samp frôle également, comme le Genoa, la zone de relégation. Les hommes de Vincenzo Montella pointent à la 17e place et le niveau de jeu de l’équipe n’augure rien de bon pour la suite.

 

 

La Fiorentina consolide sa troisième place !

 

En clôture de cette journée dans le traditionnel postico serale du dimanche soir (20H45), La Fiorentina s’est imposée à domicile face à l’Inter Milan (2-1). Face à des Nerazzurri abonnés aux victoires étriquées sur le score d’un but à zéro depuis le début de saison, la Fiorentina n’est pas tombée dans le piège. Auteur de l’ouverture du score en première mi-temps (26’), Brozović a vu son équipe encaisser deux buts en seconde période, dont un dans le temps additionnel. En effet, Borja Valero (60’) et Boubacar (90’+1’) ont permis à la Viola de s’imposer. La rencontre a également été marquée par trois cartons rouges dans les dix ultimes minutes de la partie : deux pour les Milanais (Kondogbia (82’) et Telles (90’ +7’) ), un pour la Fiorentina (Zarate (90+5′) ). La Fio reprend donc la troisième place qualificative pour les barrages de la Ligue des Champions, deux points devant l’AS Rome qui avait enchaîné vendredi soir une quatrième victoire d’affilée en battant Carpi 3-1. L’Inter de son côté glisse à la cinquième place, à désormais quatre longueurs de la Fiorentina. L’équipe de Roberto Mancini, encore une fois très nerveuse n’a gagné qu’un seul de ses sept derniers matches de Serie A.

 

Paolo Hamidouche’ (@Paolino_84)

Be the first to comment on "Serie A Tim (J25) : La Juve enfin maillot rose, la Roma quatrième, les formations de Gênes tremblent !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*