Conmebol: entre confirmation, bonification et miracle

 

 

Après une interminable pause de 6 mois, enfin les qualifications dans la zone CONMEBOL sont de retour. Déjà, on peut parler d’une double journée assez importante, car des pays pourraient s’échapper et laisser des adversaires complètement pantois. Par exemple, le Paraguay, la Colombie et le Chili se doivent d’optimiser leurs prochains résultats, pour ne pas voir l’Uruguay, l’Argentine et le Venezuela leur filer entre les doigts. Finalement, dans le cas de la Bolivie, il est grand temps de commencer à prier les Dieux andins de nouveau…

 

1. Uruguay : 7 points

 

Le monarque incontesté du continent, dont le nom a été attribué par Amerigo Vespucci, a le luxe de pouvoir disputer les 2 prochains matchs de qualification dans son antre imprenable, en terre Charrua. Le défi est par contre intéressant en lever de rideau, avec un affrontement contre le surprenant Venezuela, qui devra être pris fortement au sérieux tout au long du processus éliminatoire. Un duel qui pourrait laisser ses traces, mais qui devrait voir la Celeste sortir vainqueur. 8 jours plus tard, un Pérou aux prises avec un départ décevant se dresse sur le chemin du 4e du dernier Mondial; un affrontement qui ne devrait pas être trop gênant non plus. La seule chose qui pourrait préoccuper le stratège uruguayen Óscar Washington Tabárez est que l’emblématique attaquant Diego Forlán n’est pas à 100% physiquement, en plus d’être à court de compétition, résultat d’une saison plus que décevante avec l’Inter Milan. Néanmoins, il demeure une pièce maîtresse du casse-tête du pays aux 2 étoiles, complétant le trident offensif qu’il forme avec Edinson Cavani et Luis Suárez.

 

Depuis novembre dernier, l’Uruguay a accumulé une fiche de 1 victoire (Italie à Rome) et 2 nuls (Roumanie à Bucarest et Russie à Moscou), démontrant un maintien de leur excellent niveau. Le retour à domicile a tout pour devenir une grande fête.

 

 

2. Argentine : 7 points

L’Albiceleste, en action qu’une seule fois lors de cette double journée, devra en découdre avec un Équateur pouvant jouer les trouble-fêtes. La nation entière attend encore et toujours l’avènement de leur Messi, pouvant les hisser à nouveau au sommet de la hiérarchie footballistique, mais il sera surtout important de voir comment l’entraineur Alejandro Sabella jonglera avec son effectif pour pouvoir maximiser la performance de La Pulga. Au niveau tactique, on sait déjà que 3 attaquants seront utilisés : Lionel Messi, Gonzalo Higuain et Sergio Agüero.

 

Un seul match amical a été disputé depuis le dernier match de qualifications, une victoire de 3-1 à Berne contre la Suisse.

 

3. Venezuela : 7 points

L’impressionnante Vinotinto, menée par le fougueux César Farias, se voit offrir 2 excellents tests. Une visite périlleuse en Uruguay avant de recevoir le Chili, sont à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle : bonne pour voir où se situe la nation caribéenne face à des équipes établies, mauvaise car 2 défaites pourraient faire amèrement mal, sans pour autant hypothéquer sa présence à Brésil 2014.

 

Plusieurs matchs amicaux ont été disputés depuis la victoire contre la Bolivie lors de la 4e journée des qualifications, donnant une piètre fiche d’une victoire (Moldavie) et 4 défaites (Costa Rica, États-Unis, Mexique, Espagne)! Les adversaires n’étaient pas piqués des vers, démontrant une réelle envie de se mesurer à l’élite mondiale. Reste maintenant à voir si des leçons ont été tirées.

 

 

4. Équateur : 6 points

Après avoir été écartés de la dernière Coupe du monde, l’envie de retrouver la crème de la crème lors de la danse estivale de 2014 est excessivement présente, surtout qu’en ce moment même, La Tri est en zone de qualificative directe. Avec une visite délicate à Buenos Aires, pour ensuite poursuivre en recevant son voisin colombien, l’Équateur a tout en main pour demeurer en bonne position pour la suite. Voyons voir si l’équipe réputée pour son jeu physique saura maintenir sa bonne séquence.

Une tranquille victoire de 2-0 contre le Honduras à domicile marque le seul match amical effectué depuis novembre dernier.

 

5. Chili : 6 points

Accumuler 6 points sur les terrains adverses serait énorme pour la Roja, qui connait des débuts de qualifications en deçà des aspirations, même si au même stade du championnat il y a 4 ans, le Chili avait accumulé 2 points de moins que présentement! Lors du processus mené par l’inoubliable Marcelo Bielsa, ils avaient battu la Bolivie 2-0 (doublé de Gary Medel, qui sera par contre absent pour le match) et 3-2 le Venezuela. Un sentiment de revanche pèse cependant le pays bordant le pacifique, car les Llaneros les avaient éliminés en ¼ de finale de la Copa América 2011! Pour ce qui est du duel contre la Bolivie, le Chili est l’équipe rivale qui a le meilleur rendement dans les hauteurs de La Paz, permettant de rassurer un peu plus les exigeants partisans Chiliens.

 

Claudio Borghi fonde beaucoup d’espoir dans les 2 astres du pays, Alexis Sánchez et Arturo Vidal, eux qui viennent de conclure une incroyable saison européenne. En ce qui concerne justement la perle de la Juventus, qui faisait partie du fameux Bautizazo (5 joueurs importants de la sélection avaient été exclus du groupe dernièrement) la question des marginalisés est maintenant traitée individuellement, si bien que Celia Punk sera le seul à réintégrer l’alignement. Pas de trace de Beausejour, Carmona, Valdivia et Jara.

 

El Equipo de Todos arrive armé de plusieurs joueurs qui ont excellé cette saison : les Sánchez, Vidal, Estrada et Suazo ont tous gouté à des championnats, en plus de pouvoir profiter de la formidable aventure que vit la Universidad de Chile ces derniers mois.

Formation probable : Bravo; O. González, Contreras, Rojas; Vidal, Aranguiz, Díaz, Mena; Fernández; Sánchez, Suazo

 

 

Petites statistiques :

Arturo Vidal cette année en Serie A : 33 matchs pour 7 buts marqués. L’entraîneur de la Juve a même dû changer sa formation pour donner plus de pouvoir au jeu du milieu extrapolyvalent, devenu titulaire indiscutable du champion invaincu.

 

Alexis Sánchez cette année en Liga : 25 matchs pour 12 buts marqués, comparativement à 28 matchs pour 12 buts marqués l’an dernier avec Udinese. On parle ici d’augmentation de maturité et de confiance en ses moyens. Doté d’une grande vitesse et d’une faculté à provoquer les défenseurs, Alexis, qui s’est imposé dans une équipe saturée de vedettes et qui a obtenu rapidement le respect de toute la presse espagnole, ne fait que débuter son ascension dans le monde du football! C’est justement contre la Bolivie en 1926 que le Chili a obtenu sa première victoire officielle!

 

Bon nombre de rencontres ont été disputées depuis le dernier match de qualifications, ayant comme résultats : 3 victoires (Paraguay, Pérou 2 fois), 1 nul (lors d’une rencontre contre le Ghana à Philadelphie à laquelle j’ai assisté) et 1 défaite (Paraguay). Les belligérants n’ont pas été typiquement d’un niveau d’une équipe classée au 13e rang mondial, mais les hauts dirigeants ont préféré favoriser la proximité des opposants au lieu de devoir se déplacer sur le vieux continent.

 

6. Colombie : 4 points

Une soif de récupérer de précieux points perdus habite les Colombiens, s’ils veulent se retrouver au Brésil en 2014. L’ex-sélectionneur de l’Argentine, José Perkerman, fait pour l’instant de l’excellent boulot, selon le vétéran défenseur Luis Amaranto Perea, élément clé du champion de la Ligue Europe (Atlético Madrid). On pourrait maintenant voir la Colombie utiliser un jeu plus vertical, avec moins de touchés de ballon du type Barcelone, par exemple. L’attaque, une des faiblesses des Cafeteros ces dernières années, devrait s’en voir améliorée, surtout qu’ils ont un certain Radamel García Falcao à cette position. Voyons voir combien de points iront-ils chercher à l’extérieur face au Pérou et à l’Équateur!

 

Qu’un seul petit match amical pour la Colombie, une victoire de 2-0 contre le Mexique à Miami!

 

 

7. Paraguay : 4 points

Qu’en action qu’une seule fois, l’importantissime Nelson Haedo Valdez aimerait mieux voir la Bolivie battre le Chili, car il préfère ne pas devoir affronter un animal blessé pour la 6e journée. Déclaration quand même surprenante, pas digne d’une sélection aussi constante qu’est le Paraguay et qui n’a pas besoin du malheur des autres. Somme toute, peu importe le résultat qui sortira de La Paz le 2 juin, l’Albirroja devrait aller chercher les 3 points.

Pendant la pause qualificative, les Guarani ont accumulé une fiche de 4 victoires (Chili, Guatemala (2), Panama) et 1 défaite contre le Chili.

 

8. Pérou : 3 points

La Blanquiroja doit absolument commencer à enchaîner les résultats, sinon les illusions créées à la suite de la dernière Copa América s’évaporeront aussi vite qu’elles sont apparues! Rencontrer la Colombie, en quête aussi d’un redressement de situation, et l’Argentine, permettra de voir si le Pérou a ses raisons pour espérer revenir vers l’élite mondiale.

4 matchs préparatoires ont servi au pays inca pour parfaire leur préparation : 1 victoire (Nigeria), 1 nul (Tunisie à Tunis) et 2 défaites contre le Chili.

 

9. Bolivie : 1 point

Pour la nation la plus faible de la CONMEBOL, la tâche s’annonce immensément difficile, même en accueillant les 2 matchs disputés ce mois-ci dans les hauteurs des Andes. Le Chili et le Paraguay étaient présents il y a 2 ans en Afrique du Sud et ont besoin de points pour se rapprocher d’une nouvelle qualification mondialiste. En contrepartie, la Bolivie est malheureusement aux antipodes de ce fait et devra trouver un moyen de réformer toute la pyramide qui gère son soccer national. Présentement, c’est les problèmes offensifs qui préoccupent le plus l’entraineur de la sélection Verdiblanca

Une courte victoire de 1-0 contre Cuba fut le seul match amical disputé par les altiplánicos.

 

Ritchie Soto

Be the first to comment on "Conmebol: entre confirmation, bonification et miracle"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*