Focus sur le Rubin Kazan – Artn’Sport

 

 

Ayant fini troisième la saison dernière, l’Olympique Lyonnais savait que s’il voulait participer à la
prochaine Ligue des Champions, il devrait passer les barrages. Malheureusement pour lui, l’OL devra affronter le Rubin Kazan, club méconnu en France, certes, mais redoutable machine à gagner en
Russie. Artn’Sport a décidé de vous présenter ce club qui pourrait poser bien des problèmes aux hommes de Rémi Garde.

Le club : 


 Fondé en 1958 et club d’une ville située à l’est de la Russie, le FK Rubin Kazan est depuis quelques années, une équipe qui se fait un  nom en Premier-Liga. Dans un championnat
qui était habituellement dominé par les formations de Moscou, le Rubin a réussi à intégrer l’élite du football russe, en recrutant correctement, tout en conservant leur sens du collectif, qui est
aujourd’hui leur marque de fabrique. Malgré ses deux titres de champions en 2008 et 2009, Rubin n’a que très peu d’expérience en coupe d’Europe. En effet, mis à part son exploit contre
Barcelone en 2010 (victoire 2-1), le club russe est encore novice dans les compétitions européennes. C’est pour cela que les dirigeants de la formation russe tentent de creuser l’écart qui les
sépare du gotha du foot européen, en investissant des millions pour faire venir des joueurs de classe mondiale, comme en témoignent les venues de Carlos Eduardo et Obafemi Martins, pour des
montants respectifs de 20 et 9 millions d’euros.

La star : Obafemi Martins 

 

http://f3.rubin-kazan.ru/img/news_1904.jpg Passé par l’Inter Milan, l’international nigerian (33 sélections, 12 buts) a été recruté l’été dernier pour remplacer
Aleksandr Bukharov, parti au Zenit. Obafemi Martins est connu pour être l’un des joueurs les plus rapides du monde. Sa rapidité lui permet de percer les défenses adverses et de provoquer les
fautes de celles-ci. Outre sa vitesse, Obafemi Martins est redoutable en face à face, chose qui explique ses belles performances sous les couleurs de l’inter et  de Newcastle. S’il n’est
plus aussi tranchant qu’il y a quelques années, Martins reste néanmoins l’atout numéro 1 du Rubin Kazan.

L’éspoir : Carlos Eduardo

http://f2.rubin-kazan.ru/img/news_2154.jpg L’été dernier, Carlos Eduardo a surpris tout son
monde en rejoignant le Rubin Kazan. Il faut dire que l’international brésilien (6 sélections, aucun but) , qui évoluait à l’époque à Hoffenheim, était courtisé par de nombreux cadors européens.
Acheté pour pallier le départ de Semak, L’auriverde a coûté la bagatelle de 20 millions d’euros au Rubin Kazan. Réputé pour avoir une bonne vision du jeu, le brésilien est le joueur le plus doué
techniquement de la formation de Kazan, et sera attendu contre Lyon.

Pour vous, son chef-d’œuvre contre l’Amkar Perm
:

 

Le Stade : Tsentralny Stadium

centralstadium.jpg

Antre du Rubin Kazan, le Tsentralny Stadium (Stade central en français) possède une capacité de 29000
places. Ce stade résume parfaitement la difficulté des clubs étrangers à jouer en Russie. Effectivement, en 2010, le FC Barcelone, pourtant meilleur club du monde, s’était incliné ici 2-1. Ce
match retour à Kazan sera difficile à négocier pour l’Olympique Lyonnais.

 

Be the first to comment on "Focus sur le Rubin Kazan – Artn’Sport"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*