Episode 6: Le XI du week-end – Artn’sport

Sale week-end pour les invincibles, fin de série pour la Juve, Paris et l’Atletico Madrid. Fait rare, Ronaldo et Messi n’ont pas pas marqués, Zlatan nous la joue Nigel De Jong sur Ruffier, Van Persie a passé le bonjour à Wenger, Ribéry qui a tenu a prouvé après les propos de Zahia qu’il était un maître dans le domaine de la passe. Pour le reste, voici le XI du week-end :  

Steve Mandanda (Gardien de But – Olympique de Marseille) : Pour beaucoup, la forme de Marseille va avec celle de Gignac, mais ce n’est pas totalement vrai. Quand Mandanda n’est pas dans un jour l’OM perd, quand Mandanda va bien l’OM gagne. Et cela s’est prouvé, dimanche contre Ajaccio, des arrêts déterminants comme celui sur le coup-franc de Mutu et qui a permis à Marseille de rester devant. A part deux matchs, Mandanda est impérial depuis le début de la saison.

Javier Zanetti (Arrière droit – Inter de Milan) : Il est un peu le Benjamin Button du football, à 39 ans il paraît en avoir encore 20 sur le terrain. Contre la Juve, le capitaine de l’Inter fut gigantesque et ce n’est pas le pauvre Asamoah qui me contredira. En prime, sa petite déclaration en zone mixte : “Je dédie la victoire à Facchetti” Classe.

Adil Rami (Défenseur central – Valence CF) : Peut-être le meilleur match de l’ancien Lillois avec Valence cette saison. Et pour faire tomber l’invincible Atletico Madrid c’est mieux. Intraitable en défense, Rami s’est même permis d’offrir une jolie passe décisive pour Roberto Soldado sur l’ouverture du score. Acteur également de l’image du week-end en Liga, souffrant du dos le mec se fait craquer tout ça sur le bord du terrain et revient jouer, normal.

Gary Cahill (Défenseur Central – Chelsea FC) : Bon, Chelsea n’a pas gagné ce week-end à Swansea, certes. Mais si les Blues n’ont pas perdus c’est en grande partie grâce à Gary « The Wall » Cahill. Il a bloqué un grand nombre de frappes des Gallois, était là en dernier secours lorsqu’il le fallait. Il est aussi le passeur décisif sur le but de Moses, une passe de … de la tête, et oui on ne se refait pas.

Patrice Evra (Arrière gauche – Manchester United) : Chaque année, il attend ce match avec impatience, jouer les Baby Gunners d’Arsenal. Ce coup-ci pour mieux justifier ses propos, il s’est dit que le mieux était de marquer. Et il l’a fait, d’un coup de tête rageur, son deuxième but de la saison, Oh wait. Pour Arsenal et Wenger, comme si prendre un but de RVP ne suffisait pas, ils en prennent un de Patrice, c’est un peu comme un +1, -1 au baby-foot.

Borja Valero (Milieu central – Fiorentina) : Véritable chef d’orchestre de la Fiorentina, Dimanche contre Cagliari. Sur corner pour son capitaine Jovetic d’abord, puis il offre un caviar à Luca Toni pour un 4-1 au final. Une performance qui amène la question de savoir, pourquoi ce joueur n’a été sélectionné qu’une seule fois avec la Roja.

Bastian Schweinsteiger (Milieu Central – Bayern Munich) : Oui, au Bayern on ne voit que Müller, Ribéry ou bien Mandzukic, mais celui se tape le travail de sape c’est lui. Face à Hambourg, il a ratissé tout les ballons qui passait par l’entre-jeu, et était la première rampe de lancement des offensives Bavaroises. Il marquera même d’une jolie tête plongeante le premier but du Bayern. Schweini , Deutsch qualität.

Marouane Fellaini (Milieu Offensif – Everton) : L’homme de main de David Moyes a encore fait fort ce week-end, en inscrivant un doublé permettant à Everton de faire match nul à Fulham. Sur son deuxième but, il a montré son talent dans les airs, un contrôle poitrine puis il détruit la défense des Cottagers. Oui, ça va être compliqué pour les Toffees de conserver Fellaini aux prochains mercato.

Urby Emanuelson (Milieu Gauche – Milan AC) : Contre le Chievo, le milieu hollandais a confirmé sa montée en puissance avec le Milan AC, en inscrivant un joli but. Il a ensuite offert deux passes décisives pour Montolivo et Bojan. Petit à petit, il confirme qu’il mérite une place de titulaire permanent dans cette équipe milanaise.

Diego Milito (Attaquant – Inter de Milan) : Même s’il a manqué beaucoup de face à face en première mi-temps face à Handanovic, Il Principe fut décisif au moment voulut. Il provoque un penalty, peu évident, qu’il se charge de transformer et il vient crucifier Buffon, plus tard. Son quatrième but en trois matchs. Pas mal, et la Juve tombe après 49 matchs sans défaite.

Erik Lamela (Attaquant – AS Rome) : Il n’y a pas qu’El Shaarawy qui plante et arbore une crête fashion en Série A. Il y a aussi, l’argentin Erik Lamela, qui a encore éclaboussé de son talent dans le match contre Palerme. Un but, une passe décisive, il est impliqué dans 7 des 14 derniers buts inscrits par la Roma. Et c’est à peine exagérer de dire qu’il est la moitié de l’AS Roma cette saison. En tout cas, ce n’est pas l’apôtre du jeu offensif Zeman qui le contredira.

Ils auraient pu y être : Modric et son premier but avec le Real, Cabaye et sa pépite, Le thorax de Stéphane Ruffier, Müller et son but aux airs de Pauleta lors de PSG-OM 2004.

Benjamin Brechemier

Soyez le premier a répondre à "Episode 6: Le XI du week-end – Artn’sport"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*